Et dans 20 ans

Mains

Et dans 20 ans, on se souviendra de leur arrivée, guidés par la voix du GPS depuis des heures.

Et dans 20 ans, on se souviendra de nos appréhensions. Ouvrir notre maison, nos vies, à des gens qu’on n’a vus qu’une seule fois, est-ce bien raisonnable ?

Et dans 20 ans, on se souviendra que la coiffeuse m’avait complètement loupée et que je ressemblais étrangement à Fifi, le cochon d’Inde de mon adolescence.

Et dans 20 ans, on se souviendra de nos premières heures à six, un peu gauches, un peu réservées, mais tellement prometteuses.

Et dans 20 ans, on se souviendra des quais, de la plage, de la piscine, du hamac, des langues de vieille, du démaquillage, de Kiko, de l’apéro en famille, du carrelage en ciment, des couches pleines, de la pluie, de l’oubli du maillot de bain, du « kèkecé », des morsures, des grasses mat.

Et dans 20 ans, on se souviendra de nos tout petits, qui portaient encore des couches et se faisaient des câlins. Des gâtés, comme on dit par chez eux.

Et dans 20 ans, on se souviendra de ces matins où on se promettait de se coucher tôt, le soir venu. Et de ces nuits où on se couchait tard, finalement.

Et dans 20 ans, on se souviendra de nos fous rires, pour un moule-bite, pour une araignée, pour tout et pour rien, parce que l’humeur y était.

Et dans 20 ans, on se souviendra des cinq jours prévus, transformés en six, puis sept, puis huit.

Et dans 20 ans, on se souviendra de ce jour important, où ils étaient là et où ils nous ont fait du bien. De son bras autour de mes épaules pendant que je lui parlais de lui et de la tristesse que j’ai vue dans ses yeux.

Et dans 20 ans, on se souviendra que le soleil tapait fort ce dimanche. Et qu’on était tellement bien qu’on en avait oublié la crème solaire.

Et dans 20 ans, on se souviendra de ces silences. Des mots qu’on aurait voulu dire, mais qu’on a préféré laisser entendre.

Et dans 20 ans, on se souviendra de la pizza au foie gras, de la crêpe au foie poêlé, du houmous, du magret, des crêpes au caramel, des glaces à tout, de la balance qui faisait la gueule mais de nos gueules qui souriaient.

Et dans 20 ans, on se souviendra de la boule dans la gorge le matin de leur départ. De son explosion au moment des au-revoir. Du vide dans la maison et des SMS échangés, comme pour se dire qu’on était encore là.

Et dans 20 ans, on se souviendra de cette tristesse de les voir partir. Et de ce bonheur d’avoir de nouveaux amis. Ces amis-là.

Et dans 20 ans, on se souviendra de cette facilité, de cette évidence, de cette tendresse, de cette bienveillance.

Et dans 20 ans, on se félicitera de n’avoir jamais brisé ce lien.

Et dans 20 ans, on regardera nos enfants, plus nombreux peut-être, jouer ensemble à autre chose qu’aux petites voitures.

Et dans 20 ans, la boule dans la gorge reviendra s’installer, mais plus petite. Parce qu’on saura que l’année d’après, on recommencera.

Ginie, amie-cheline

Rendez-vous sur Hellocoton !

20 commentaires

  1. Je sais avec qui je vais partager cet article, parce que c’est exactement ça.
    On se sépare en larmes mais une date, même lointaine, est déjà fixée pour faire passer la pilule.
    Au fil du temps, on sait qui sont nos amis, mais parfois certains sont plus précieux que d’autres.

    Je suis heureuse de tout ce que tu viens de vivre et de ce que vivrez encore bientôt.

  2. Il y a des amitiés qui durent, de belles histoires d’amitié, que même la distance n’abîme pas <3 Le temps passe, et certaines choses heureusement ne changent pas 😀 C'est marrant, tiens… Quand je te lis, je sens mon cœur battre vachement plus fort, ma gorge se nouer et les larmes me monter… On dirait qu'encore une fois Ginie, tu m'émeus 😉

  3. Très belle déclaration d’amitié ! et c’est marrant parce que j’ai vécu exactement la même chose ce week end….avec mes amis d’il y a déjà 18 ans que je n’ai pas trop l’occasion de voir, la distance ne facilitant pas les choses…et j’espère sincèrement que dans 20 ans on se retrouvera avec cette simplicité, avec cette impression de ne s’être jamais quittés…c’était bien, c’était beau, c’était simple et frais…

  4. Ce matin sont répartis des amis qui viennent chaque été passer une semaine chez nous depuis…20 ans! Les enfants sont devenus plus nombreux et de plus en plus grands. Cette année la boule du départ est moins grosse car ils ont laisse une de leur fille qui repartira plus tard…Mais j’attends déjà avec impatience le prochain été!

  5. Ooh, c’est chouette quand ça se passe comme ça, quand les amitiés sont des évidences, tellement légères qu’on peut partager même les choses les plus lourdes, tellement tendres, tellement vivantes.

  6. Ma meilleure amie, je la connais depuis que j’ai 6 mois, sa maman était ma nounou, on a 28 jours d’écart et ça fait 34 ans que ça dure! Dimanche, elle deviendra marraine de mon petit bébé, et moi je verrai ses enfants, son fils, mon filleul..
    Vive l’amitié!

    Ps: dimanche on ouvre la bouteille de champ de picard! 😉
    Bensmum

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *