Balafrée

Comme toute oeuvre d’art, ma plastique a connu quelques accidents. Appelez-moi Venus de Milo, appelez-moi Joconde, appelez-moi Evelyne Thomas.

Il faut dire que je n’ai jamais été très précautionneuse. Mes Barbie ont toutes fini amputées d’un membre (et je ne te parle pas de cet eunuque de Ken), des objets se jettent souvent sur ma voiture (trottoir, autre voiture, muret, hérissons) et il m’arrive souvent de me couper les cheveux toute seule parce que je ne peux pas attendre le lendemain pour avoir la même frange que la fille dans le film que je suis en train de regarder.
Je suis tellement persuadée de ne pas être une vraie fille qu’à chaque fois que je vais aux toilettes je fais attention en m’asseyant à ce que rien ne trempe dans l’eau (oui, si j’étais un mec j’en aurais une énorme).

Forcément, quand on ne fait pas attention, ça laisse des traces.

Ma première cicatrice (une ligne verticale sur le front), je la dois à une porte et un tapis. Ces deux petits bâtards se sont ligués contre moi à l’époque où l’innocence était mon seul trait de caractère, à l’époque où Pandi Panda était la personne à contacter en cas d’urgence.
Je ne me souviens pas très bien, je pense que mon cerveau a préféré occulter les détails pour me protéger et ne pas faire de moi une tapisphobe. Mais dans mes souvenirs, le tapis et la porte étaient en train de discuter, je suis allée leur demander un renseignement (savaient-ils à quelle heure le mariage de Tinnie et Tinou était célébré), ce qui ne leur a visiblement pas plu. Je devais les déranger. Alors le tapis m’a fait un croche-pied et la porte m’a présenté son angle, sur lequel mon front s’est écrasé.
J’ai eu des points. Et peut-être de la morphine, aussi.

La deuxième cicatrice est sur ma lèvre (du visage). J’étais un peu plus vieille quand elle s’est incrustée (Nicky Larson avait remplacé Pandi Panda) et cette fois, c’est le lit qui m’a attaquée.
Par une douce soirée d’été, j’étais paisiblement en train de dormir, sans doute à rêver que je récitais ma poésie au tableau, vêtue d’une robe en laine mauve, des collants en laine rouge et un ruban en velours passé dans ma tresse africaine. En vrai c’est plus un souvenir qu’un rêve mais on va faire comme si je n’avais jamais été ridicule de ma vie.
Donc j’étais paisiblement en train de rêver lorsque le lit m’a agressée, ne me demande pas pourquoi. Sans doute de la jalousie, parce que ses draps n’étaient pas aussi beaux que ma robe, je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est que ma lèvre s’est fracassée sur le rebord du lit, qu’elle s’est fendue en deux (pratique pour dire Bonjour, Bateau ou Bite) et que j’ai dû porter un pansement  recolleur pendant un moment.

La troisième balafre est arrivée à l’époque où on l’on devient demoiselle, où son corps change. Là où mes copines ont vu leurs nichons pousser, leur culotte se garnir et leurs boutons éclore, moi j’ai eu mal au bide, toucher rectal et opération à appendice ouverte.
Vachement plus efficace sur les garçons.

Pour la quatrième, quelques années plus tard, j’étais à l’âge où les ouvertures qu’on montre aux garçons ne sont pas exactement sur le ventre ou sur le front.
Cette fois, c’est un poil qui m’a attaquée. Un petit fourbe de poil. Attention, je ne généralise pas, tous les poils ne sont pas mauvais. Sur les millions d’individus qui couvrent mon corps, un seul s’est rebellé, le taux de criminalité est donc faible. Toujours est-il qu’il s’est retourné contre moi, a poussé à l’envers, provoquant la naissance d’un magnifique abcès. S’il avait été sur le bras ou sur le mollet, on n’en aurait pas fait toute une histoire, mais la boule a choisi de pousser sur mon coccyx. C’est à dire que ça me piquait depuis quelques jours et qu’un matin, je suis allée au lycée en marchant comme si j’avais chevauché un porc-épic toute la nuit.
Depuis, j’ai une cicatrice qui me démange à chaque changement de temps. On m’appelle la Evelyne Delhiat de l’anus.

Et là, je viens de gagner ma cinquième cicatrice.
Oui.
En faisant la vaisselle, je me suis coupée avec un bout de verre cassé. C’est affreux, on voit presque mon os de la cuisse, je pense qu’il va falloir me greffer un orteil à la place de l’index. Le sang coule à flots (quelques gouttes) et je ne sais pas comment je fais pour ne pas tourner de l’œil.
Et le pire, c’est que je ne suis pas du tout soutenue. Quand je suis allée montrer ma blessure de guerre au mari-presque-tout-neuf, il a mis un moment avant de la voir, puis il a rigolé et m’a dit que je n’avais même pas besoin d’un pansement.

Si ça continue, je vais finir exposée au salon de la couture.

Ginie, patchwork

Rendez-vous sur Hellocoton !

68 commentaires

  1. hehehhee
    Merde alors ! je te jure je te jure je te jure que je me suis blessée aussi en lavant un verre il y a euh… 10 ans genre. 6 points, en pleine grêve d’anesthésistes (leur race).

    Mais rien à l’anus.

    Tu seras toujours plus grande que moi. Maître.

  2. Mis à part que j’ai failli m’étrangler avec ma salive en rigolant de ton poil qui t’as foutu un abcès au cul, j’ai envie de dire que mes deux cicatrices, c’est quand même une à la teucha parce que j’ai été attaquée par une hernie pelvienne. C’est pas très délicat. Genre les mecs ils pourraient potentiellement se dire que j’ai changé de sexe avec cette cicatrice-là, mais passons. Et l’autre c’est parce que quand j’étais petite, j’avais des parents indignes qui me laissaient prendre mon bain à côté du rasoir de mon père. Et moi je voulais faire comme lui, genre me raser mon absence de moustache (normal, j’avais trois ans) et du coup je me suis coupé la lèvre, et comme le bain était chaud j’ai pissé le sang et ma mère a cru que limite je m’étais égorgé et en fait que dalle. Voilà, tu refais un billet quand tu veux où je pourrai raconter aussi ma vie, c’est un peu comme une thérapie de groupe ton blog, c’est sympathoche, je reviendrai tiens.

  3. Moi j’ai pas trop de cicatrices. La plus grosse étant sur mon front. C’est un grillage qui m’a attaquée et mon vélo de l’époque qui m’a projetée dedans. Le grillage est devenu une porte et moi une cicatrisée du front.
    Nan mais sérieux, un abcès sur le cul. Mouahahah. Bon ok, j’arrête de me moquer. Des fois, qu’un jour, on sait jamais, je sois punie pour avoir ri et qu’à mon tour cela m’arrive. Je ferais pas la maline.

    1. Là il était consécutif à une chute. Que je préfère ne pas raconter, j’ai atteint mon quota de honte pour l’année.

      Bon ok, je raconte.

      J’étais en colo, on assistait à un truc avec des vachettes (genre un mix de Interville et de l’Amour est dans le pré) et j’étais assise sur une barrière de 2 mètres de haut. Et là, une pute de vachette a foncé dans la barrière et, de peur, je suis tombée en arrière.

      Poil au cul. Oui, là on peut le dire.

  4. Je compatis, mon coccys aussi a souffert… Et je ne sais pas ce qui m’a fait le plus mal : l’opération ou montrer mon cul à tout le personnel de l’hôpital !

    1. Uhuh, j’ai vu un paquet de toubibs aussi, entre le premier médecin qui n’osait pas regarder et qui donc me disait que j’avais le coccyx fêlé et l’infirmière qui m’a brûlé tout l’appareil génital car elle ne jugeait pas bon d’isoler la zone de soins…

  5. Au moins maintenant grâce a ton tapis et ta porte tu sais que tu es allergique a la morphine d ailleurs il me semble a la lecture de ton récit que les effets ne sont pas encore dissipés….

  6. J’ai éclaté de rire au moins 4 fois (mais promis, pas sur le coup de ta dernière blessure).
    Ah oui et sinon : Tu la veux vraiment ta bataille de bites ? Tu vas l’avoir. Coming soon…

  7. Dernière chose : on a la même cicatrice sur le front, qui a dû nous arriver à la même époque. Le tapis s’était acoquiné avec une armoire normande, et m’a fait le même coup de pute. Mais que je me rappelle il était midi moins 5, on devait bouffer des haricots avec des fils, dans ma mare de sang et avant de me relever et de m’évanouir, je bredouillais que j’m’en fous, au moins je boufferai pas de haricots avec des fils.

  8. muhahahahaha!!! j’adore ta rencontre avec la porte! en même temps un tapis c’est super fourbe!

    Perso je compte plus mes cicatrices vu que je m’en fais une chaque jour au boulot, mais la plus belle a été due a une connasse de cliente qui a poussé ma palette, qui a ricochée sur mon bras et a fait que mon cutter s’est planté dans l’autre… merci mamie, mais toi je crois que tu vas faire un tour de compacteuse gratuite…

    Tout ça pour dire que mes bras ressemblent plus a du steak haché qu’a un morceau de chair humaine!

      1. heu… je suis phobique des ascenceurs… XD depuis que j’ai fait la tour de la terreur a Disney et que j’ai failli en mourir pour cause de clando caché dans mon utérus, je prend de moins en moins l’ascenceur! quitte a me taper 10 étages a monter dans une barre de banlieue parisienne!!! >_<

  9. Nan mais quelle idée de mettre un lien sur le mot « bite » !!???!!!????
    Je pensais trouver une belle photo de l’engin en pleine discussion avec le somptueux visage d’Évelyne….. Déçue la Claire, déçue !! J’me suis quand même bien marrée sur les flatulences de Camille….

  10. C’est une manie la cicatrice sur le front ; moi, j’en ai 2 petites parce qu’à 3 ans et demi, j’ai trouvé beaucoup plus drôle de descendre de la balançoire au moment où j’étais en haut plutôt que d’attendre que mon cousin se décide à me faire redescendre. Bien entendu, la balançoire était posée sur des graviers et, bien entendu, j’ai choisi le plongeon plutôt que l’alumette !

  11. Comment se fesse, euh pardon se fait-ce, que je m’attende à une photo d’Evelyne Thomas (merci HC) mais que je tombe sur une photo de la Joconde en ouvrant ton article ??? Balafrée à ce point-là Evelyne ?…

  12. J’avoue pas mal, le poil au cul est mon préféré (si je puis me permettre de classifier tes bobos?) avec sa démarche porc épic! Moi aussi j’ai une histoire de cul due à une appendicite ouverte (même très ouverte, voir explosé l’appendice) la mienne de cicatrice elle part du nombril jusqu’au minou et du coup on dirait que j’ai un 2éme cul à la place du bibou! charmant…
    sinon ah oui Nicky Larson <3

  13. « On m’appelle la Evelyne Delhiat de l’anus. » HAHAHA putain mon rire vient de me faire flipper tellement il etait fort.
    Moi c’est plutôt le sebastien folin de la chatte. Mais je crois que c’est à cause de la coiffure

  14. Je compatis avec toi … Perso ce sont les portes vitrées qui se liguent contre mon nez que je n’ai pourtant pas si grand hein!!

    Et merci pour le bon fou rire, le taux de criminalité a fini de m’achever 😉

  15. Je te lis depuis un moment et là, comme souvent, je suis morte de rire et mon mari me regarde bizarrement!!!!merci pour toute cette bonne humeur et de me faire autant rire…ne dit on pas que rire destress????biz

  16. hello
    je pleure de rire au bureau et ai fait passer ton blog à une collègue
    je suis un homme mais pourtant ton blog me fait pleurer de rire ! Enorme ! Merci !
    Messieurs du ministère de la santé, Ginnie devrait être remboursée par la sécu

  17. Mon Dieu je n’avais pas lu cette note! Je viens d’hurler de rire devant mon nouvel amoureux qui découvre avec effroi que j’ai un humour graveuleux 🙂

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *