Du courage

Il paraît que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Je n’en suis pas certaine.
Il paraît que l’union fait la force. Ça, j’en suis sûre.

Mains

Il y a très exactement 3 ans et 5 mois, je mettais un pied dans le drame de ma vie. Je ne me souviens pas avoir exactement envie d’en finir, mais je sais que je me suis dit que ma vie s’arrêtait là. Et ça a été le cas, pendant quelque temps. Je suis partie en même temps que lui.
Beaucoup de gens m’ont dit que j’étais forte d’avoir surmonté ça, qu’eux n’auraient pas eu ce courage. Avant mon fils, je n’ai pas perdu de personne très proche. J’ai encore mes parents, encore mes grands-parents. Quand j’y pensais, je me disais que jamais je ne pourrais survivre à quelqu’un que j’aime. Je n’ai jamais été forte.
Je ne le suis pas plus aujourd’hui.
Je dis souvent que je n’ai pas eu le choix, mais je crois que si, en fait.
Je n’ai pas eu le choix de continuer à vivre. Mais j’ai fait le choix de continuer à vivre le mieux possible.

Ça ne s’est pas fait comme ça. Les premiers jours, les premiers mois, la première année, j’étais détruite. De l’extérieur, on ne voyait rien, mais à l’intérieur, c’était en mille morceaux.
Au départ, je n’avais même pas envie d’aller mieux. Je ne voyais plus l’intérêt. A quoi bon ?
Je me souviens parfaitement de la première fois où j’ai souri. Dès que je me suis rendue compte que je souriais, j’ai éclaté en sanglots. Je n’avais pas le droit. Il n’était plus là, je ne pouvais pas sourire.
Je me souviens avoir dit que je ne serais plus jamais la même. J’avais l’habitude d’être cette fille rigolote, enjouée, positive. Il y avait un avant et un après.

Ça a pris plusieurs mois. Plusieurs mois de patience et d’amour pour mes proches. Plusieurs mois de douleurs, d’avancées et de rechutes pour moi. Mais j’avais pris la décision que, puisqu’il fallait continuer à vivre, il fallait essayer d’être les plus heureux possible. Pour nous, pour lui. C’est con, mais je ne voulais pas que, de là où il était, il culpabilise d’avoir rendu ses parents malheureux.

Outre l’amour de mes proches, il y a quelque chose qui m’a beaucoup aidée : les témoignages des gens. Je m’en suis abreuvée, pendant des mois. Pas les témoignages des gens qui racontaient leur malheur, non. Le témoignage de ceux qui avaient réussi à s’en sortir. De ceux qui avaient continué à être heureux.
Parce que bordel, être heureux, c’est quand même vachement mieux.

J’ai lu des témoignages sur les forums, j’ai reçu des mails de lectrices qui avaient vécu la même chose, je me suis nourrie de tout ça. J’y ai puisé de la force.
Au départ, j’avoue que je pensais que c’était impossible. Si elles y étaient arrivées, c’est juste parce que c’était leur nature. Elles étaient fortes, je ne l’avais jamais été.

Et pourtant.
Aujourd’hui,  je reçois régulièrement des messages de parents qui sont en train de vivre l’inhumain. Aujourd’hui, c’est moi qui leur dis qu’on peut s’en sortir, qu’on peut être heureux après.
Et c’est vrai.
Je ne vous dirai pas que tout est merveilleux, je suis pleine de failles, pleine d’angoisses, encore plus qu’avant. J’ai des moments où je pleure sas pouvoir m’arrêter, pendant des heures. Mais j’ai au moins un fou rire par jour et je crois pouvoir dire que je suis heureuse et joyeuse. J’aime la vie. A nouveau.

Vous devez vous demander pourquoi je vous raconte tout ça, moi qui vous ai habitués à garder une certaine pudeur.
Pour la première fois, je me suis confiée à cœur ouvert. Je ne vais même pas me relire, j’ai trop peur de me censurer, de me trouver impudique.

Si je le fais, c’est parce qu’avec Cécile, ça fait quelque temps qu’on a envie de monter un projet. Un site qui aura pour but d’aider les gens à surmonter les drames de la vie.
Cécile a vécu le même drame que moi, il y a bientôt dix ans. Pendant huit ans, elle a été la présidente de l’Association Petite Emilie, qui s’occupe des parents qui vivent un deuil périnatal.
Au départ, on parlait de faire un site communautaire sur cette thématique, mais on n’était pas très emballées. On n’a pas les épaules pour recueillir ce genre de témoignages. On avait vraiment envie d’un truc positif.
Et puis, l’idée est venue. On allait créer un site qui recueillerait les témoignages de gens qui ont surmonté un drame. Et qui expliquent comment ils ont fait. Pour aider les autres, ceux qui sont en plein dedans et qui cherchent à remonter la difficile pente.

Quel que soit le drame. Un deuil, une séparation, une maladie. Le malheur n’a pas de degré.
Le site n’est pas encore créé, mais déjà, j’aurais voulu savoir si ça vous plairait. Savoir si ceux qui se reconnaissent seraient partants pour témoigner.
Les témoignages sont totalement libres, la longueur, le vocabulaire, c’est comme bon vous semble. Tout ce qu’on demande, c’est de ne pas trop parler du drame en lui-même, mais plutôt du cheminement pour le surmonter.
Avec Cécile, on s’occupera juste de corriger les fautes et de mettre en page, avant de publier.
Le site ne sera absolument pas à but commercial, il n’y aura aucune pub et ceux qui témoignent pourront retirer leur témoignage à tout moment.

Voilà. C’est l’un des projets qui me tiennent à cœur pour 2014.
Alors, vous en dites quoi ?

Ginie, gourou

 

EDIT : En lisant certains commentaires, je me dis que je me suis peut-être mal exprimée. Ce site parlerait de TOUS les drames, pas juste du deuil périnatal.
Merci de vos réactions, je suis très émue.

Rendez-vous sur Hellocoton !

237 commentaires

  1. Pour la première fois, je vais te répondre.

    C’est un magnifique projet ! et qui plus est il devrait aider beaucoup de gens. J’ai dans mon entourage un couple qui a perdu leur dernier enfant d’une maladie rare et ils arrivent aujourd’hui à aller de l’avant grâce à une association. (je ne ferai pas de pub je ne pense pas que ce soit l’endroit).

    En tout cas je vais partager ton billet et je te souhaite un beau projet 🙂

  2. C’est une excellente idée, je pense que ça peut faire énormément de bien de lire des témoignages de personnes qui sont passées par là, avant nous, et qui nous montrent qu’on s’en sort, que c’est dur mais que la vie continue, malgré tout. Je vous souhaite vraiment d’aboutir à votre projet, et vous envoie à toutes les deux tout mon soutien.

  3. C’est un joli projet.
    Lorsque j’ai été gravement malade, mon entourage a eu un grand rôle bien entendu pour me faire remonter la pente, mais le net a été aussi ma planche de survie.
    J’ai passé beaucoup de temps sur doctissimo, mais le hic c’est qu’il y avait beaucoup de trolls.. et on y lit de tout, j’essayais de ne lire que le bon, que l’espoir mais ce n’était pas facile d’éviter certaines lectures.
    Et puis, je me suis passionnée pour mon site internet, pour des forums.
    Je pense que ce projet peut être une planche de survie pour certains, je le pense vraiment.

  4. J’ai perdu des proches, j’ai vécu des choses difficiles, de là à dire que ce sont des drames cependant, non… Je ne suis donc pas, je ne me sens pas du moins, concernée. Toutefois, si cela m’arrivait un jour, j’aimerais avoir un tel site sur lequel m’appuyer, et je trouve votre idée et ce concept vraiment bien.

  5. J’en dis que vous êtes, toi et ton amie, incroyables.
    Faites le, tu dis que les personnes qui ont pris le temps de te soutenir, de parler, d’éclairer, t’ont aidée. Je ne fais pas partie des gens qui pourront témoigner, mais si ça peut aider une, même une seule personne, je dis oui!

    J’ai connu quelqu’un qui a vécu un drame atroce, et qui a aujourd’hui donné un petit frère et une petite sœur à son premier fils. Peut être acceptera t elle de témoigner…

  6. Je ne sais pas trop si je peux donner mon avis vu que j’ai la chance incommensurable d’avoir été épargnée par le sort jusqu’ici… Mais je trouve que c’est une très belle idée, positive et pleine de générosité. Je vous souhaite de réussir ce joli projet !

  7. Que je temoignerait avec « plaisir » et que je connais une bonne dizaine de maman prêtes à le faire j’en suis sûr. Que j’ai longtemps cherché des gens heureux après ça, que je me suis longtemps demandé ce que je serais dans un an, deux ans ….
    Que c’est en partie grâce à petite émilie et au maman que j’y ai rencontré que je vais mieux, bien et que ma vie est redevenue bonheur !

  8. je pense que c’est une très bonne idée! go, go! de même, quand il m’a fallu vivre la perte de mon fils, lire des témoignages à travers livres et forums m’a énormément aidée. Je crois que ça ne peux faire que du bien. Je partage et longue vie au projet!

  9. C’est vraiment une excellente idée, quand on vit le pire, ben de savoir que d’autres ont survécu, ben ça aide à se raccrocher à la vie et à continuer
    j’aurais aimé connaitre ce genre de site, il y a 12 ans…

  10. Belle idée…
    quand on vit un drame, ça fait du bien de lire que d’autres en sont sortis, et que sur le moment ils ont vécu les mêmes étapes que nous…
    Je vous soutiens à 100 %

  11. Je vote pour et je participerai avec plaisir même si ça fait seulement 13 mois que ce drame nous a terrassés.
    Je me suis « nourrie » de toi après tout ça, je ne suis pas allée voir les témoignes glauques; juste toi.
    Alors un grand oui!

  12. C est une idée magnifique et d une grande humanité je trouve. Je n ai pas vécu le même genre de drame mais quelque chose sur lequel je garde le silence, que j ai enfoui au fond très loin pour ne pas montrer mon mal être une histoire quelle qu elle soit change une vie en mal en bien en mieux des fois.. C est un beau projet que je vous souhaite et que je souhaite pour beaucoup qu il voit bientôt le jour. Courage a vous, je doute que ce soit quelque chose de facile, ça va faire remonter a la surface beaucoup d émotions pour votre amie et vous et je pense que ce sera moralement éprouvant de ire tous ces témoignages même s ils finissent « bien ». Merci pour cette initiative. Bises à vous 2 et à toutes les mamans et tous les papas qui ont vécu cette situation.

  13. Même drame, même galère, je me retrouve tout à fait dans cet article. A l’époque, il se trouve qu’une émission « les maternelles » évoquait le sujet de deuil périnatal, des IMG et j’ai trouvé bcp d’aide, de conseils, de réconfort et de tendresse sur magic maman…..
    Il y a un avant et un après alors si votre projet peut aider d’autres personnes à remonter la pente : foncez !
    (bravo)

  14. Quelle magnifique idée. Je vous lis beaucoup… Mais ne prend pas la peine de commenter…
    J’ai perdu ma princesse le 28mai dernier, ça fait déjà longtemps et si peu en meme temps… Et comme vous le dites, j’ai l’air d’aller bien mais je me sens égratigner à jamais au fond de moi…
    Elle me manque tellement… Donc je me dis que ça me ferai du bien de lire du positif pour changer un peu

  15. + 100000
    C’est une excellente idée… J’ai perdu une petite fille à terme, mfiu comme ton bonhomme, et oui, il y a un apres, qui est heureux. La vie a qq chose « de plus » malgré cet énorme manque. Je serai ravie de témoigner, de dire qu’au bout du tunnel, il y a de la lumière. Et proposer les outils qui nous ont aidés <3

  16. C’est vraiment un magnifique projet! Je pense qu’il apportera de la lumière à ces personnes qui vivent ce drame. Pour pas s’enfoncer dans le malheur en lisant « seulement des témoignages », ils auront un plus qui les tirera vers le haut. C’est vraiment ce qui manque !

    Très beau projet à vous deux ?

  17. Bah mince, je découvre que Cécile est la présidente de « Petite Emilie », un forum que ma meilleure amie a beaucoup fréquenté quand elle en avait besoin. Je ne sais pas si elle y va encore pour trouver des réponses ou les réponses à donner à sa fille qui 2 ans 1/2 plus tard commence à lui poser de nombreuses questions sur le petit frère qu’elle n’a pas connu.

    Personnellement, je n’ai rien à partager, mais je suis certaine que ça aiderait beaucoup les parents qui en ont besoin.

  18. Quel magnifique projet ! J’espère pouvoir y apporter ma petite contribution, sait-on jamais que cela pourrait aider d’autres personnes !

    Je compte bien suivre l’avancée de votre projet de près 🙂

    Bravo !

  19. C’est une très belle idée Ginie mais comme tu le dis, il ne faudra pas trop s’étendre sur le drame (moi ce fut la maladie d’une de mes filles) car sinon on va tous et toutes pleurer.

    Il sera peut-être bon de réunir des adresses de professionnels dédiés.

    Je vous trouve très courageuse les filles car je crains que cela ne soit dur quand même…

    Brigitte

  20. Je n’ai heureusement pas connu ce genre de drame… mais je trouve que votre idée est formidable ! comme c’est dit plus haut, ça ne pourrait qu’aider les parents qui sont face à cette souffrance atroce… plein de bizz

  21. Très bonne initiative. Il ne faut pas douter de vous, l’intention est bonne, et le partage des expériences est utile dans ses moments… je vous souhaite à toutes les deux tout le courage pour mener à bien ce projet. Bonne soirée 🙂 iso

  22. C’est de la putain de super bonne idée. Et j’aime par dessus tout le fait que ce soit dans une optique positive, de dire aux gens : oui on peut surmonter ses drames personnelles et aujourd’hui j’aime la vie 🙂
    Des bises

  23. Ma réponse est évidente 🙂 .
    J’ai écrit quelques articles sur mon blog, je crois qu’ils sont tous positifs, avec le recul forcément, la colère et le sentiment d’injustice est apaisé et on accepte mieux. Je crois que quand on vit cela, on a tous ce réflexe de chercher des personnes « comme nous » pour trouver un réconfort, ou juste en parler. Pour voir que les sentiments qu’on éprouve sont « normaux ».
    Si besoin, je suis volontaire pour apporter ma (petite) pierre à votre édifice, qui, je suis sûre, saura aider les parents qui vivent ce drame.

  24. C’est une super idée. J’ai aussi souvent des témoignages de personne qui sont en plein parcours Pma et que j’ai pu aider via mon blog. Donc j’en suis…. Et tu pourrais même lancer une demande de financement, j’en serai…

  25. Il faut essayer de voir les choses autrement, bébé-tout-neuf ne serait certainement pas là aujourd’hui si le premier bébé n’était pas décédé non ?
    Ce n’est pas un jugement, loin de là, et j’espère ne jamais vivre une chose pareille. Mais il me semble que j’essayerai de voir la chose comme ça.

      1. C’est une évidence…. Ca m’énerve tellement quand on me dit : « t’en aura un autre « ….. Cela n’effacerait rien ! En tout cas, moi, cela m’a fait du bien de lire votre article…. Parce que j’ai vraiment envie de savoir comment les autres parents s’en sortent, si c’est possible !? Si ça vaut la peine de se forcer comme je suis obligé de le faire aujourd’hui ! Alors un grand MERCI

      1. Non, je n’ai pas de chien. (question bête réponse bête 🙂

        J’ai effectivement manqué de tact.
        Je n’ai pas d’enfant.
        Je pensais qu’avec le temps on arrêtait de vivre avec un fantôme d’un enfant qui n’a pas eu le temps de vivre pour se consacrer sur le présent.

        Je ne pense pas avoir été méchante, j’ai manqué de tact oui, désolée.

        J’essayais de vous dire que vous avez un enfant que vous aimez le plus au monde, qu’il faut se raccrocher à ça. Vous auriez pu avoir un deuxième enfant oui, mais pas celui-la, scientifiquement ce n’est pas possible.

        Mon message n’a pas été compris, tant pis.

        Et non je sais très bien que je n’aurais pas pu être psychologue. Bref.. Bonne continuation.

        1. les commentaires qui suivent ne concernent que moi et je ne parle pas au nom de Ginie, meme si je pense qu’elle doit le ressentir comme ça.

          heu Ginie n’a pas un enfant qu’elle aime le plus au monde, mais deux, dont un est malheureusement parti bien trop tot… Donc non elle ne va pas reporter son amour (qui n’est pas une donnée quantifiable) de l’un sur l’autre. Jusqu’à son dernier souffle elle aura de l’amour pour son premier ET de l’amour pour son second. Un amour unique et infini pour chacun qui sera personnel et commun à la fois.
          En tout cas moi c’est comme cela que je ressens les choses vis à vis de ma soeur jumelle morte-née. Même si c’est complètement différent dans l’approche et le ressentit et l’impact que cela peut avoir sur nos vies respectives à Ginie et à moi, je pense qu’en terme d’amour on se rejoint. J’ai deux soeurs: une qui n’a même pas eu le droit de respirer sa première bouffée d’oxygène et l’autre qui est toujours là et avec qui je m’entends comme chien et chat. Et je porte le même amour, bien que différent à mes deux soeurs.

          Et que viennent faire ses allusions à la science? Qu’est ce qui n’est pas scientifiquement possible?

          Si je peux me permettre un conseil: vivez, respirez, aimez, lachez-vous, sortez de votre zone de confort. Au début ça va faire mal, comme lorsqu’on sort d’une grotte et que l’on est ébloui par le soleil, mais après on savoure et surtout on vit.

          1. Je me permets de reformuler les propos d’Emmanuelle : avoir bébé-presque-tout-neuf (celui-là et pas un autre) n’aurait pas été scientifiquement possible si Ginie n’avait pas vécu ce drame.
            Elle aurait peut-être eu un deuxième enfant, oui, mais ça n’aurait pas été celui-là.
            Le premier enfant perdu a « permis » d’avoir ce bébé-presque-tout-neuf.

            Emmanuelle manque cruellement de tact, oui, mais elle n’a pas tort (que son raisonnement soit « moral » ou non, qu’il apporte quelque chose ou non).

            Votre dernier paragraphe est infondé (en quoi ce qu’a dit Emmanuelle démontre une certaine frilosité par rapport à la vie ?). Vous devriez vous-même respirer, pardonner à Emmanuelle sa brutalité (ou pas, d’ailleurs) et simplement passer à autre chose.

          2. @Lily,

            je vous rassure je respire, et je n’en veux pas à Emmanuelle, car je pense que c’est un manque de tact et pas de la méchanceté. Je ne lui en veut pas je ne suis pas fâché, et son « écart » est déjà oublié. Après oui je me permets de lui dire que ce qu’elle dit manque complètement et cruellement d’empathie. J’aurais pu oui ne rien dire et la laisser tenir des propos durs et presque cruels et surtout empreints de naïveté. Si elle veut développer son empathie, le meilleur moyen c’est de se mettre vraiment à la place des gens, de laisser parler ses émotions, d’être ouvert et de dialoguer. Bref de vivre.

            Donc oui elle me donne l’impression d’avoir une certaine retenue pratique et une vision assez théorique de la vie et pas assez empirique pour tenir de tels propos.

            Mais je vous rassure, je n’ai aucune rancoeur contre elle. Elle est comme elle est, et même si je ne suis pas d’accord avec elle et ses propos, je savoure la diversité que procure nos échanges (entre elle moi et vous). Je ne suis pas là pour imposer un point de vue mais juste pour échanger et m’enrichir de cet échange.

            Sur ce je continue mon chemin. 🙂

            Amicalement

    1. Mon Dieu, il y a vraiment des gens pour dire des horreurs pareilles ? Voir le côté positif d’un deuil aussi horrible ? Si on vous disait (c’est un exemple sans rapport avec le deuil de Ginie) « votre père est mort, mais votre mère se remarie avec un homme que vous allez beaucoup aimer », est-ce que ça vous rendrait moins triste ?
      On ne donne pas de conseils pareils quand on n’a pas vécu un deuil similaire, parce qu’on ne peut pas comprendre si on ne l’a pas vécu soi-même. On peut seulement soutenir la personne – sans paroles creuses et stupides.

  26. Pour avoir vécu des choses « pas facile », je peux dire que oui, on cherche au bout d’un moment à se raccrocher, et si possible à des gens qui seraient « passés par là »…et puis après, on a envie de « rendre » cette aide précieuse que l’on a reçue…alors je ne peux que vous féliciter ton amie et toi de cette bien belle initiative…ce sont des démarches comme celles là qui donnent envie de croire encore en la nature humaine…BRAVO!

  27. voilà une orientation potentielle à donner à votre projet…

    Il y a une association TRES TRES TRES connue aux USA, pour ce type de cause, qui s’appelle « Now I lay me down to sleep »
    https://www.nowilaymedowntosleep.org/
    C’est une association de photographe et de bénévoles, qui proposent leur service bénévolement auprès de famille qui sont sur le point ou qui viennent tout juste de perdre un enfant après la naissance, en se déplaçant sur les lieux pour faire une ultime session photo, qui permettra ensuite de garder une trace, une image, et ainsi de mieux faire le deuil…
    Je sais qu’en France cela peut paraitre morbide (les français trouvent tjs à râler et à voir l’aspect négatif des choses), car en effet, nous n’avons pas, contrairement aux américains, l’habitude de faire annuellement des photos de nos enfants, par un photographe pro.
    Quoiqu’il en soit, cette association fait des miracles là bas et bénéficie d’un énorme soutien aussi…
    Etant photographe pro, et me sentant très très proche de cette cause, j’avais voulu rejoindre leur réseau, mais malheureusement, en France, tout est à faire à ce niveau… et même si leur outils sont rès complet, rien que la traduction de leur site en français et tout et tout est une énorme énorme charge de travail pour une personne toute seule… j’ai donc abandonné ce projet, dans l’espoir un jour de pouvoir aider malgré tout…
    Je ne sais pas dans quelle mesure je peux aider, mais cette cause me tiens à coeur, car je connas dans mon entourage des personnes touchées par ce drame et j’imagine que j’aurai moi aussi besoin de beaucoup de soutien pour y survivre…. bref, tout ça pour dire, que c’est une piste qu’il n’y a rien d’équivalent en France à ce niveau… et c’est bien dommage car il y a des familles qui souffrent seules en silence….
    Si je peux aider avec ce que je sais faire de mieux, n’hésite pas à me contacter…; plus on sera nombreux et mieux ce sera 🙂

  28. Je pense qu’un jour ou l’autre on est tous confronté un un drame. Et chacun gère à sa façon. Je pense que c’est une très bonne idée, ça peut aider ceux qui liront que OUI on peut être heureux après et peut être un petit peu plus ceux qui justement sont sur cette voie du bonheur, parce que parfois, de coucher son ressenti sur papier (même virtuel) ça fait un bien fou. Alors moi je dis OUI OUI OUI à votre projet !

  29. je participerai peut être, je ne sais pas encore, parce qu’aujourd’hui ça va, mais on met notre carapace de ça va bien  » et on fait comme s’il était en voyage. A mon papa qui a choisi de partir <3

  30. Mon frère et ma belle-sœur ont perdu 2 bébés à 3 ans d’intervalle, le 1er à 18 jours et la 2eme à 19 jours après des grossesses plus que normales. Ils auraient eu 7 ans et 3 ans, et lorsqu’on voit ce couple avec leurs petits bouts de 7 ans et 1 ans (oui, le premier avait un frère jumeau) personne ce croirait ce qu’ils vivent encore aujourd’hui : ce sont des personnes gaies, drôles, allant de l’avant mais qui parfois craquent (les « premières fois » de n’aîné par exemple, les dates anniversaires, ou tout simplement rien, comme ça…). Je les admire et en même temps je me dis que je ne sais pas comment j’aurais réagi face à une perte, alors je me contente d’être là pour eux pour les soirées rigolade quand ils viennent en week-end, ou pour les fêtes, ou pour les larmes ou n’importe quoi :).

    Un site : oui, je pense que pour certaines personnes cela pourrait être une aide, un point de rencontre, un endroit pour parler ou lire des témoignages et se sentir moins seules, désemparées….

  31. Petite précision : Je ne parlais pas de remplacer un enfant par un autre. Mais bien d’essayer de positiver, que si tu avais eu ton premier enfant, ton enfant actuel ne serait pas là ! Tu comprends ce que je veux dire ou pas ?

    1. heu ouais, mais bon:

      de 1 c’est super maladroit et ça manque cruellement d’empathie
      de 2 on a vraiment l’impression que t’as pas d’enfants
      de 3 c’est pas parce qu’un enfant meurt que t’en fait un autre. même si le premier est mort, le second sera toujours le second qui n’a pas de grand frere

      donc le positivisme et la méthode Coué c’est bien pour faire du sport, des régimes et arreter de fumer, pas pour faire des bébés ou passer un deuil aussi intime que celui là.

    2. Vu qu’on a attendu plus d’un an, histoire de faire le deuil, si, il serait sans doute là quand même. Mais il aurait un grand frère ailleurs que dans une boîte.
      Pardon mais je trouve ton commentaire horriblement déplacé. Je ne te souhaite pas d’avoir à te rendre compte à quel point.
      (Et je ne pense pas avoir besoin de cours pour « positiver »)

      1. Positiver un décès?
        Bon, c’est une idée.
        Moi perso, je peux pas. Je n’ai pas perdu d’enfant (dieu m’en garde) mais un père, et des grands-parents à peu d’intervalle, le papi mort dans mes bras pendant un repas de Noel. Tout ça, c’est déjà bien douloureux et pourtant ce n’est pas mon enfant. Non, c’est évident, définitif, la mort d’un enfant dépasse tout ce qu’on peut imaginer en terme de douleur et le positivisme… mon dieu, mon dieu, positiver QUOI?
        J’en ai les larmes aux yeux et le coeur serré rien qu’à vos mots qui ne disent rien mais où l’on voit tout transparaître. L’acceptation est un long chemin. Mais l’amour est éternel.

    3. Non mais en plus, l’un n’empêche pas l’autre… Peut être que Ginie voulait une grande famille avec des enfants rapprochés. Et ça vous n’en savez rien.

      Quoi qu’il en soit, les enfants sont uniques. J’ai vu un reportage une fois qui m’avait fait pleurer sur une maman qui perdait son enfant dans des conditions similaires à celle de GInie. Et elle avait eu cette phrase qui m’a bouleversée. Elle disait que ce qui lui arrachait le cœur c’était de savoir que même si elle cherchait sur toute la terre, partout, partout, jamais elle ne retrouverait sa fille. Que cet être unique s’était envolé et ne pourrait jamais être remplacé.

    4. quelle maladresse c’est affreux!!!bébé2 peut être le plus merveilleux bébé du monde tu ne peut pas dire que « le sacrifice de l’un valait le coup » en fait ça marche quand tu perds un boulot ou un mec mais que tu retrouves mieux!

    5. Emmanuelle, garde-bien dans un coin de ta tête tes réponses à Ginie. Si tu es Maman un jour, alors, tu comprendras. Je te laisse le temps de « grandir »…

  32. Je trouve que c’est un fabuleux projet. Plein de bon sens. Je crois que profiter d’un lieu où chacun serait libre de s’exprimer sur son propre drame est une bonne démarche. Mais bien sûr dans un sens positif. Pour donner de l’espoir aux autres. Quelle belle idée ! Moi, en tout cas, ça me plairait de parler de la maladie en montrant qu’elle ne m’empêche pas de vivre comme tout le monde 🙂 Alors, je te souhaite de tout coeur que ce projet puisse se mettre en place.

  33. Un très beau projet que je te souhaite de réaliser de tout coeur ! Ton article m’a beaucoup émue, se lancer dans cette aventure risque de ne pas toujours être facile mais c’est une très belle idée et je t’envoie tout plein d’ondes positives pour que Cécile et toi réussissiez à mettre en place cela très vite 🙂

  34. J’en suis! Tu peux compter sur ma participation. Même si pour le moment, je ferais sans doute encore un peu parti de ceux qui ont besoin de lire qu’on se relève, après ça.
    Le jour où je serais vraiment debout, je viendrais raconter comment j’ai réussi. Comment on a réussi.

    Des bisous, plein plein plein.

    Et merci pour cette belle idée.

  35. C’est un très chouette projet ! j’y contribuerai avec ma petite histoire, non pas de deuil, mais de divorce surmonté ! A l’époque je pensais que ma vie était fichue et ça m’aurait bien aider de lire des témoignages de femmes ayant surmonté leur chagrin !
    Merci ginie et ton amie pour cette belle initiative ! je vais suivre ça de près ! 😉

  36. C’est une bien jolie idée et à mon sens, c’est offrir une aide à double sens : permettre à ceux qui vivent un drame de voir une issue, oui bien sûr, mais c’est aussi offrir à celles qui témoigneront un endroit où poser les valises. Parce que parfois, c’est difficile d’en parler avec les proches. Paul aurait 8 ans aujourd’hui,, bientôt 9, et pour tout le monde je devrais avoir tourné la page, oublié. Bien sûr, mon chagrin est différent, mais je porte Paul pour toujours ? Alors je trouve ça chouette que tu offres un espace pour parler, ça peut permettre à la fois de vider un sac et aussi de laisser une trace. Bref, je trouve que c’est une très chouette idée !

  37. Juste un mot let s go merveilleuse idée car dans mon malheur (décès de ma fille unique de 16 ans en 2009 dans un accident de voiture) j aurai aimé pouvoir être aider dans l après. …

  38. C’est un magnifique projet. Et je trouve qu’il te ressemble… Tu crois que tu n’es pas forte pourtant tu l’es, ta force c’est ton optimisme, ta joie de vivre coûte que coûte. Je trouve merveilleux que tu souhaites partager cette part de toi pour aider les autres, c’est généreux, c’est émouvant… Et ça me donne envie de pleurer de joie (oui je suis un peu excessive émotionnelle ment est temps ci! ;-))

    Je ne sais pas si un témoignage comme le mien pourrait convenir parce que je n’ai pas l’impression d’avoir vécu un drame, mais si tel est le cas alors je me ferais un plaisir de témoigner et de participer un peu à ce beau projet!

    1. SI quand même Aurore 🙂 Pour quelqu’un comme moi qui n’a jamais eu d’accident de parcours, tu as vécu un drame. Et comme tu t’en es sortie, ton témoignage serait vraiment intéressant 🙂

  39. Lancez-vous… vous avez envie de le faire… cela vous tient à cœur… cela aidera ceux qui malheureusement souffriront comme vous avez souffert…

    Ma puce a eu un cancer à 20 mois… chimio et opération : elle a fêté ses 2 ans en soins intensifs. Elle va bien maintenant. Elle a 5 ans et est en pleine forme.
    A ce moment-là, je me suis interdit d’aller sur Internet car je ne trouvais que désespoir et angoisse. J’aurais aimé avoir un site qui soit plus « positif »…

    Je comprends quand tu dis que l’intérieur et l’extérieur ne correspondent pas. Encore maintenant alors que ma fille est en rémission, j’ai des moments d’angoisse inexplicables (ou trop explicables…).

    Merci pour ton message et ton idée.

  40. Tu veux dire, un endroit où je pourrais raconter comment je suis devenu Maman 1 an et demi après avoir perdu ma propre mère ?!
    Je vote pour ! J’ai toujours autant besoin d’en parlant 3 ans après…

  41. Je trouve que c’est une merveilleuse idée! mon papa a été assassiné quand j’avais 7 ans et je sais pas trop ce qui m’a permis de m’en sortir. Mon jeune age, ma mère, mon amnésie partielle qui fait que je ne me souviens pas de lui! bref, la vie n’est pas remplie que de bonnes choses et même si l’être humain peut être amour et compassion, il peut aussi être incompréhension et cruauté (voulue ou non) et certaine personne sont seules dans leur épreuve et on besoin de soutien. Internet est dangereux sur bien des points mais il permet aussi des rencontres fantastiques qui peuvent changer une vie. en tout cas je suis à fond avec vous pour ce projet

  42. Aller vers le bonheur doit prendre un temps fou pour tout type de perte mais encore plus pour le deuil d’un enfant, aider les gens juste à aller mieux, à en avoir le droit, le droit de sourire et de parler d’autre chose, le droit d’avoir un avenir … oui cela peut aider du monde, je serais heureuse de voir ce que vous aller faire de ce site.
    J’en profite pour saluer le blog, j’aime son coté parfois grinçant et très naturel !

    Bonne continuation
    Priscilla

  43. C’est une merveilleuse idée. Sachant qu’en plus, avec ta notoriété le site sera plus facilement connu et pourra donc aider davantage de personnes. Ça permettra a ceux qui ont vécu un drame de pouvoir se dire que l’on a des ressources insoupçonnées et que si d’autres ont réussis a reprendre goût a la vie, pourquoi pas eux. Mais en attendant, si, tu es forte, d’autres se seraient juste laissés mourir. Alors que, malgré tous les drames qui nous arrivent, il y a des petits bonheurs qui valent le coup d’être vécus

  44. Ginie, c’est encore moi !
    J’ai vécu presque la même chose que toi voici 34 ans bientôt, je te l’ai déjà raconté lors de ton premier post à ce sujet, qui m’avait bouleversée. Malgré deux autres enfants, pendant 33 ans, je me suis détruite consciencieusement de façon plus ou moins consciente. Et il aura fallu ce p***** de cancer pour que je sorte la tête de l’eau et que j’accepte de refermer ce tiroir-là…Je pense que j’en suis sortie, de ce drame, enfin.
    Oui, c’est un très beau projet, j’adhère à 100%. Même si je ne suis pas sûre que je témoignerai lus longtemps, vu que le tiroir est refermé. En tous cas, pas tout de suite. Mais garde espoir, ton chagrin est normal, trois ans après. Si tu ne pleurais plus, là ça ne serait pas normal. Mais bon, pas 33 ans non plus, hein. On oublie jamais, mais on avance. A son rythme. Bisous, je t’aime fort !

  45. Avec le recul, de quelques secondes, mon commentaire peut paraître totalement insensible… Mais ce n’est pas le cas. Probablement, a cause des nuits trop courtes mais j’ai l’impression de ne plus arriver a trouver les mots justes, donc désolée si mon précédent commentaire a pu heurter quelqu’un

  46. Coucou (purée comment c’est nul comme entrée en matière)
    Je trouve l idée géniale mais j’ai peur du revers de la médaille. A parfois trop vouloir aider les gens on oublie de se préserver et rappeler vraiment la démarche d acceptation.
    Je m explique : j’ai été battue par mon père, séparer de ma mère pendant près d un an. J’ai surmonté va comme une grande.
    J’ai mon frère qui a failli mourir d’un grave accident de voiture il y’a deux ans. Il est vivant mais j’en ai perdu mes illusions sur un dieu quelconque.
    J’ai le suivi que je t’ai raconte dans un long message (auquel tu m’as pas répondu sniffff) mais j’avance car je ne peux pas reculer.
    Voilà mon avis du soir.
    Je t’embrasse

  47. Ooo très bonne idée il y à 2ans j’ai fait une grossesse extra uterine et je doit dire que j’en suis encore assez marqué!pareil parfois je me dit que je né peut pas être complètement heureuse car mon bébé est mort c’était lui ou moi!(je sais comme beaucoup m’on déjà dit c’était qu’un embryon mais dans mon coeur c’était mon bébé) je te lit depuis quelque mois et c’est vrai que du positif après un drame un chagrin une peine fait du bien!on est pas seuls et c’est surmontable ça aide à avancer!Merci pour cette idée! (désole pour l’orthographe et la grammaire elles n’ont jamais été mes amies et c’est pas faute d’essayer!!)

  48. Bravo pour ce témoignage. Les gens qui ont perdu un enfant, quel que soit l’âge, puisque ce n’est pas censé être dans l’ordre des choses, ont un courage immense de tenir, d’être encore là, de continuer de vivre et sourire. C’est une leçon pour celles et ceux qui se créent des problèmes à partir de rien du tout juste pour attirer l’attention ou nourrir leur esprit névrosé… Fais juste attention à te préserver, car simplement lire ton billet m’a mis la larme à l’œil, alors, être dans ta situation et lire les histoires de gens ayant connu un deuil peut te mettre les tripes à l’air. Bonne soirée.

  49. Ça me donne envie de pleurer (je pleure d’ailleurs). Pas juste ton/vos histoire (s) (même si y’a pas chier, c’est triste à avoir envie de crever), aussi votre bonté. Celle d’avoir envie de donner, de pouvoir offrir des avenirs quand on y pense même plus.
    Je sais comme on peut imaginer qu’il n’y aura plus jamais un vrai sourire. Qu’ils seront toujours forcés. Et un jour, ça va. Il y a des tas d’explications, mais ça va.
    Je suis 1000% avec vous et je me ferai un plaisir de partager. Savoir que ça pourrait rassurer ne serait-ce qu’une personne, ça vaut le coup. Assurément.

  50. Je suis pour et archi pour et je serais ravie s’y participer au vu de mon expérience perso! J’ai pas vraiment été épargnée par le sort (et je crois bien que Dieu se fout un peu de ma gueule) et j’aurais deux trois petites histoires en stock! Ce qui ne m’empêche pas de rire a gorge déployée et de croquer la vie! ^_~

  51. Je pense que vous pouvez y aller ! Vu la centaine de commentaires que je viens de lire ;-). Je trouve que tu es forte également mais je ne te connais qu’au travers de ton blog, tu dégages tellement d’émotion dans tes textes : du rire aux larmes. Seulement quelques petits ratés pour nous, mais si ça peut aider des personnes, je témoignerai volontiers.

  52. Très beau projet, Ginie et Cécile !
    Connaissant deux personnes ayant vécu un deuil périnatal à différents niveaux, et s’en sortant (ou pas) de façon totalement différente, je pense que les témoignages d’espoir sont une très bonne idée. Et pas que pour le deuil périnatal, en effet…
    Tu es une belle personne, Ginie, quelqu’un de bien !
    <3<3<3

  53. chaque histoire qui a été vécue comme un drame aura sa place…
    parce que c’est en ayant appris à vivre avec qu’elle pourra servir à d’autres. C’est en puisant son énergie au plus profond de ses ressources, et en puisant l’énergie de ceux qui en ont retrouvé qu’on peut se remettre d’histoires qui sont insensées de douleurs. Il n’y a pas d’échelle dans la souffrance et donc aucun jugement possible de la souffrance d’un autre.
    Juste se dire qu’il a besoin d’être pris dans nos bras.
    Alors si ce lieu peut être un espace de chaleur et d’écoute, il deviendra un lieu d’entraide et ça sera tellement chouette.

  54. Oulah…encore un billet qui va me faire pleurée…
    J’ai perdu mon papa le 9 juin 2010… mon papa c’etait comment dire…mon pillier , mon souffle mon sang ma chaire…bref jai perdu une partie de moi…et j’ai tres mal gerer l’apres…javais deja comme projet de demenager sur le bassin avant qu’il parte mais jattendais qu’il nous quitte pour le faire…il est parti le 9 l’enterrement sest fait le 13 et je suis partie le 19…il fallait que je parte je ne respirais plus la ou il avait ete tout me faisait souffrir…voir sa voiture la maison de mon enfance sans lui sa petite chienne bref je ne pouvais plus… jetais a se moment la en couple depuis 10 ans nous avions notre fils qui avait 4 ans ! Bref une fois arriver dans la nouvelle maison la degringolade a commencer…petit a petit…sournoisement la douleur a prit le dessus…jai trouver du travail et je passais mon tps la bas ou alors je rentrais et je repartais…mon conjoint ne voyait rien de ma douleur…et jai commencer a lui en vouloir inconciament…je pleurais tout les soirs a coter de lui et lui n’entendais rien…je me levais et passait mes nuits a pleurée sur le canapé en regardant des photos et il ne sen rendait pas compte… je passais mon temps a le fuire parce que je lui en voulais de me laisser m’enfoncer sans rien voir… jai commencer a faire n’importe quoi je l’ai tromper je lui mentais, et puis un jour jai rencontrer un autre homme…different, un coup de foudre…jai tt quitter maison conjoint jai meme delaisser mon fils pour vivre quelque chose de nouveau…mon fils a commencer a mal tourner a lecole…nous avons vu une psycologue scolaire qui a tout de suite compris le soucis…le soucis venait de moi et la elle a poser la phrase qui fais tout basculer…vous avez fais un burn out vous n’avez pas reussi a surmonter le deces et jai tout garder pour moi au lieu de parler tout simplement…
    Jai finis par discuter avec le papa de mon fils qui ma dis que non il navait rien vu venu venir quil ne setait rendu compte de rien que pour lui le faite que je fuie me.permettais doublier, que justement il mavait laisser respirer que jetais tres persuasive quand je disais que jallais bien… bref jai demenager trop vite je nai pas eu le tps de tout regler dans ma tete avant de partir jaurai du rester, prendre le temps.daller plus au cimetiere me receuillire… je nai pas reussi a gerer…ca ne fais que peu de temps que jarrive a parler de lui sans pleuree quoi que ca marrive encore…il me manque chaque jour qui passe chaque jour jai envie de lappeler pour lui raconter un truc…jai passer plusieurs mois a appeler jour et nuit son portable pour juste entendre encore sa voix…et puis maintenant jai peur…peur d’oublier sa voix peur doublier son visage meme si il est partout chez moi…il me manque atrocement jai tjs ce petit vide en moi meme si je pensais que mon 2eme enfant comblerais un peu ce vide il n’en ai rien… je suis quelque qui a du caractere qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, quelqu’un de fort qui va toujours bien qui meme quand je suis au fond du trou jarrive a tout cacher… mais maintenant quand je sent que je sombre je file voir mon doc je ne dis rien a personne et je lui parle a lui il me donne des cures a base de plantes qui marche tres bien et je remonte la pente tranquillement…la depression pour moi avant cetait un etat desprit!! Si tu veux aller bien fait en sorte d’aller bien!!! Si il y a un soucis tu le regle et tu avance…et bien oui moi gaelle je me suis retrouver deprimer a ne plus reussir a remonter la pente meme avec toute la volonter possible… bref maintenant je sais quil ne faut pas.se renfermer.sur sois meme…il faut parler a n’importe qui un medecin un ami un parent bref se confier est tres important…moi memes mes meilleures amies qui me connaissent soit disant par.coeur ne se sont rendu compte de rien non plus…

    Bon aller jarrete mon roman…ca.doit etre completement decousu et bourrés de fautes d’orthographe desoler mais je suis sur mon tel et cest galere pour les accents et la ponctuation!!!
    Je trouve ton idée genial Ginie…si javais eu un site comme ca avec des gens qui vivait la meme chose que moi ca m’aurai surement aider a ne pas me sentire seule au monde…
    Gros bisous

    1. Je me permets de te répondre ton message m a touché. J ai perdu ma marraine qui était tout pour moi. Il y a maintenant 13 ans. Le manque est toujours là même si la douleur s apaise. Plein de pensées.

  55. Magnifique projet : tendre la main et offrir à quelqu’un l’opportunité de s’accrocher à cette main pour sortir la tête de l’eau… Juste envie de vous dire GO ! <3

  56. Merci à tous pour votre enthousiasme, vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis touchée par vos mots.
    Je ne sais pas si vous avez vu, j’ai ajouté un EDIT en bas d’article, parce que je m’étais mal exprimée. Ce site recueillera les témoignages de personnes ayant réussi à surmonter différents drames, pas seulement un deuil périnatal. Ca peut être une rupture, une maladie, un deuil, un viol, etc…

  57. Ginie, j’ai vécu le même drame que toi, malheureusement ce n’est pas le seul qui ait laissé des marques…

    Depuis 2010, entre mon conjoint et moi, on enchaine les décès de nos proches depuis 2010, avec un pic en 2012 avec la perte de notre fils, et aujourd’hui encore, à ce moment précis, on se « prépare » à vivre une nouvelle perte… bref… j’ai décidé que cette putain de vie ne me mettrait pas une fois encore à genou alors je fonce. Re bref, je serais ravie de venir apporter mes témoignages parce que oui, il y a un avant et un après, mais oui, je peux le dire aujourd’hui, malgré tout, je suis heureuse…

  58. excellente et resiliente idee, j en suis aussi ( vu du cote des freres et soeurs ) j avais 15 ans mon frere 17 , belle initiative ….il y a 20 ans nous n avions ma lheureusement pas les meme outils …

  59. J’aime l’idée du partage sans l’impudeur, du passage du mal vers le bien, de l’avant vers l’après, j’en suis aussi si besoin est 🙂

  60. Une idée formidable pour des événements fort minables de la vie… J’adhère complètement !
    Et surtout, je pense que chacun y aurait son grain de sel à déposer, car même ceux qui ont une vie en or aujourd’hui (dans tous les sens du terme), ont sans doute traversé des choses bien moins brillantes…
    Bravo pour cette initiative !

  61. cette idée je ne peux que la trouvé merveilleuse car Petite emilie m’a aussi beaucoup aidé, comme un autre site Nos petits anges au paradis. Sans le soutien de copinautes, sans lire de témoignages et aussi se soutenir pour la suite je pense pas que jaurai avancé dans mon deuil comme je l’ai fait.
    Alors bien sur que je trouve l idee super car je suis certaines que chaque personne qui vit un drame trouvera du réconfort et du soutien.
    vas y fonce, fais le avec cécile, que je salue et que jai adoré suivre à la télé, et que sérieusement je remercie davoir été présidente de cette super asso 😉
    bises ginie

  62. Merci de penser a faire ça. J’ ai perdu mon frère il y a maintenant 14 ans et il est vrai que le chemin est long pour retrouver de nouveau gout a la vie. Merci Ginie pour ce beau billet et pour tout les autres aussi. Bisous bisous.

  63. Je trouve que c’est un beau projet.
    J’ai malheureusement plusieurs copines ayant perdu leur bébé, je trouve que pouvoir envoyer le lien d’un tel site est un très bon moyen de montrer a une personne concernée que l ‘on pense à elle et cela évite de faire des gaffes, parce que le situation est toujours délicate.
    Pour l’une de ces copines je lui avait envoyé le lien vers ton blog, je pense que ça l’a aidée, alors on attend des nouvelles de ce nouveau projet formidable.

  64. C’est un très beau projet, un projet humain (ce qui est le + grand compliment possible dans mon échelle personnelle de valeurs).

    Etrange pour moi de lire ça alors que je viens de finir de rédiger un billet sur ma difficulté à « dépasser »les 28 derniers mois – si compliqués avec la maladie de ma fille – le sentiment déroutant de ne pas arriver à me remettre en route alors que tout va mieux maintenant…

    Alors, oui, j’aimerais bien lire un site comme ça, et peut-être même qu’un jour je pourrais à mon tour y témoigner !!

  65. c’est généreux, utile, intelligent, profond, ça a du sens, ça fera très certainement du bien à beaucoup de gens, c’est un don, c’est gratuit, c’est beau, c’est toi.
    Fonce.

  66. Oui oui et encore oui !! C’est une excellente idée, un projet positif et merveilleux. Pas de jugement, pas de préjugés ou de bêtises, juste des personnes qui pourraient aider les autres en partageant cette route qui mène à la reconstruction, au bonheur et à la renaissance.
    Vivement que ce projet aboutisse, je vous soutiendrais de tout mon coeur. Allez-y les filles !!
    Sur ce je m’en vates rouler des patins au poster de Ginie parce qu’elle est mon idole (des jeuneuuuuuus…ça tu dois connaître non ??? Mouhahaha ;-))

    Des sweets bisous

  67. oui oui et oui!

    très belle idée, je donnerais le nom de votre futur site à ma mère. La personne la plus positive que je connaisse et qui m’a élevé dans ce sens. Qui me dit de voir toujours les bons ( aussi les mauvais pas naïve non plus la maman 😉 côtés des choses car tout peut arriver.
    Je précise que ma maman a dû quitter son pays ses racines, le Cambodge, à 13 ans pour éviter les Khmers rouges. Donc sa positivité, ses sourires (elle me fait rire à chaque conversation et à chaque fois qu’on se voit) elle se les ai forgés.

    Vous avez votre amie et vous un très beau projet, bravo et merci.

  68. C’est une idée merveilleuse !

    Je lis ton blog depuis quelques temps déjà mais je n’ai compris la tragédie que tu as vécu qu’au moment où tu as voulu le fermer, quand un détraqué t’avais dit d’horribles choses …

    Ce jour là, j’étais enceinte de 5 mois et ton histoire m’avait horrifiée. A tel point que j’en parlait à qui veut l’entendre autour de moi. Une semaine après, je perdais mon bébé suite à une infection.

    Il n’est pas utile de décrire la douleur que j’ai vécu et que je vis encore aujourd’hui, malgré le fait que j’ai déjà un petit garçon de 3 ans. Je souhaite juste te dire que le seul vrai soutien psychologique que j’ai trouvé, c’est toi, ton histoire, ton blog.
    Tu m’as servi d’exemple. Je me disais que si tu pouvais t’en sortir et continuer à vivre, sourire, à rester drôle, dynamique, avoir un 2ème enfant (3ème pour moi) je pouvais le faire aussi.

    J’ai aimé et partagé beaucoup de tes articles. Notamment celui de « La Bascule » rédigé une semaine après ma fausse couche, et celui sur les choses maladroites que l’on a pu te dire. Ta nouvelle et cet article ont permis à mes proches qui ont eu la curiosité de te lire de comprendre ce que je pouvais vivre. Certains se sont même excusés de m’avoir dit des « Tu en auras un autre », « Il valait mieux que ça s’arrête maintenant », etc… Ton blog m’a permis de pouvoir en parler avec mes proches.

    Voilà, tout ça pour te dire un grand merci !
    Tu devais déjà savoir (ou pas) que tu aidais les personnes en deuil périnatal mais si tu souhaites faire plus encore, vas-y. C’est une idée formidable.

  69. c’est une merveilleuse idée, je n’ai pas connu de drame personnellement a part vu mon age des proches qui ont disparu…Mais ce drame on est passé a côté avec ma cadette (juste que mes études d’infirmière m’ont servi) , je ne sais pas comment j’aurais fait …
    Je t’embrasse Ginie..

  70. Je trouve que c’est une excellente idée. Étant touche par ce drame depuis peu, il est vraie que sur les forums nous témoignons de nos histoires tristes et même si nous essayons d’être positives nous postons des commentaires qui relatent nos moments de doutes, d’angoisses, de douleurs mais sans voir de jours meilleurs. De lire récits de mamanges qui ont retrouvé un peu de bonheur et apprivoiser ces sentiments si difficiles a gérer. Pour ma part ça me mettrai un peu de baume au cœur même si je sais que le temps fera son chemin. Au final même si je souffre atrocement, je ne changerai pour rien au monde mon histoire d’amour avec mon fils.
    Bon courage pour ce beau projet et merci de penser a nous.

  71. Excellente idée ! (oui, ça a été déjà dit)
    Super, fonce ! (ça aussi)
    Bon, ben… Tous mes encouragements alors 🙂 (j’ai pas lu tous les commentaires, alors si ça a déjà été dit aussi, ben… tant pis ! J’le dis quand même !)

  72. Il me semble que tu demande aussi dans ton article si nous serions ok pour témoigner. Si je peux apporter à ma pierre à ce magnifique édifice, et faire qu’ensemble nos souffrances passées aboutissent à une joie présente, je ça sera avec grand plaisir.

  73. Moi je dis que c’est un beau projet. Partager et aider les autres dans la peine c’est même un très beau projet.
    Touts mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année

  74. J’ai enterré ma grand-mère hier. C’était lugubre.
    Je suis pour, pour, pour ce projet et j’y participerai avec grand bonheur et fierté!
    On a un rapport au deuil très négatif dans notre société. Quand on pense que dans l’ancien temps, les gens faisaient la fête pendant 3 jours… Moi-même, je n’irais pas jusque là mais de tirer les gens vers le haut et leur expliquer que, malheureusement, la mort est un processus de la vie, je pense que ça ne peut pas faire de mal, bien au contraire.
    Bonne chance à toi et Cécile !

  75. Coucou Ginie. Je trouve cette idée géniale! Je vois ça comme un site d’aide aux autres. Aider les gens à remonter la pente quand ils ont vécu quelque de terrible. Ca pourra faire beaucoup de bien… Je vais le transmette à ma sœur, je pense que ça l’aidera un peu plus que ces gens qui lui disent qu’il est temps de « mettre cette histoire au placard’ parce que quand même ca fait 6 ans…. (Grrrrr) Bref ! Merci à Cécile et toi de mettre en place ce genre de site. Bisous bisous!

  76. Voici bien une excellente idée, pleine de générosité et qui a déjà reçue un grand nombre de soutien. Ne lâchez rien, menez cet ambitieux et salutaire projet à terme. Signé: un homme.

  77. Je suis de tout coeur avec ce projet. J’ai vécu un drame moi aussi qui a changé ma vie a jamais. Beaucoup de gens m’ont trouvée courageuse et forte. Mon blog m’a beaucoup aidé et je suis sure qu’il aide encore aujourd’hui les gens qui tombent dessus par hasard et qui sont malheureux. Je suis à 300% avec vous sur ce projet et je participerai à cette entraide pour donner l’espoir nécessaire aux gens qui traversent un tel drame.
    Toute mon amitié ma belle <3

  78. Un sacré canon de projet !
    Pourvoir lire comment d’autres on traversé et surmonté leur douleur peut en effet être un appui. Cela peut également aidé tout un chacun à relativiser les « petits drames » (pas d’échelle je suis d’accord bien entendu, disons les tracas, soucis , ce qui plombe…).
    Bref c’est un beau projet.
    Bises

  79. Je pense que c’est une bonne idée, même si comme ca l’a été évoqué ca ne va pas être facile pour vous deux de lire tous ces témoignages car il y aura forcément une partie trés triste.
    J’ai lu tous les commentaires et ca me fait flipper..De voir et de constater qu’il y a tant de gens qui vivent des drames..de toutes sortes.
    Moi je pense souvent que ca peut m’arriver, la mort d’un de mes fils, une mort subite, un cancer, une leucémie et je serais incappable d’affronter ca.
    Lire toutes ces choses me donnent peur, m’angoisse et je préfère fermer les yeux, ne pas lire et ne pas voir la vérité. C’est trop triste, c’est insupportable. Je ne suis pas assez forte et c’est ma plus grande angoisse. J’ai vécu mes deux grossesses dans cet angoisse permanente que ca tourne mal et maintenant que je suis maman je suis angoissée aussi alors j’essaie de ne pas penser à tout ca.. Mais de lire toutes ces choses m’y refais penser. Je n’arriverai pas à prendre du recul, donc personnellement je ne viendrai pas lire ce site comme ça sans raison. Il est évident que je vivrai la perte de certains proches au cours de ma vie, et ce jour, je pense que je serai ravie de te trouver .
    Voilà Gini, tu es bien courageuse, et j’espère que ce site te fera du bien et pas du mal.

  80. Coucou ma belle. Que c’est beau ton idée ! Moi qui me suis tournée vers toi lors de mon drame, je ne peux qu’approuver ! Car ce sont les témoignages des autres qui peuvent nous aider je pense… Même si je ne sais pas très bien comment je m’en suis sortie (si même j’en suis sortie ou en sortirai jamais, va-t-en savoir)…
    Je t’embrasse bien fort de Belgique avec mon gros bidou ! 😉

  81. Oui, bravo des 2 mains. On a tous(toutes) au moins un deuil très important à vivre, affronter et surmonter dans l’existence. Ma famille du côté maternel a dû se reconstruire après le décès d’une pneumonie non soignée de mon oncle au STO; c’est encore très pesant, malgré la dignité et le courage qui accompagnent la disparition de ce jeune homme lumineux. Perso sa flamme m’accompagne. Bises.

  82. C’est une superbe idée.
    Mon conseil serait de bien mettre en avant l’aspect « positif » du site. Pour en faire quelque chose d’unique, où on a envie d’aller pour se réchauffer le coeur.

    J’ai vécu 2 drames dans ma vie. La perte de l’un de mes amis, d’une tumeur au cerveau à l’âge de 19 ans, mais il n’y avait pas encore tous ces sites alors j’ai ramé seule, j’ai arrêté de manger et je ne voulais plus croire à rien. Mes amis, je leur dois ma survie pendant ces mois difficiles. Parler, écouter, pleurer, les seules et uniques solutions.

    Le deuxième, une fausse couche le jour de la première écho. Et là pour le coup, ce qui m’a donné la force ce sont les histoires de proches, c’est ton histoire, c’est tout ce positif qui en ressort. J’étais au plus mal, et cette blessure allait rester en moi, mais je pouvais m’en servir comme d’une force. La femme d’un ami m’a dit « Le bébé que tu as perdu sera là pour donner toute sa force à son petit frère ou sa petite soeur en temps voulu, crois moi ». J’ai fait passé cette idée à une amie, quelques temps plus tard, qui venait de vivre le même drame, et ça l’a aidait. A voir du positif dans ces périodes troubles.

    Alors merci à toi, merci à elle. Les drames restent en nous mais on peut en faire une force j’en suis certaine.

  83. C’est une très bonne idée. Mon amie Pascale qui a perdu sa fille de 18 ans a longtemps tenu un blog sur lequel elle a exprimé tout ce qu’elle ressentait et le long chemin qu’elle traversait pour se reconstruire. Elle écrit bien, elle s’exprime moins maintenant, elle est toujours « en mille morceaux » à l’intérieur mais elle arrive à sourire dorénavant et reprend goût à la vie tout doucement et surtout de mieux en mieux selon les périodes…
    A consulter : blog de jufifi http://jufifi.skyrock.com/

  84. Je pense que c’est un très beau projet ! Et je suis sure que vous arriverez à en faire quelque chose de bien, qui aide les gens à traverser les épreuves et à voir que la vie peut continuer

  85. Bonjour Ginnie Gourou !!

    les commentaires sont bien intentionnés bien sur, mais attention à l’impression de « moi aussi j’ai vécu ça , moi aussi , moi aussi » le deuil périnatal est une affaire extrêmement personnelle, à nulle autre pareil. On peut parfaitement être totalement heureuse et sans culpabilité après avoir perdu un bébé ( pour ma part une mort subite du nourrisson, elle avait 3 semaines ).
    La vie est ce que nous faisons d’elle. Si on veut continuer à faire des projets, à rire, à vivre, on le fait malgré la présence de la douleur au fond de nous, du genre  » sois sage oh ma douleur et tiens toi bien tranquille  »
    Ma fille est décédée il y a 22 ans, elle est enterrée en Corse, un cimetière marin superbe lieu de repos éternel, je me souviens de sa boite blanche avec un ange doré dessus, hallucinant de vivre un truc pareil à 28 ans. J’ai cru aussi que ma vie était terminée. Je suis restée longtemps ces dernières années sans aller sur sa tombe, et puis il y a deux ans, lors d’un séjour sur l’île de beauté, j’y suis retournée. J’étais en vacances, ambiance cool soleil à bloc, j’y suis allée presque le coeur léger, me disant  » allez ça fait longtemps que je ne suis pas venue te voir ma fille  » je me sentais bien et puis soudain patatra…. devant les grilles du cimetière, à peine sortie de la voiture, je me suis mise à trembler comme une feuille et devant sa petite tombe, les larmes ont coulé, coulé, impossible de me maitriser. Tout est là, toujours, rien ne s’éteint, une douleur, une fracture avec laquelle on vit malgré tout.
    C’est ça qui est étrange à vivre, l’impression de tout et son contraire.
    Légèreté et pesanteur, rigolade et tristesse larvée, enthousiasme et crainte, force et fragilité.
    Ce qui change radicalement, après avoir perdu un enfant, c’est que l’on a touché l’impermanence.
    Rien ne dure et nous le savons. Ce type de deuil est un odieux voleur de jeunesse, un massacreur d’insouciance.
    Nous pouvons parfaitement décider de niquer le destin et de s’éclater quand même, c’est notre façon de gagner. Il ne s’agit pas d’être forts ou faibles, du genre vive les forts ils sont les plus forts !! bouhhh les pauvres faibles, pas à la hauteur qui se font plaindre toute leur vie et blablabla….. Il s’agit de gagner la bataille, chacun sa méthode. Créer une assoc, est une méthode, échanger en est une autre, avoir des enfants encore est une méthode aussi, être amoureuse toujours, ça c’est très efficace !!!! Ginnie que je ne connais pas pour du vrai, petite caille encore pleine de chagrin, j’ai envie de te prendre dans mes bras, et puis merde, voilà que j’ai à nouveau les larmes qui montent aux yeux, fais chier … je vais aller faire un jogging , ça va me calmer !!!! je te laisse mon téléphone sur FB, tu appelles quand tu veux !!

  86. Je réitère mon post car mon coeur semble s’être transformé en « ? » ce qui peut prêter à confusion…
    Juste une pensée remplie d’amour pour chacun des membres de votre famille, qu’ils soient sur cette terre ou dans les étoiles et dans vos coeurs bien au chaud.

  87. Une belle idée, vraiment. J’ai vu cet été une fille de mon age perdre son frère de 25ans, et j’aurais aimé lui raconter comment j’ai perdu mon meilleur ami à cause de la même saloperie, et comment le deuil fini par se faire, même si on ne s’en remets jamais totalement. J’aurais aimé qu’on me le dise à moi, à l’époque. Alors, fonce, et si jamais je peux apporter ma pierre je le ferai volontier 😉

  88. je trouve ca tres courageux. personnellement je ne pourrais pas, en ayant douloureusement remonté la pente de la perte, du deuil, m’engager dans un tel projet car cela impliquerait revivre de maniere collaterale ( en donnant des conseils) cet evenement, cette douleur…
    cependant je te trouve tres forte malgré l’opinion que tu as de toi meme sur ta force, tes capacités, ignorees d avoir pu te relever, tu m’as touchée sincerement. l’etre humain est capable de tellement de choses dont il ignore lui meme l’existence… c’est un beau projet que vous envisagez toi et cecile, emprunt de don de soi et d’humilité…

  89. Je pense que c’est une belle idée. Je n’ai, personnellement, jamais vécu de drame que j’ai considéré insurmontable sur le moment (j’ai perdu des proches mais à un âge respectable, même si ça fait très mal, c’est le cours de la vie, c’est tout). Mais je pense à des membres de la famille, des amis, qui ont vécu ce genre de choses (IMG tardive, 10 ans de maladie chez un parent qui a fini par partir) et je me dis que des témoignages d’espoir pourraient les aider, eux.

    Et personne n’est à l’abri de « ça ». J’attends mon 2ème enfant pour juillet et je ne sais pas comment je réagirais si quelque chose lui arrivait…

  90. Fabuleuse idée que vous avez eue Ginie et Cécile!
    J’espère simplement que cela ne sera pas trop dur pour toi de lire des histoires épouvantables dont certaines ressembleront à/aux la/les tienne(s).
    Je témoignerai peut-être, on verra, si je suis prête pour une sorte de coming-out…
    Prend soin de toi.

  91. Bonjour,
    Comme pas mal d’autres, j’ai vécu 2 fausses couches…l’horreur.
    Comme toi, l’amour de mes proches ET les témoignages et le soutien d’autres femmes ayant vécu la même chose m’ont permis de remonter la pente.
    Je faisais partie d’un groupe sur un forum, c’était il y a 9 ans, et nous sommes toujours amies 🙂 nous nous voyons une fois par an et discutons ensemble tous les jours sur un forum privé, de tout et de rien désormais, mais sans jamais oublier les fameuses dates ….
    Votre idée est très bonne : seuls ceux qui ont vécu un drame peuvent aider les autres.

  92. Je trouve cette idée merveilleuse!!! J’ai vécu un deuil périnatal et même je le vis tt les jours en fait . Je trouve ça bien qu’on s’aide à retrouver la joie de vivre , le bonheur même ci ça parait dure

  93. Malheureusement nous sommes tous susceptibles de faire face au pire…Alors bien sur on ne peut que t’encourager à fond dans ton projet, enfin dans votre projet ! Foncez !

  94. bonjour Ginie,

    je te lis souvent, ainsi que Cécile mais je ne commente jamais ou presque. C’est un très beau projet que vous avez là, j’espère pouvoir écrire un petit peu. J’ai vécu un deuil périnatal ainsi que plusieurs autres. Je connais également l’association « petite Émilie » qui fait un très bon travail. Bravo à toutes les 2

  95. Il y a parfois des choses douloureuses dans la vie qu’on arrive pas à combattre seule. Pourtant il est très dur d’en parler et il faut y arriver pour aller de l’avant.
    Je trouve ce projet vraiment très bénéfique car pour ma part, après plus de 10 ans d’une grosse douleur enfouie au fond de moi, je me suis réveillée et j’ai eu envie de parler. Mais parler à qui? Je me suis donc orientée vers un psy à qui je dis tout…
    Mais je trouve qu’il serait tellement mieux d’en parler sur un site comme vous voulez faire et que ça fasse avancer aussi d’autres personnes.
    Bravo et je souhaite une grande réussite à cette idée.

  96. Très très très bonne initiative. Tu me fais toujours rire et là, c’est l’émotion qui me submerge. J’ai 2 beaux enfants maintenant mais 4 fausses couches à mon actif.
    J’ai moi aussi cherché à l’époque les témoignages de parents qui avaient vécu la même chose pour avancer car tout le monde y va de son petit conseil sans toujours comprendre que parfois c’est pire.
    Chaque douleur est personnelle et le niveau douleur propre à chacun.
    Je pense vraiment que lire des témoignages positifs peut aider les gens en mal-être, quelle qu’en soit la cause, à retrouver le chemin de l’espoir et du bonheur.

  97. Je pense que cela peut être un beau projet. Perso je suis en plein dedans et j’ai participé cette semaine à un groupe de parole au sein de l’hopital pour et par les parents ayant vécu un deuil périnatal. Je ne pourrai pas témoigner sur cela car c’est encore trop douloureux et je n’ai pas fini ma longue route vers un mieux aller. Cependant il y a maintenant 11 ans et demi j’ai perdu mon grand père… Ce deuil a été long et difficile (s’il est terminé aujourd’hui…).

    Chacun à son rythme, chacun à sa façon nous dépassons cela, nous continuons notre route quelques soit les raisons qui nous pousse.

    Un partage d’expérience pourra (je le pense) faire prendre conscience aux personnes qu’elles ne sont pas seules dans cette épreuve. Que d’autres ont traversé cela et s’en sont finalement relevé…

    Alors pourquoi pas…

  98. Ce que j’aime ce billet. je voulais écrire la dernière fois où tu as demandé que l’on se présente, mais j’ai pas eu le temps. C’est la nouvelle que tu as écrite « la bascule » relayé par Marjoliemaman qui m’ a bouleversé et qui m’a fait découvrir ton blog. Après t’avoir lu, j’ai eu envie d’écrire ce que je n’avais pas fait depuis des lustres alors que j’écrivais très souvent, avant. J’ai écrit sur la mort de mon père qui a eu lieu en 1999. J’avais 17 ans, il est parti comme ça, sans que je puisse lui tenir la main, sans lui dire au revoir. J’ai montré mon texte à ma soeur qui n’était pas là et qui n’avait pas vécu les 1ères heures du drame. Elle m’a dit que mon texte l’avait bouleversé et l’avait beaucoup aidé.
    Tout ça pour te dire que j’aime les mots que tu as écrit dans cet article et que cette idée du site est très bonne. Un deuil est un drame et quiconque n’est pas passé par là ne peut pas comprendre à quel point c’est dur. Oui on peut remonter la pente. Oui c’est long et finalement, même si la douleur est moins vive, elle peut ressortir à tout moment.

  99. Hello Ginie,
    Je viens sur ton blog parfois, j’ai compris la tourmente par laquelle vous étiez passé au détour d’un article où tu l’évoquez.
    Je te dis simplement : allez y, c’est important pour tout plein de gens malheureusement !
    Ici n’est pas l’endroit où te raconter pourquoi cela le sera pour moi, mais je suivrais de très près votre projet.
    Je ne te connais pas mais je te connais quand même pour plein de raisons, aussi je me permets de te faire un bisous pour te dire merci d’exister.
    A très vite
    Marie

  100. Quelle magnifique initiative!!! Je parlais de ça ce matin justement avec une copine, qui m’a fait connaître votre témoignage! Je suis ok pour témoigner aussi!!! J’ai perdu mon fils aussi à terme, et j’ai retrouvé le sourire, le bonheur aussi. Je suis enthousiaste un projet si positif!!! Merci 😉

  101. j ai perdu mon ange en juillet 2013 et en vous lisant je retrouve certains sentiments que je peu ressentir et je suis tout à fait d accord avec votre projet.

  102. Bonsoir,

    je n’ai pas écrit le jour de l’an pour me présenter bien que je lise ce site depuis un sacré moment. Cette idée de partage sur le cheminement personnel que chacun fait tout au long de sa vie me semble vraiment intéressant. Je pense pouvoir apporter ma petite pierre à cet édifice, mais dans un registre totalement différent.
    Quant à dame Cécile, je ne savais pas qu’elle avait un blog mais j’ai suivi toutes ses péripéties familiales en 2010-2011 aux maternelles le mardi matin, lorsque je faisais la baleine sur mon canapé.

  103. Oh que oui……ont été mes premiers mots. Allez y fonçais, on en a grandement besoin. Lorsque j’ai lu ton témoignage je m’y suis retrouvé. Entre l’apparence extérieure et la sensation d’être en mille morceaux à l’intérieur, ce sont les mêmes mots que j’ai employé.
    A très vite…

  104. Une idée magnifique et qui j’espère permettra à tous ceux qui souffrent de trouver du réconfort auprès de ceux qui sont passé par là !
    Merci Ginie d’être aussi belle (j’adore ta photo du nouvel an !) et généreuse !!
    Bref merci d’être toi !!!
    Et prends soin de la super famille presque toute neuve !!

  105. Mais quelle merveilleuse idée ! Pour ma part, l’année dernière a été difficile car il a fallu se battre contre la maladie, ma maladie avec un nouveau-né et une petite fille de 2 ans à mes côtés. Tout va mieux depuis, je serais ravie d’en parler !

  106. bonjour Ginie,

    si j’avais ton talent pour l’écriture, j’aurais pu écrire ce que tu racontes, c’est tellement ça, 13 ans se sont écoulés et pourtant, il m’arrive encore de pleurer quand je parle ou pense à ma 1ere fille… Je pourrais témoigner sur ce site qui est une merveilleusement bonne idée pour les gens qui souffrent et qui peut leur apporter un peu d’espoir. Aussi pour que les personnes de mon entourage comprennent quand je suis triste « sans » raison (à la date de son anniversaire que certains de mes proches ont oubliés par exemple…). Je positive en me disant que c’est aussi grâce à elle que je suis devenue la personne d’aujourd’hui.

  107. Bonjour Ginie
    Un projet généreux , riche d’émotions partagées , de réconfort .
    Un jeune couple de ma famille a connu ce deuil d’enfant , à 8 mois 1/2 de grossesse , on leur a annoncé que leur petite fille naitrait sans vie ….
    Depuis , ils ont mis au monde deux petits garçons ….La jeune maman parle de sa première née avec la même tendresse . Leurs proches ont demandé à être conseillés pour un accompagnement vigilant et discret .
    Une association existe sur la région Rhône-Alpes :  » nos tout-petits de Savoie  »

    Se confier , avoir une écoute attentive et bienveillante est vital pour tout deuil .
    Mon second enfant aurait eu 30 ans ce mois-ci . Un temps où les non-dits étaient encore tenaces .
    Vos témoignages de jeunes mamans me touchent .
    Courage

  108. C’est une belle idée. Je pourrai témoigner de la manière d’avancer après un deuil. Que ce soit celui d’un adulte ou d’un tout petit bébé. De voir où puiser de l’énergie. Je suis concernée par la perte de ma petite fille et de mon frère.

  109. Superbe projet!
    Ce qui aide le plus les gens justement c’est ça!!!! Les témoignages! Ca fait tenir, ça donne un but jusqu’à ce que soi-même, on aille mieux!
    Bravo bravo!
    Une pensée pour votre ange, aujourd’hui je l’emporterai dans mon coeur.

  110. Quel beau projet. Je ne connais que depuis une semaine (oui j’ai passé mes nuits, mes petits déjeuners et mes pauses pipi à le lire)
    Mon ex mari est parti lorsque j’étais enceinte de 2 mois…nous laissant mon fils et moi sans un regard ni un regret
    5 ans que de chemin parcouru…..que ton projet aboutisse…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *