L’espérance de vie est-elle plus élevée au couvent ?

J’ai arrêté de fumer il y a deux ans et demi, après quinze ans de relation fusionnelle. J’ai trouvé ça plus simple que de craindre le cancer des poumons à chaque quinte de toux et je voulais être totalement sevrée avant de transformer mon utérus en chambre d’hôte.

J’ai arrêté le pétard il y a quinze ans, après un mauvais trip. Je n’ai vu ni renard, ni mouche, ni éléphant rose, mais j’ai écrit une lettre d’adieu à ma mère pendant que mes potes mangeaient des crêpes dans la cuisine. Plus jamais rien ne me privera de crêpes.

(mais vous pouvez m’appeler Ginie)

J’ai arrêté l’alcool il y a dix ans quand j’ai réalisé que j’avais hérité du clan paternel l’alcool mauvais et braillard. Mes amis m’ont encouragée : quand je bois on croirait que j’assiste à une enterrement, quand je ne bois pas on croirait que je suis bourrée. Le choix était facile.

J’ai arrêté la pilule il y a cinq ans quand j’ai lu la notice. Elle n’est pas signée, mais je suis sûre que Stephen King en est l’auteur.

J’ai arrêté le Coca il y a dix ans, quand j’ai réalisé que mon poids montait plus vite que papa devant maman. J’ai donc opté pour le Coca Light.

Et c’est là que je veux en venir.
Ça fait donc dix ans que je m’enfile du Coca Light en intraveineuse et que la seule eau qui pénètre dans ma bouche en ressort aussitôt avec du dentifrice. Dix ans que, quelquefois, j’entends vaguement parler des dangers de l’aspartame, mais sans y prêter plus attention parce que si on devait se priver de tout ce qui est nocif, on mangerait notre main et on garderait l’autre pour demain.
Sauf que les études prouvant les méfaits du sucre allégé sont de plus en plus nombreuses et que continuer à l’ignorer reviendrait à faire l’autruche et je m’y refuse. Les autruches ont un gros cul.
Par conséquent, j’ai arrêté le Coca Light il y a une semaine.

Bientôt, je vais apprendre qu’il faut que j’arrête l’héroïne et le crack.
Où va le monde, je te le demande.

Sainte Ginie

Rendez-vous sur Hellocoton !

97 commentaires

  1. Et j’ai arrêté le coca light quand une étude sortie lors de ma premlère fiv a expliqué qu’en plus il provoquait des fausses-couches, et que la caféine empêchait l’utérus de fonctionner de manière optimale. Je me suis collée au perrier, mais des fois je replonge…

  2. L’aspartam je le renifle plus vite qu’un berger allemand à la douane repère les doses de coke dans le trou de balle des mules.
    L’alcool, pareil, suis bourrée naturellement, avec ma famille, on pourrait dire que je suis tombée dans la potion magique étant petite, pas besoin donc.
    le pétard, ça m’arrive, mais que de l’herbe, pure, 100%bio, et avec l’occase qui fait bien.

    Les clopes, c’est un coup oui, un coup non, un coup j’arrête, un coup je reprends, bref, là c’est avec, demain ? Demain, est un autre jour

    Du coup, depuis quelques jours, je tente l’opium.
    Je suis Zen, je suis calme, je suis amour.
    Et je dors comme un bébé depuis.

  3. j’akkais te dire oublie l’eau pétillante on dirait de l’aspirine codeiné et g lu ton dernier com
    moi g repris le vin finalement con pour con je prefere encore bouffer du fromage avec un verre de rouge qu’avec un medicament

  4. Je fume à l’occase mais j’arrête quand je veux, je bois à l’occase mais je peux m’en passer mais alors le coke light… ma drogue journalière… j’aimerais pouvoir l’arrêter mais pour ça, je crois que je devrais carrément rentrer en cure chez Betty Ford (mais elle fait dans le coke light, la Betty, tu crois?!)

  5. Arrête d’arrêter parce que tu vas mal finir…
    Un jour tu vas arrêter de te lever parce que t’en auras marre d’entendre le réveil, tu vas arrêter de t’envoyer en l’air parce que l’atterrissage est …
    Laisse toi aller prends une cigarette avec un petit verre de rouge pis bois un café avec plein de sucre et termine par un pétard… pis ça va pas toujours pas, prends un Xanax pour avoir des nuits calmes et un Prozac pour les journées agitées… et surtout n’oublie pas de boire, tout sauf de l’eau…

  6. Moi aussi je veux de l’opium, Dom.
    Aboule la came.

    (Sinon, moi je bois peu de bulles, du Coca Zéro à l’occasion, mais c’est assez rare en fait. Moi j’aime la San Pellegrino)(abattez moi, ce commentaire est d’une platitude insupportable)(tu notes, plat, eau plate, bulles, etc etc?)

  7. Je sucrais mon thé à l’aspartame, et du thé, j’en bois des litres par jour.
    Dès que j’ai été enceinte, je suis devenue incapable d’en ingérer. Je suis partie du principe que mon corps savait très bien ce qu’il faisait, et que ce devait être mauvais pour moi et mon bébé. Du coup, je n’en ai plus pris, du jour au lendemain.
    Depuis je n’en avale plus du tout. Par principe un peu bête. Mais je crois que c’est une bonne décision.

  8. te lire est un réel plaisir, parce que je croyais appartenir à une espèce menacée d’extinction ! Et non, on est dans le même clan, sauf que tu pourrais être ma coach.
    Plus de joint ni d’alcool pour moi depuis 8 ans (coma éthylique désastreux). Mais je reste accro à la cigarette et comme toi, le coca est le seul liquide qui traverse mon corps en continu.
    Je retiens quand même l’idée du Perrier si un jour j’entame un sevrage…
    merci en tout cas, et puis continue le crack, faudrait pas qu’on doive te chercher au fond d’un couvent !

  9. Mes placards dégoulinent de bouffe bio, mais ya rien à faire, j’ai du coca light chez moi, en j’en bois souvent, je suis accro. Je m’en privais pendant les grossesses et je pleurais sur mes verres de champomy bien dégueu (en regrettant surtout le Meursault en fait).
    Faut garder des plaisir dans la vie, quitte à risquer le cancer cola-rectal….

  10. Quand tu parles de bulles, le champagne ça compte ? Parce que la Badoit c’est pas mon truc, je préfère l’eau plate et je m’en sers pour faire les glaçons de mon Martini …
    sinon, j’avoue être également accro au Coca Light (mais je me soigne). Super article en tout cas !
    Bises

  11. Le seul vice que je n’ai pas est celui de boire du Coca… à part en cas de gueule de bois atomique et dans ce cas là uniquement du Coca normal bourré de sucre.
    Putain mais limite si ça me rassure de pas m’envoyer de l’aspartame !

  12. j’aime pas le coca… parfois j’en bois comme tout le monde pour pas qu’on me jette des cailloux à la face… pour pas qu’on me traite de dégénérée qui ne connait pas les bonnes choses de cette vie… pour éviter les yeux ronds de mes congénères devant cette révélation qui me fait passer pour une fille inhumaine…
    moi j’aime la limonade… mais je le dis pas fort parce que tu coup on s’interroge sur mon âge, ma date de naissance (les années 50?)… ma santé mentale (elle a la télé ?), mon quotient intelectuel (elle est convaincue de ce qu’elle dit ?), ma sobriété (elle se drogue je te l’avais dit…) …

    Sinon en matière d’eau à bulle qui n’a pas coup d’efferalgan je trouve que le perrier c’est pas mal … mais ça m’énerve que Dita von teese soit sur les bouteilles.

  13. « J’ai arrêté la pilule il y a cinq ans quand j’ai lu la notice. Elle n’est pas signée, mais je suis sûre que Stephen King en est l’auteur. »
    Alors là, bravo ! Résumé extra, j’applaudis: j’ai aussi arrêté cette cochonnerie il y a 5 ou 6 ans; adieu nausées, maux de tête et acné (un comble quand on n’en a pas souffert ado).

  14. Par contre, tu n’as pas arrêté la connerie … et j’en remercie Dieu tous les jours !
    Moi j’ai arrêté le Redbull depuis que j’ai lu que ça ne donnait pas des ailes (les menteurs) mais que ça plombait les neurones, voire ça dilatait tellement les vaisseaux mon petit coeur d’artichaut que je risquais d’y laisser mes feuilles… Du coup j’ai arrêté la vodka parce que bon, la vodka sec, moi ça me décalamine la tête !
    Putain qu’est qui me reste à part les Lions au petits déjeuner.
    Vite un Xanax ….

  15. Et pis j’ai arrêté la bonne baguette tradition et le beurre salé, rapport à mon cul d’autruche qui est en passe de devenir un cul d’éléphante pour le remplacer par du muesli pâteux … et là je me dis que Dieu à été clément de donner l’intelligence à des gens d’inventer le Prozac !

  16. Bon faut l avouer on est toujours accro a un truc ….moi c est les pistaches,et ou le chocolat sous toutes ses formes,et la bière et puis il faut le dire :la bouffe en générale….en plus j aime pas le sport et oui je fais un 42 et oui merde les regimes me font chier….

  17. Ils nous font suer avec toutes les conneries qu’ils mettent dans la bouffe.
    Si tu n’as pas arrêté le sexe fais gaffe quand même à la pipe (je dis ça je dis rien moi je ne suce pas).

  18. Alors moi je n’ai jamais rien consommé de tout cela, ni clopes, ni alcool, ni pilule ni coca ni aucune autre boisson gazeuse d’ailleurs (j’arrive pas à avaler ce gaz, je ne sais pas comment vous faîtes), néanmoins ça fait plaisir de savoir que tu prends plus soin de ton corps 🙂

  19. moi j’ai arrêté de manger :
    – mes crottes de nez et ça fait 23 ans,
    – le bulbe de mes cheveux
    De me shooter à la chaussette qui pue mes pieds (celles des autres c’est pas top)
    De mettre des serviettes hygiéniques…pourtant j’aimais bien l’odeur…

    Nul n’est parfait ma pauvre Ginie, chacun ses vices !

    PS : chose impossible à arrêter à faire sentir l’odeur de mes pets

    Mon dieu je n’ai pas honte…

  20. le docu qui est passé mardi sur arte, « mon poison quotidien » était très alarmant sur l’aspartame : 40 ans qu’on sait que c’est dangereux, mais rien n’est fait pour le supprimer ! les 100 000 produits chimiques qui nous entourent ne sont pas contrôlés avant leur mise sur le marché… 80 ans avant de supprimer l’amiante, etc… quelle honte…
    j’aimerais bien arrêter la pilule aussi mais je suis obligée de la prendre, avec tout un tas d’autres médocs (dont un classé dans la liste des produits « à surveiller ». ) ça fait un peu peur, on ne sait pas si ces médicaments soignent ou tuent finalement…

    1. Ma mère m’a harcelée de SMS pour que je regarde cette émission, j’en ai vu quelques passages mais j’ai du mal avec les trucs anxiogènes comme ça.
      C’est clair que quand t’es obligée d’avaler des médocs dont on suppose qu’ils peuvent être dangereux doit poser pas mal de questions…

  21. tiens, c’est curieux j’ai moi même décidé d’arrêter le coca light/zéro hier midi. Sans avoir lu ton blog ni vu le docu sur Arte.
    si je tiens bon, la prochaine étape c’est arrêter le fromage. Mais ça c’est une autre histoire …

    Bon courage à toi en tout cas !

    1. C’est fou, je pense la même chose que toi. La clope, ça a été très dur, mais une fois que la décision a été prise, je n’ai pas flanché, que là, le coca, dès que je peux m’en envoyer une lichette en cachette, je ne me gêne pas…
      Je pense que le fait que la dangerosité soit encore à prouver ne nous aide pas à être catégorique.
      Courage, on y arrivera.
      Le coca, c’est tabou, on en viendra tous à bout.

  22. Le coca light c’est du poison, l’eau du robinet c’est plein de nitrates et de pesticides, l’eau en bouteille est imprégnée du plastique et apparemment c’est pas la joie non plus, le lait de vaches, ça sert à rien car on ne fixe pas le calcium de ces connasses, les jus de fruits, c’est bien trop sucrés (j’ai appris ça pendant mon diabète gestationnel), alors que reste-t-il ? Boire son urine ? Bof… Partir sucer un glacier dans l’antarctique, en compagnie des pingouins (ou l’inverse) ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *