J’ai du mal à prendre mon pied

Comment t’as les idées mal placées, toi, c’est quand même assez impressionnant.

Je t’ai déjà dit que le mot qui me correspondait le mieux était « paresseuse » ?
Ou tire-au-flanc, mais j’aime moins parce que ceux qui ont inventé l’expression, ils ont fait une faute. En vrai, on dit « tire-au-flan » et c’est de là que vient la languette du Flamby.
Mais on va arrêter de se prendre pour Wikipedia et entrer dans le vif du sujet.

Fr@mboize a lancé un tag pour savoir si on avait des chaussures de pute.
Enfin, elle l’a pas dit comme ça, mais l’idée y est.
Et comme elle aime inventer des trucs, la Fr@mboize , elle a créé le tag avec date limite.
C’est là que la paresse (ou tirage de Flamby) intervient. Je n’ai pas attendu la dernière seconde, ça non. Je suis allègrement passée devant la date limite en sifflotant, je l’ai snobée, je l’ai narguée.
Ha ça, je peux te dire que la Fr@mboize, elle m’a rappelée à l’ordre, la bougresse.
(même qu’elle m’a menacée) (bouh)

Alors, n’ayant d’autre choix que de m’exécuter, j’ai attrapé ma paire de chaussures avec laquelle je marche aussi bien que Kate Moss venant de s’enfiler une valise de farine et trois bouteilles de champ’ et j’ai entrepris de les photographier.

coupe latérale double loots piqué

La chose ne fut pas si facile, sache-le, lecteur de mon coeur, puisqu’entre autres complications il me fallait écarter du champ de l’objectif les cheveux qui ornent mes jambes et le bordel qui orne ma maison en ces temps de peinture boulimique.

La solution consistait donc en un gracieux levage de jambes, de manière à avoir en fond le plafond (ainsi fond fond fond), seule partie de la maison à avoir été épargné par l’ouragan Ginie. Pour l’instant.
C’est là que j’ai réalisé que, de face, les chaussures ne faisaient pas assez pute. Il me fallait les photographier de profil.

Va te mettre sur le côté, toi, les jambes perpendiculaires au lit, le bras tendu au bout duquel l’appareil photo, tremblant, tente de faire la mise au point SANS LES POILS.

Double présentation

Résultat, j’ai un torticolis et ma crédibilité auprès de mon chien, qui est entré dans la chambre à ce moment-là, est proche du néant.
Je suis sûre de l’avoir vu rire.

Je te laisse, je vais bouffer une framboise.

Rendez-vous sur Hellocoton !

35 commentaires

  1. bon ben moi j’pourrais jamais marché avec ça hein!!! et puis en regardant bien, on voit les poils ma belle :))
    cela di, jolies chaussures….mes pieds souffrent pour toi 😛

  2. Superbe. J’adore la couleur du vernis ! Prune, non ? Sublime, ma couleur que j’adore.

    Le chien, je crois qu’il a même fait un groupe sur Face Bouc. Que ça s’appelle « Le ridicule, cela arrive même chez toi ».

  3. J’adooore la couleur du vernis!

    Moi avec des chaussures comme ça j’ai la démarche d’une poule sous acide, je ne sais pas marcher avec des talons….

    Pis j’ai pas de chaussures de pute, mais j’adorerai en avoir.. juste pour les regarder dans la boite…..

  4. Quelqu’un peut me dire pourquoi je suis systématiquement écroulé de rire devant les articles de Ginie, au risque de perdre à mon tour, toute crédibilité auprès de mon entourage ?

    1. Bordel, comment je suis à la ramasse question réponse aux commentaires, moi.
      Je tiens à vous dire que j’apprécie chacun de vos messages, vraiment vraiment, mais j’ai pas une seconde à moi en ce moment. Mais ça va vite redevenir comme avant, ici.

      Sinon, pour les chaussures, elles sont en genre de satin, je les avais payées 20 euros l’hiver dernier à Géant.
      (là je me demande si j’aurais pas dû dire que c’était des Louboutin)

      Pour le vernis, j’en ai uniquement parce que sur les ongles des pieds, il tient un bon mois sans bouger, alors c’est pas trop contraignant.
      C’est du Sephora, il rend prune sur les photos mais en vrai il est violet irisé. Et il déchire sa race maudite.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *