Don de vie (sponso)

Je donne mon sang.
Je donne mes plaquettes.
Je veux donner mes organes après ma mort.
Je ne donne pas mes ovocytes.

Si je me pose la question du pourquoi, je crois que ça touche à l’affectif. Savoir que mon sang coule dans d’autres veines ne me dérange pas, mais me dire qu’un enfant issu de moi grandit quelque part et que je ne le connaîtrai jamais, ça me bloque.
Et pourtant.
Si je réfléchis, je ne donne pas un enfant, je donne des ovules. Et surtout, je donne la possibilité à des couples qui ne peuvent pas avoir d’enfant de devenir parents.
Je ne sauve pas une vie, je permets à des gens de la donner.

Quand on m’a proposé d’écrire ce billet, j’ai pas mal hésité. C’est un sujet que je maîtrise mal, je ne voyais pas ma légitimité. Et puis je me suis dit que ce serait l’occasion d’en savoir plus.
L’idée, c’était de présenter le nouvel espace mis en ligne par l’Agence de biomédecine : « Le don d’ovocytes près de chez vous« . Et effectivement, ça m’a permis d’en savoir plus et de commencer à changer d’avis. Ouais. Comme quoi, l’information est importante.

Don ovocytes

Le site permet à chacun de connaître les besoins de sa région.
J’ai ainsi appris qu’en Aquitaine, en 2011, seulement 23 femmes ont fait un don d’ovocytes. Pour 140 couples en attente.
Le site donne toutes les informations pratiques pour celles qui veulent en savoir plus ou donner : centres régionaux, informations pratiques, explications détaillées du déroulement, etc…

Mais ce qui m’a le plus marquée, ce sont les témoignages.
En vidéo, des femmes racontent ce qui a motivé leur démarche de donner leurs ovocytes. En les écoutant, je me disais qu’elles étaient admirables. Leurs arguments m’ont fait voir les choses autrement, comprendre que ce n’était qu’un peu d’ADN qu’on donnait. Et surtout l’espoir. J’ai beaucoup aimé la formule de l’une d’entre elles, qui est très juste « On en perd chaque mois, autant faire le bonheur de quelqu’un avec ».
Et puis, surtout, le témoignage vidéo d’un couple en attente d’ovocytes. Là tu réalises qu’il ne leur manque que ça pour avoir un enfant. Qu’en donnant un peu de toi, tu peux leur permettre de donner la vie. De mettre au monde un enfant. Juste le plus grand bonheur.

Je me souviens d’une discussion que j’ai eue un soir avec une amie de ma mère qui venait d’apprendre qu’elle n’aurait jamais d’enfant naturellement. Elle allait adopter, mais me disait que ce n’était pas pareil, qu’elle allait devoir faire un deuil difficile. J’ai honte de l’avouer, mais je venais de perdre mon fils et je ne la comprenais pas vraiment. Je trouvais ce mot « deuil » trop fort, inapproprié. J’étais trop enfermée dans le mien pour voir que d’autres étaient possibles.
Aujourd’hui, je peux dire avec certitude qu’avoir eu mon deuxième fils m’a sauvé la vie. C’est à cet espoir que je me suis accrochée, chaque mois.
Je crois maintenant que la perte de l’espoir de donner la vie est un vrai deuil à faire.

Don d'ovocytes

Dans un an, je serai trop vieille pour donner mes ovocytes. Je pense que mon taux de cholestérol risque de poser problème, mais dès aujourd’hui je prends rendez-vous pour entamer un protocole.
En 2011, en France, 208 enfants sont nés grâce à ce don. Si l’année prochaine, il y en a un de plus grâce à moi, j’en serai heureuse.

Toutes les infos ICI.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

43 commentaires

  1. Très beau billet. J’aurais aimé pouvoir le faire mais 1/ je suis trop vieille (42) et 2/ bin j’en ai plus, ménopausée avant l’âge… et c’est les boules (pas de petit deuz, et cela a déjà été bien difficile pour la prem’s).

    J’espère de tout coeur que tu pourras aider ces couples et ces familles en devenir. Ce doit être un cheminement pas facile pour eux.

  2. Merci pour cet article. Je n’ai pas pu faire de don d’ovocytes, car je ne suis devenue maman qu’à 35 ans 1/2 et donc j’avais dépassé la limite… c’est un regret que j’ai.
    Je suis inscrite sur les sites de donneur… mais celui-là .. ben je ne peux plus.. Et pour avoir des amies autour de moi, qui ne pourront jamais porter d’enfants… c’est un regret…
    Merci pour cet article, car je pense que tu vas faire réfléchir certaines femmes. Et si on se mettait à la place de celles qui désirent un enfant et qui ne peuvent pas concevoir… A vous de voir..

  3. Ici aussi, c’est un projet, le don d’ovocytes. Après avoir perdu mon petit garçon, je ne comprenais pas non plus ces femmes qui parlent de « faire le deuil de l’enfant qu’on aura jamais naturellement ». Et étant de nouveau enceinte, je comprends que c’est ce qui me tient debout. Ce petit espoir qui grandit dans mon ventre. Et d’un coup, ça me parait totalement injuste que certaines ne puissent pas connaitre ce grand moment de la vie d’une femme.
    Alors une fois que bébé sera né, j’entamerais les démarches. Et s’il est possible de le faire plusieurs fois, je le ferais.
    Des bisous!
    Maud

  4. Voilà quelque chose auquel on ne pense pas, mais il est vrai que c’est un geste qu’on pourrait faire facilement. On en perd tous les mois … C’est une réflexion que je ne m’étais jamais faite… Malheureusement pour le moment je ne conviens pas aux critères, mais j’ai encore une dizaine d’années devant moi pour que cela soit le cas.
    Merci d’avoir écrit ce billet !

  5. C’est chouette, merci pour ces infos… en effet avoir sa carte de donneur d’organe est une chose, mais je n’avais pas pensé au don d’ovocyte…
    Bon, le truc, c’est que là, je me sens encore plus proche de la date de péremption…35ans dans 5 jours,célibataire sans enfant… espérons que je puisse correspondre aux critères de don avant mes 37 ans 😉
    Une fois de plus, Ginie, ce que tu écris est trop chouette ! 🙂

  6. Plus jeune j’envisageais de faire ce don. Mais après avoir eu mes enfants. Aujourd’hui, alors que je n’arrive pas à mener une nouvelle grossesse à terme, je ne me sens pas prête à envisager l’éventualité qu’un enfant porte mon ADN… C’est égoïste, je sais…

  7. c’est un chouette article !
    tout comme toi je donne mon sang, pour les plaquettes c’est pas possible trop fatiguant pour moi pour le moment, mais je l’envisage dans le futur ! Mes organes seront dispo si toutes les conditions sont réunis !

    et le dons d’ovocytes, j’y ai pensé il y a quelques années, j’étais même super décidé à le faire, j’avais déjà pris tous les renseignements, je connaissais les procédures, les « contraintes ». Et puis en bonne épouse, j’en ai parlé à mon mari, oui pour moi c’est une décision qui se prend à 2 ! Et lui est contre, tout comme celui de spermes, oui nous pourrions aidé des familles, mais il y a ce « risque » d’avoir des enfants non connu, et pour lui ça serait trop lourd à gérer !

    ça peut paraître hypocrite, mais c’est un choix que nous avons fait finalement ! nous aidons, du mieux que nous pouvons les assoc’ autour de chez nous, mais ce geste aussi altruiste qu’il puisse être nous ne le feront pas, et j’y ai consentie par amour !

  8. j’étais prête à le faire, j’ai cliqué sur le lien, mais ils disent « en bonne santé » et là je ne sais pas… je ne trouve pas s’il est écrit quelque part les maladies qui empêchent de donner… je vais attendre la fin de mes traitement médicaux et je reviendrais vers eux voir s’ils veulent de moi! merci pour ton blog, plein de bonheur a toi

  9. c’est un article vraiment magnifique, c’est vrai qu’on n’y pense pas au don d’ovocytes, pourtant j’en avais déjà entendu parlé…

    c’est vrai que de les perdre tous les mois, si ça peut rendre des gens heureux…

    merci Ginie

  10. Je m’étais faite la promesse, en mettant pour la première fois le pied dans la clinique PMA, de donner mes ovocytes si un jour je pouvais être mère. Maintenant que ma fille est née j’y pense souvent mais je n’ai pas pu encore franchir le cap.
    Peut être parce que le sujet est encore beaucoup trop douloureux pour avoir envie de replonger dans les protocoles alors que ce n’est pas « pour moi ». Pas envie égoïstement de reprendre du poids maintenant, envie de profiter à fond de ma fille et d’oublier cet épisode.
    Mais merci d’en parler Ginie, et je garde le sujet dans un coin de ma tête…

    1. « Peut être parce que le sujet est encore beaucoup trop douloureux pour avoir envie de replonger dans les protocoles alors que ce n’est pas « pour moi ». Pas envie égoïstement de reprendre du poids maintenant, envie de profiter à fond de ma fille et d’oublier cet épisode. »

      tu as mieux parlé que moi (commentaire du dessous) 😉 C’est exactement ce que je ressens. Je n’ai même pas envie de recommencer pour moi pour le moment alors que je rêvais de 2 bébés rapprochés.

      Je pense que si je n’avais pas galéré en revanche je l’aurais fait sans trop hésiter. (encore une fois je n’exclus pas de le faire tout de même un jour)

  11. alors moi le don d’ovocytes c’est le 1er truc qui m’a touchée déjà étant ado, jeune adulte j’étais vraiment prête à le faire car pour moi rien de plus terrifiant que de ne jamais tomber enceinte, et puis moi même j’ai eu de grosses difficultés et mis des années à avoir mon bébé, on a donc dû faire des traitements FIV, et maintenant que je sais précisément ce qu’il faut faire pour donner ben… j’ai plus le courage 🙁 Je n’ai même pas le courage de recommencer pour avoir un 2ème bébé à moi pour le moment, si je fais un don je veux le faire après mon bébé 2, bon ça me laisse encore une dizaine d’années mais voilà, tout recommencer ENCORE… Enfin je ne l’exclus pas évidemment mais là tout de suite je n’ai pas la motivation …

  12. Ha ba ouais ! Y a pas que les dons de sperme pour les bran… heu pardon pour les messieurs. C’est bien que t’en parles, j’ai une amie sage-femme qui m’en parlait il y a quelques jours, et que le soucis c’est que ça n’est pas encore démocratisé comme ça devrait l’être.
    Bon ba au boulot alors ! 🙂

  13. Eh bien que c’est beau!
    J’ai l’impression que je ne suis pas encore prête pour ce don précisément. Pourtant, je sais que devenir parent est une des plus belles choses qui me soit arrivée dans ma vie. Je ne sais pas pourquoi je fais ce blocage….
    Peut être qu’un jour ça changera…

  14. J’ai lu ton billet, cela m’a interpellé, je suis aller sur le site … mais je bloque, pourtant je connais des personnes qui arrive pas à avoir d’enfant. Mon petit bout à bientôt 6 mois, je suis tombé enceinte en 3 mois .. j’ai de la chance je le sait ! Je donne mon sang, j’ai ma carte de donneur d’organe, je ferais surement les plaquettes mais là j’ai du mal ! Je tire mon chapeau à toutes les donneuses et à leurs conjoint qu’il accepte ( je suis quasiment sûr que le men ne voudrais pas )
    Et puis il y a un protocole qui m’à l’air long .. ce n’est pas comme donner son sang quoi !

    Bravo à celles qui l’ont fait ou qui vont le faire ! Un jour peut être j’ai le temps du haut de mes 23 ans !

  15. Euh… je corresponds exactement aux 4 premières lignes de ce post.
    Je m’étais aussi renseignée pour donner de la moelle osseuse.
    Mais donner un bout d’ADN que je pourrais croiser dans la rue dans quelques années sans le reconnaître, c’est au-delà de ce que je suis capable de faire.

    Sinon, j’ai quelques remarques au sujet du site : c’est peut-être mon navigateur, mais les premiers mots décrivant les critères n’arrêtent pas de remonter sans qu’on ait le temps de les lire, c’est assez pénible. Je me demande aussi pourquoi il faut rentrer prénom et code postal pour pouvoir lire…
    (je fais ces remarques à toutes fins utiles, au cas où les personnes t’ayant proposé d’écrire ce billet passe lire les commentaires qu’il génère)

  16. A croire que c’est dans l’air du temps !
    Je suis allée me renseigner la semaine dernière. Dans 6 mois ce sera trop tard pour moi. J’ai hésité trop longtemps. Je pense le regretter. Mais le centre est trop loin et la procédure trop contraignante vis à vis de mon boulot.

    Je n’ai plus le droit de donner mon sang et mes plaquettes et j’aurai aimé continuer à aider.

  17. Merci Ginie, du fond du coeur, ta conclusion me tire des larmes.
    Les consultations dans les CECOS (centres de dons) sont de véritables épreuves lorsqu’on attend un don, les médecins sont désespérés (A Toulouse, plusieurs dizaines demandes par semaine pour 2 dons par an en moyenne) et n’ont d’autre choix que de conseiller d’aller en Espagne. Ce que nous avons fait parce que nous avons les moyens mais pour ceux qui ne les ont pas, en effet il s’agit d’un véritable deuil.
    Aujourd’hui je sens mon fils faire des galipettes dans mon ventre parce qu’une jeune fille espagnole a eu le courage d’entamer ce protocole en échange d’un dédommagement, sans elle j’aurai perdu tout espoir. Alors encore une fois merci à toi, du fond du coeur.

  18. Marie, merci pour ce commentaire, je ne l’aurai pas mieux dit. Moi c’est grâce à une jeune Tchèque que j’accoucherai dans moins d’un mois d’un beau petit garçon.
    Merci Ginie pour cette article. Le don d’ovocyte est mal connu, mal compris… C’est un acte lourd, il faut bien le reconnaitre. Alors je ne remercierai jamais assez ma donneuse (même si elle a reçu une compensation financière) pour le cadeau qu’elle nous a fait.

  19. Avant j’avais peur …
    Puis je me suis renseignée … Et je n’avais plus peur
    Ensuite je me suis VRAIMENT renseignée …. et je ne peu malheureusement pas donner, au vu de mes antécédents de grossesses ….
    Alors j’ai été un peu triste …. et ,
    La généticienne m’a dit : C’est le geste qui compte , vous êtes généreuse et ça , c’est très beau …
    Alors je me suis apaisée .

    1. J’ai lu, j’ai hésité, j’ai regardé et bam, pareil 😉
      Et au fait, pourquoi cette limite à 37 ans ? après tout, on n’est pas si égales devant la Nature non ? peut-être qu’il y a des ovocytes de +37 ans qui sont encore potables ?

  20. Un sujet que je connais puisque je suis en ménopause précoce depuis 2008. J’avais 30 ans à peine.
    Ma cousine, après beaucoup de réflexion, avait pourtant accepté de faire ce don pour moi afin de me faire avancer dans la liste d’attente (sur la région parisienne, c’est 5 ans d’attente).
    Je l’en remercie chaque jour, même si je n’en ai pas bénéficié car mes enfants sont nés grâce au don d’ovocytes. A l’étranger.
    Une opportunité que j’ai saisi et tant pis s’il fallait payer.

    Pour une femme ayant perdu un enfant, je peux comprendre que le mot « deuil » soit fort.
    Mais apprendre à 30 ans que jamais je ne pourrai transmettre à mes enfants les yeux verts que ma grand-mère m’a transmis de part ses gènes, a été violent.
    C’est un travail sur soi à faire.
    C’est dans la culture et l’éducation qu’une petite fille deviendra une maman. A moins qu’elle ne le désire pas. Mais petite fille on ne te dit pas « tu n’auras jamais d’enfant parce que tes ovocytes sont pourris ».

    Autant on parle (presque) sans tabou du don de sperme, autant le don d’ovocytes, c’est différent.

    Je comprends parfaitement cette réticence pour une femme de donner ces ovocytes.
    C’est une part de soi autre que du sang ou des plaquettes.
    Et y a aussi la peur des conséquences. Et le nombre de fois où j’ai entendu « mais ça sera mes enfants ! »

    Le don d’ovocytes a changé ma vie.
    Je suis devenue maman grâce à ça. Je suis également devenue une nouvelle personne. Plus gaie, plus ouverte, plus apaisée.

    En tout cas, merci d’en avoir parlé.

  21. Oooohhh <3 Mes nièces étant nées d'une FIV (sans don, mais quand même), je ne peux qu'être sensible à ce sujet. Parce qu'elles sont de beaux cadeaux. T'es une belle personne Ginie, vraiment.

  22. faisant partie des « chanceuses » qui ont eu le droit de passer par l’AMP pour réussir à tomber enceinte (ça fait 8 semaines, ce sont des jumeaux et j’ai peur de les perdre), ça me tente de faire un don d’ovocytes pour celles qui n’en ont pas, pour qu’elles aient l’espoir de tomber enceinte.
    moi j’ai encore du mal à y croire après tant d’espoirs déçus (j’espère que ça ira mieux après l’écho du 3ème mois).
    mais je connais aussi les traitements… et passer par là pour soi, ça motive…
    mais pour une autre, je ne sais pas si je serais capable (la stimulation, ça va mais c’est la ponction, l’AG, tout ça…)
    il nous reste un embryon congelé, là c’est encore d’autres questions qui nous attendent si on ne me l’implante pas…
    parce que donner un ovocyte ou un spermato, ça me pose aucun pb de « conscience » ms un embryon, c’est vraiment un de nos enfants…
    bref, on verra…
    en tout cas, j’admire les femmes qui font des dons d’ovocytes, vraiment.

  23. Juste bravo à toi de parler aussi bien (comme d’hab je dirais !!) d’un sujet aussi sensible et finalement assez peu mis en avant dans les média …
    Moi je suis trop vieille mais mes organes attendent sagement !!!
    Des bises californiennes
    Marine

  24. Juste Merci à toi de t’être renseignée, d’avoir pu te faire ton avis, le changer et de partager.
    Je connais trop bien la pma, sujet sensible pour moi, ça ne m’a pas permis d’être mère, c’est un vrai deuil à faire, difficile…
    Alors quand je vois que certaines personnes sont prêtes à faire ce don, ça illumine un peu mon chagrin, je me dis que quelqu’un n’aura pas ce deuil à faire et ça c’est top!
    Bravo à toi! 🙂

  25. J’en avis entendu parler vaguement sans connaitre tout ce que j’ai pu entendre et lire ce soir grâce à toi.
    Ca demande réfléxion maintenant …. Merci à toi pour ce billet fort intéressant !!!

  26. Ce n’est pas tout à fait grâce à cette campagne de sponso, mais j’ai décidé de m’engager dans cette procédure.
    J’espère que je vais aller jusqu’au bout, je me sais optimiste par rapport au traitement, aux déplacements à prévoir, mais je m’estime chanceuse d’avoir eu mes enfants rapidement et sans aide, alors si je peux aider des couples à aimer encore plus (et à se lever aussi plein de fois la nuit, à avoir du vomi dans le cou), je vais tenter très fort de le faire.
    Merci pour ton billet, brillamment écrit, qui a inspiré des commentaires qui m’ont fait réfléchir encore.

  27. Un petit sujet d’actualité 😉
    J’envisage sérieusement de le faire, j’attends juste d’être « au complet ». C’est peut-être égoïste mais moi cela me permet de faire les choses sereinement, d’être au clair avec ma décision et m’engager en étant sûre de ne pas faire machine arrière. Ce serait tellement décevant.
    Pour moi, il ne s’agit que d’un don de cellule, je n’imagine pas que ces enfants seront les miens, parce qu’ils n’auront pas grandi en moi, je ne serai pas là pour les accueillir et les voir s’épanouir, ce n’est pas moi qui leur donnerai l’amour dont chaque enfant a besoin. Avoir un enfant, c’est beaucoup plus que le fait de donner « un peu de soi ».
    J’ai la chance d’avoir eu deux beaux bébés en pleine forme, adorables, souriants, plein d’humour et d’étoiles dans les yeux. Je crois que chacun des adultes désirant un enfant devraient avoir le droit de connaître ces beaux moments (et de passer des nuits pourries, de s’inquiéter pour tout, et de manger des raviolis froids parce qu’on n’a plus le temps de ne rien faire 😉 )
    Ce don permet de faire renaître des espoirs là où il n’y en a plus.

  28. Et bien très chère Ginie, tu ne peux pas savoir à quel point ton article me fait plaisir….
    Je suis atteinte d’une maladie qui se nomme l’endométriose et j’ai appris cela la veille de notre mariage après 2,5 ans de traitement par stimulation ovarienne qui a en plus aggravé le stade de cette maladie.
    Nous nous sommes engouffrés dans la PMA en 2008. Trois FIV ICSI en 9 mois ont suivi. En fait après le résultat négatif et un compte rendu du laboratoire expliquant une immaturité ovocytaire, j’ai fait des recherches et j’ai découvert qu’il n’y avait pas de traitement pour y remédier. Seule alternative : passer par une Fiv Do.
    Après en avoir parlé avec mon zhom qui m’a incité à retenter u.e fiv icsi et un résultat négatif, nous avons parlé d’une fiv do autour de nous….personne n’a voulu nous aider et encore moins la gynéco pma qui nous a dit de retenter une fiv icsi pour laquelle le protocole fût encore plus difficile car je devais me rendre au centre pma à 55km de chez nous tous les jours pour des échos de contrôle vu qu’elle m’avait mis des doses de cheval et qu’elle craignait une hyperstimulation…..pds négative.

    Direction la fiv avec un do. Inscription à l’hôpital Cochin après adhésion à l’asso Maia…5 ans minimum d’attente…et encore..en venant avec une donneuse…
    2009 fût une année très stressante. Nous avons dû choisir dans quel pays partir et nous avons choisi la République Tchèque. Pourcentages de réussite, bonne réputation, matériel ultra moderne, très bons échos via les couples y étant allés et les tarifs…oui parce que c’est aussi une question d’argent.
    C’est fou me direz vous…

    Nous nous sommes envolés le 24/10/09 vers Vienne. Puis taxi vers Brno où se trouve la clinique. Prélèvement sperm de zhom et des ovocytes de notre fée le 26/10 et mise en relation.
    5 jours après 5 supers embryons stade blastocytes.
    5 jours pendant lesquels nous sommes partis à Prague pour notre voyage de noces et pour tenter de décompresser.
    Le 31/10/09, rdv pour le transfert de deux beaux brybrys dans mon nid préparé avec Amour.
    Retour à la maison tous les 4 le 01/11.
    Canapage jusqu’au vendredi 13/11, jour de LA pds.
    Pds à 613IU… nous n’avons pas réalisé tout de suite et sommes rentrés dans la voiture, tristes…
    Et puis je regarde de nouveau et vois ce nombre….trop habituée aux pds négatives. Nous sommes remontés au labo pour voir une des biologistes pma qui nous annoncé que j’étais enceinte.
    Première écho à 130km de chez nous car pas de gynéco spécialisé près de chez nous…et deux coeurs battent…..nous passons un Noël magique.
    Les mois passent.
    Echo du 3 ème mois pour déclaration de grossesse le 14/01/10, jour de mon anniversaire…les deux bébés évoluent très bien.
    Je me rends à la Caf, fière comme un cygne.
    Fin janvier c’est la fin du traitement. Oui 6mois d’injections et de cachetons. Et là je vis les vomissements et l’épuisement que normalement on vit au 1er trimestre mais en pire car les deux bébés poussent commes des haricots et mon ventre comme un ballon.
    Les mois passent. Tout se passe au mieux. Ce sera deux petites filles.
    Deux petites fées qui ont vu le jour après un déclenchement de 24h et une césarienne de dernière minute, le 14 juillet 2010.
    Elles se nomment Elora et Solène et ont à ce jour 3 ans et 4 mois…
    Nous sommes heureux!!!!

    Tout ce récit pour vous montrer à quel point vous pouvez apporter le bonheur…..

    Merci de m’avoir lue.

    Peggy, maman comblée grâce à un don de vie.

  29. Je peux te dire que ce billet me remue les tripes… Parce que je trouve ca magnifique, mais que pour l’instant je n’arrive pas à me projeter, les appréhensions que toi, à la base. Mais j’irais voir le site, sait-on jamais! Merci pour ce post

  30. Pour suivre des bloggeuses qui sont en attente de ce don (principalement via le collectif BAMP qui regroupe tous les témoignages de personnes issues de PMA) cet article est top et j’espère qu’il sera relayé !

  31. Bonjour à toutes,

    je vois que beaucoup de filles ayant eu recours à l’amp parlent d’un protocole lourd, qu’elles « n’ont pas le courage de repasser par là »,

    Je voudrais ajouter mon témoignage car ayant donné mes ovocytes, j’ai trouvé le protocole beaucoup moins lourd que ce que je le craignais!
    Peut être est-ce le fait d’accumuler plusieurs séries de stimulations qui finit par être lourd, mais un seul don d’ovocyte n’est vraiment pas si difficile que ça!!!!

    une dizaine de jours de « stimulation » = en fait des piqûres qu’on peut se faire soi même, ultra simple et indolore, en 30 secondes c’est plié.
    Quelques prises de sang aussi pour adapter le traitement (moi ça ne me dérange pas car je ne suis pas spécialement phobique des piqûres)
    des échographies sur la fin (j’ai du en faire 3 ou 4 en tout),
    et la ponction, sous anesthésie locale pour moi, sortie de l’hôpital après quelques heures.

    Pour les filles qui habitent loin des centres, il y a moyen de faire les échographies dans sa ville et d’envoyer les résultats au centre.

    Donc en gros il y a des contraintes, certes, mais souvent moins que ce qu’on s’imagine!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *