Comment ne pas se faire embaucher

C’est un fait, je me suis toujours vite lassée de mes compagnons.
Entré dans ma vie il y a quelques mois, Paul Emploi n’échappe pas à la règle. Il faut dire qu’il n’a fourni aucun effort pour se rendre indispensable. Il ne prend jamais la moindre initiative, ne sort son chéquier qu’une fois par mois et uniquement sous moult conditions, n’a que des ennemis et est très exigeant.
J’ai donc décidé de le quitter, mais pas sans lui avoir trouvé un remplaçant. Telle Jennifer Lopez, j’assure mes arrières.

C’est donc le cœur léger et la culotte propre que je me suis inscrite sur un site de rencontres spécialisé. Là, des centaines de compagnons potentiels proposaient leur compagnie, fiche détaillée de leurs qualités et critères à l’appui.
La plupart échangeaient 35 heures de vie commune hebdomadaire contre une pièce de 10 centimes,  20 si tu avais une maîtrise, 35 ans d’expérience et les ovaires emballés dans du cellophane.

Tu le sais, je suis forte. Mais devant tant de générosité, j’ai cédé et proposé ma candidature à deux séduisants entrepreneurs.

Le premier m’a donné rendez-vous jeudi après-midi, à quinze heures.
J’y étais 10 minutes avant, le talon haut et la moustache épilée. Les autres cheveux bénissant la mode du collant opaque.
Une heure plus tard, j’attendais encore. Le talon douloureux et la moustache tiqueuse.
Une effrayante révélation m’est soudain apparue. J’allais louper le début des Anges de la Téléréalité, ma nouvelle émission favorite, là où Cindy Sander pleure parce que Steevy Boulay la compare à une baleine.
On m’a toujours dit que la vie était faite de choix, que chaque décision entraînait sa série de conséquences. J’ai pesé le pour et le contre, regardé à travers la vitre du bureau la DRH qui avait l’air d’avoir un bon contact avec la candidate me précédant, regardé ma montre et ragé contre ce manque de respect, évalué si ce CDD à peine au-dessus du Smic valait vraiment le coup et, surtout, pensé à la pauvre Cindy qui avait besoin de mon soutien.
Et je suis partie, rassurée à l’idée que ma seconde candidature, elle, allait s’avérer plus positive.

Sauf que.

En faisant le tri dans mes boîtes mail, j’ai réalisé que, pour cette seconde offre, je n’avais pas envoyé ma candidature depuis ma boîte perso, mais depuis celle du blog.
Celle où, en bas du message, apparaît automatiquement la signature Ginie et son paillasson.

Finalement, je pense que Paul et moi, c’est parti pour durer.

Ginie, éternelle employée du mois.

Rendez-vous sur Hellocoton !

63 commentaires

  1. Pour mon job actuel, j’ai envoyé 3 mails pour la candidature, dont que j’ai retrouvé dans messages envoyés plus tard, parce que je savais pas que je les avais envoyé. y’avait plein de conneries dedans, des copier-coller de merdes de lettres différentes, dans des polices différentes, mon brouillons et mes mots à moi (je te laisse imaginer), que j’ai daigné abandonné, avant d’avoir l’illumination d’écrire une vraie lettre de motivation sur word.

    Sur le 3 ème mail, tout était à peu près nikel, alors j’ai envoyé.

    Sauf que, quand je l’ai relu, la phrase « Dans l’attente d’une réponse » était en police 50 (ça prenait 5 mails à elle toute seule tellement c’était gros), alors je sais pas du tout comment ce truc est arrivé, et pourquoi ça m’arrivait à moi (enfin si la fatalité).

    N’empêche que j’ai eu une réponse (et le job). Dès fois faut pas chercher hein (mais sans déconner, j’aurais été employeur, jamais me serai recruté (un boulet pareil? nonnnn)).

    (Je sais plus trop où j’en suis au niveau des parenthèses)

    (tu cherches dans quoi?)

  2. Evidemment je prends le parti d’en rire (et fort) parce que je reste persuadée qu’on ne peut passer à côté de ton talent bien longtemps…
    Tu auras pu aussi signer Léa, maitresse de Brad Pitt et cela aurait été peut être pire?

      1. Salut salut, je suis passé par ici en coup de vent, pasque j’aimais bien ta truc bidule chose avec brad et Léa. Chui qu’un gamin, (pas très doué avec ce site et je paris presque même que j’ai pas bien mis ce commentaire, comme un petit boulet mignon et sympa…)mais ma moman beh elle travaille a Pôle emploi, et beh jpeux vous dire que ça à pas l’air d’être la joie des deux côtés. Alors, si vous avez que du caca a dire sur le pôle emploi, eh beh, Miroir miroir !

  3. Ginie tu vas trouver job à ton pied !!
    Le mail foireux j’adore …une fois au taf j’ai malencontreusement envoyé à un partenaires (pas drôe du tout d’ailleurs !) un PJ dégeu (destinée à mon collègue G) sur les pets !!!!

  4. ALORS là.
    A
    L
    O
    R
    S

    L
    à.

    Je suis sans voix.

    (comme la fois où le Conjugué a répondu « LOL » au banquier quand il lui a dit que c’était Ok pour un crédit)

    Ginie, faut que tu gagnes le concours.

    Parce qu’avec Meeto, c’est mort.

      1. alors, verdict, tu les as appelés? Nan parce qu’on est lundi et j’aimerai bien savoi si ça leur a plu 🙂
        moi j’aurai trouvé ça drôle! (manque juste un bon BFG à la Jacky lol)

  5. Je suis aussi la reine des bourdes dans les lettres et les envois de mail : pas le bon nom, pas le bon poste… Bref, maintenant je relis 30 fois… et je me goure quand même.
    C’est la destinée !
    Pour l’attente, je trouve ça déplorable, ça m’est arrivé une fois mais j’avais fait 2h de route alors j’ai attendu. J’ai pas été prise. J’aurais du aller faire du shopping à la place, je le savais.

  6. bon, beh, je me suis mélangouillé les palettes, avec les pinceaux et même l’aquarelle. donc, ginette (rah, j’aime ce prénom, ça « déchire sa mère ») jt’invite a aller voir le commentaire que j’ai fait de ton commentaire. Zoubi <3

  7. J’adore le ton et l’humour de ton article !
    Je suis peut-être autant receptive à ton post que je suis moi-même ultra gaffeuse et je suis également sortie pendant quelque temps avec Paul Emploi; je te l’accorde on s’en passerait bien !

  8. J’arrive hyper après la bataille, je suis en train de remonter tout le fil de tes billets depuis janvier, en fait (et je vois que j’ai du taf mais c’est du bon taf) donc je ne comptais pas laisser de commentaire sur les anciens mais là, je ne peux pas passer sans rien dire.
    C’est juste E-NO-RME !
    J’adore ! (et c’est typiquement le genre de choses que je redoute depuis que j’en mets plein la tronche à Oualter…)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *