Toute première fois

Dédicace 9

Mon premier fan

Je n’avais pas dormi de la nuit. Enfin si, un peu, mais je m’étais réveillée toutes les dix minutes environ, avec une chanson dans la tête dont je préfère vous épargner le titre afin que vous ne me détestiez pas de l’avoir à votre tour. Bon ok, c’était « Que tu reviennes » de Patrick Fiori, ne me demandez pas pourquoi. Peut-être que c’était un message subliminal à ma chevelure sans cheveux blancs, va savoir.
Toujours est-il que j’ai été plus matinale que le réveil de mon téléphone et que j’avais tellement le ventre noué que je n’ai rien pu avaler.

Rendez-vous compte.
Je blogue depuis six ans, à l’abri de mon écran. Pendant des années, je me suis agrippée à mon anonymat comme une pucelle à sa culotte. J’ai refusé la plupart des rencontres qu’on me proposait, toutes les soirées blogueurs, j’ai dosé ce que je racontais, finalement sans le calculer je me suis encerclée dans un rempart virtuel. Ça me plaisait bien, de pouvoir vous raconter tout ça sans que personne ne puisse mettre un visage ou un nom sur des mots. Ça me plaisait bien de pouvoir me gratter les fesses dans la rue sans risquer d’être reconnue par quelqu’un qui aurait vu ma tête sur Internet.

Depuis six ans, c’est virtuellement que j’échange avec vous.
Depuis six ans, encore plus depuis que mon roman est sorti, vous m’envoyez des messages qui me touchent, des mots qui me provoquent parfois des larmes, souvent des sourires, toujours des émotions. Quand on tape des mots, seul face à son clavier, on a du mal à imaginer l’impact que ça peut avoir de l’autre côté.
Ces échanges virtuels que vous m’offrez depuis six ans, ils sont devenus réels samedi.

Samedi, je faisais ma première séance dédicace.
Je n’avais pas dormi de la nuit et j’avais Patrick Fiori dans la tête. Ça partait mal.
J’avais hâte, mais j’avais aussi le trac. Comment vous alliez me trouver ? Est-ce que je vous décevrais ? Et si je mettais ma chemise noire plutôt ? Et si vous me trouviez moche, grosse et conne ? Et moi, comment j’allais vous trouver ? Et si le courant ne passait pas ? Et je ne trouvais pas mes mots, si je bégayais, si mes lèvres tremblaient, comme elles ont tendance à le faire à chaque fois que je suis impressionnée ? Et si personne ne venait ?
Six ans sans se connaître vraiment, forcément ça crée des attentes.

Poursuivre la lecture

Rendez-vous sur Hellocoton !

Qui c’était ?

Oui Ginie, c’est moi, non je n’ai pas changé, je suis toujours celle qui t’as aimé…
(pardon)
(je vous ai déjà dit que j’avais en permanence des chansons pourries dans la tête ?)

Donc. Je suis toujours vivante, un peu sous l’eau avec la gestation du petit deuxième qui me prend pas mal de temps mais qui se présente bien. Il pèse déjà 50 pages et, bien qu’il m’empêche parfois de dormir la nuit, je l’aime déjà.
En parlant de lui, je rappelle à ceux qui ne me suivent pas sur Facebook que je serai en dédicace samedi (le 25, donc) à Cultura Bègles (près de Bordeaux), de 10h à 18h, avec des nounours en chocolat et un peu d’hystérie. J’ai hâte de vous voir en vrai, bordel.

En attendant, et pendant que le mari-presque-tout-neuf peaufine son billet et que mon père réfléchit aussi (oui, parce que lui aussi a des choses à balancer suite à un défi lancé sur Facebook) (ça va mal finir cette histoire, bientôt on m’appellera Ginie sans famille), voici la solution de ce jeu. Publié le 23 mars, Réactivité est mon troisième prénom (après Nutella).

Alors, qui était qui ?

1/ Ben, le fils de Ross dans Friends

Ben friends

1

Poursuivre la lecture

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le truc de dingue (la chute)

Metropolitan Opera's 2010-11 Season Opening Night - "Das Rheingold"

Je sais, j’ai vraiment traîné pour venir vous raconter la suite. Vous m’avez maudite, j’ai reçu des milliers de messages me la réclamant (trois, donc), je ne pensais pas que ma petite escapade à la boulangerie vous intéresserait tant. Ou alors c’est que je suis douée pour le suspense, faudrait peut-être que je songe à écrire des thrillers. J’ai déjà le titre du premier : Qui a tué Belle-Maman ?
J’imagine déjà l’adaptation cinématographique et j’ai ma petite idée sur les acteurs.
Mais passons, on n’est pas là pour parler de mon avenir, mais bien pour que je vous raconte la suite.

Une semaine entre les deux billets, ce n’est plus de la procrastination, c’est de la torture. Vous avez fait preuve de patience, il est donc temps de vous révéler la chute de cette histoire.
Installez-vous bien, vous risquez d’être surpris.

Donc, on en était que je faisais la queue à la boulangerie et que, pour passer le temps, j’observais les gens pour leur écrire une vie. Je portais la tenue (et la tête) des jours où l’on a la certitude de ne croiser personne, ou en tout cas l’espoir.
J’étais loin de m’imaginer que, deux personnes devant moi, se trouvait une personne qui comptait. Qui comptait beaucoup. Alors, quand mes yeux se sont posés sur sa nuque et que je l’ai reconnu, j’ai d’abord songé à faire demi-tour. Et puis, mue par une force venue de je ne sais où, j’ai posé ma main sur son épaule. Et il s’est retourné.
C’était bien lui…

Poursuivre la lecture

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le truc de dingue

Keep calm nutella

L’autre jour, il m’est arrivé le truc le plus dingue de ma vie. Pourtant, force est de constater qu’il m’en est arrivé pas mal, des trucs de dingue. Mais là, on a dépassé -de très loin- le truc le plus dingue qu’il m’était déjà arrivé.

Ca fait beaucoup de trucs de dingue, pas vrai ?

Donc. J’étais partie pour acheter du pain. Le truc le moins dingue du monde, quoi. C’était un dimanche, j’avais enfilé ce qui m’était tombé sous la main, à savoir une vieille robe en laine, des collants opaques et des boots noires. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour l’histoire ça veut dire beaucoup.

Je devais prendre deux baguettes et des gâteaux pour le dessert. Faut dire qu’on recevait belle-maman, il fallait mettre les petites assiettes dans les grandes.
Il y avait la queue jusque sur le trottoir. J’ai râlé intérieurement, franchement, ils n’avaient pas un autre moment que le dimanche matin pour venir acheter leur pain, tous ces gens ? Puis j’ai entamé mon sport favori pour faire passer le temps : j’ai observé les gens en leur inventant une vie. C’est ainsi que la femme devant moi est devenue, à son insu, une jeune maman pressée de retrouver son nouveau né et le grand blond d’encore devant un tueur en série qui cachait une tête dans sa besace.

C’est arrivé à la troisième personne devant moi que tout a basculé.
Même de dos, même décoiffé, même un dimanche matin pas réveillé, je l’aurais reconnu entre mille.

Poursuivre la lecture

Rendez-vous sur Hellocoton !

Qui est-ce ?

Dis donc, ça fait hyper longtemps qu’on n’a pas joué à reconnaître des stars d’antan, pas vrai ?
Pour les derniers arrivés (coucou, ça va ?), il y a quelque temps on avait un jeu récurrent sur ce blog : je déterrais des visages connus dans nos jeunes années (acteurs de séries, chanteurs, etc…) et je publiais des photos d’eux aujourd’hui. Vous deviniez qui c’était, on faisait des han, des noooon et des pas posssssiiiiible, on réalisait qu’on devenait vieux, on se marrait et tout le monde était content.
Hein que ça vous a manqué ?
A moi, oui.

Alors j’ai fouillé dans mes souvenirs et regardez un peu qui j’ai trouvé.
Je vous laisse deviner qui est qui (on triche pas, hein ?) (trop facile de tricher avec Google).

Allez, bonne plongée dans les années 90 (et alentours) !

 

1

1

 

Poursuivre la lecture

Rendez-vous sur Hellocoton !