Je suis venue vous dire

J’ai repoussé le moment. Je n’ai jamais aimé les adieux.

Il y a neuf ans, je tapais dans Google « comment créer un blog ». Il y a neuf ans, je prenais l’une des meilleures décisions de ma vie.

Dernièrement, j’en ai pris une autre, et, même si je ne suis plus des plus assidues ici (euphémisme), ça pique un peu.

Je pense que vous n’êtes plus très nombreux, mais je ne voulais pas partir sur la pointe des pieds. C’est qu’on en a vécu, des choses, ensemble. On a (beaucoup) ri, on a (un peu) pleuré, on s’est (quelquefois) énervés. J’ai lu chacun de vos commentaires, et vous n’imaginez pas tout ce qu’ils m’ont apporté. Je ne sais pas par quel miracle, quand je vois ce qui peut se passer sur les réseaux sociaux, cet endroit est resté assez préservé de la malveillance. J’ai toujours ressenti beaucoup d’amitié, de gentillesse, d’humour et de finesse dans vos mots, je me suis souvent dit que j’avais beaucoup de chance d’avoir des lecteurs comme vous.

Ce blog a changé ma vie, et c’est en grande partie grâce à vous.
Il m’a prouvé que je n’étais pas la seule à avoir un humour douteux.
Il m’a envoyé du soutien durant la période la plus difficile de ma vie.
Il m’a permis de rencontrer des personnes qui comptent énormément.
Il m’a fait prendre conscience de l’impact des mots.
Il m’a aidée à trouver ma place.

– Mais alors, Josiane, pourquoi elle ferme le blog ?
– Ben j’en sais rien, moi, Monique. J’espère qu’elle va nous le dire, on n’en peut plus de ce suspense.

Si je ferme ce blog, c’est pour la plus simple des raisons : je n’ai plus l’envie.
Je n’ai jamais réussi à me forcer. Planifier des articles, écrire tous les jours, très peu pour moi. Ce n’était jamais très régulier, mais j’écrivais quand j’avais quelque chose à raconter, et envie de le faire. Cette envie s’est éteinte, alors que je croyais que c’était impossible.
Peut-être que le fait d’écrire ailleurs (dans mes livres, sur Instagram) me suffit, tant sur le plan de l’écriture en elle-même qu’au niveau des échanges avec les lecteurs.
Peut-être que le fait que de nouveaux lecteurs viennent ici et lisent toutes les archives met ma pudeur à rude épreuve (c’est plus facile de se livrer à des personnes qui ont tout suivi depuis le début).
Peut-être que j’ai désormais plus envie de vivre ma vie que de l’écrire.
Peut-être est-ce un peu de tout ça.

C’est douloureux, je ne vous le cache pas. J’ai l’impression de larguer Matt Damon.
Quand je serai vieille, que je mangerai la soupe à la paille, je me souviendrai de ces neuf ans avec émotion. Ils ont vraiment compté. Vous avez vraiment compté.
Céline dirait « Je ne vous oublie pas, non, jamais. »
Lara dirait « Je t’aime, comme un fou, comme un soldat, comme une star de cinéma »
Francky dirait « Tu veux mon zizi ? »
Je dirais juste MERCI POUR TOUT.

(si vous en voulez encore un peu, rendez-vous sur Instagram)