J’ai la boule

Il faut le savoir, j’ai été gâtée par la nature.
Gâtée dans le sens premier du terme. Abîmée. Dégradée.
On dit qu’une fée se penche sur chaque berceau lors de la naissance d’un bébé. Je pense qu’ils m’ont envoyée la cancre de la classe, celle qui fait des graffitis sur le bureau au lieu d’écouter les formules magiques. Elle m’a pas loupée, la salope.

Déjà, comme tu le sais, elle m’a dotée d’un système pilaire plus vaillant que les ovaires d’Heidi Klum. Si je ne vais pas voir l’esthéticienne toutes les trois semaines, j’ai les poils des jambes qui ratissent le sol et un balai espagnol dans la culotte. Sans le manche, hein, faut pas déconner.

Paradoxalement, mes cheveux se sont ligués contre mon crâne et essaient de se faire la malle à la moindre occasion. Les ingrats, moi qui les soigne à coups de shampoings doux et de soins qui me coûtent une trompe de fallope, ils préfèrent aller squatter les tuyaux de la baignoire.
J’ai songé à récupérer toutes les bandes de cire et à me tricoter une perruque, mais je ne sais faire que le point mousse, je crois que ça se verrait.

Je passe sur mes ongles tellement mous qu’ils m’ont rendue imbattable en origami, ma couperose qui me fait ressembler à une poupée russe alcoolo et les 647 autres tares recensées en pièces jointes de ma carte Vitale et j’en viens à celle qui a décidé de faire son intéressante.
La tare du point noir récalcitrant.

Je connais pas mal de personnes qui se sont spécialisés dans l’élevage de points noirs sur le pif. On a les fréquentations qu’on peut. Je t’avoue que je les vois le moins possible parce que j’ai peur qu’un jour ils réalisent que si je les fixe aussi intensément ce n’est pas parce que leur conversation m’intéresse, mais juste parce que j’ai envie de leur nettoyer le visage à la faux.
Par chance, je ne suis pas des leurs. Je n’ai quasiment pas de points noirs et le bout de mon nez est aussi lisse que mon futur crâne. Par contre, les rares qui s’installent sur mon corps de déesse bradée sont de la trempe des winners. De ceux qui sont nourris au Big Mac, de ceux qui ont pris au premier degré le « Ici, on entre sans frapper« .

Tels les diamants, mes points noirs sont éternels.
Un sur la pommette, deux sur le dos et un sur le décolleté.
Le premier, je l’exécute entre mes ongles à la moindre récidive.
Les deux suivants sont les loisirs favoris du mari-presque-tout-neuf (là tu te dis que j’ai une vie de rêve) (et tu as raison).
Le dernier a profité du fait que je ne passe pas mes journées à me contempler les seins dans le miroir pour planter la tente. Résultat, il s’est enkysté et, depuis quelques mois, une boule a commencé à grossir sur mon décolleté. A ce stade du récit, t’as le choix entre me surnommer « Ginie trois titis » ou « Ma couille ».

Tu te demandes où cette révélation va nous mener.
Eh bien elle nous mène tout droit dans le cabinet du docteur. Plus exactement de son remplaçant débutant qui a visiblement vu en moi une espèce de cobaye, de Docteur Maboul ou que sais-je. Toujours est-il qu’alors que j’y allais dans l’espoir qu’il rassure sur mon hypothétique cancer du décolleté, il a sorti un scalpel et m’a dit qu’il allait falloir être courageuse.
Au bout de dix minutes, alors que j’hésitais entre vomir ou m’évanouir, il m’a dit qu’il ne comprenait pas. Il enfonçait la lame du scalpel à moitié mais rien ne sortait. J’ai voulu lui demander de me donner un truc à boire pour supporter la suite (un sirop pour la toux ferait l’affaire), mais il avait repris la spéléo.

Au bout de vingt minutes, il m’a dit que c’était bizarre, l’intérieur était fibreux. J’ai réussi à articuler un faible « Vous êtes sûr qu’il fallait l’inciser » auquel il a répondu « Je vous avoue que je ne suis plus sûr ».
Au bout d’une demi-heure il a lâché l’affaire et m’a dit qu’il n’y arrivait pas, qu’il faudrait que j’aille voir un dermato. J’ai touché la boule, elle avait doublé de volume.

Résultat, j’ai un testicule de taureau en pendentif et il y a de grandes chances que je décède d’une pointnoiralgie aigue à cause d’un apprenti charcutier.
Alors j’ai réfléchi et j’ai choisi mon épitaphe :

Ci-Gît Ginie
Elle a bien la boule d’être partie

Mais si t’as d’autres idées, je suis preneuse.
Je te laisse, il faut que je me gratte la couille.

Ginie, boule(t)

Rendez-vous sur Hellocoton !

49 commentaires

  1. Bon courage « Ginie trois titis »(j’ai choisit celui-là, il parait plus sympa hihi), je pense qu’un dermato fera mieux l’affaire, à moins qu’il soit lui aussi débutant…Sinon, il ne te reste plus qu’à t’associer à un cirque, après la femme à barbe, la femme aux 3 seins!!! le rêve de tout homme, hihi!!!

  2. T’aurais du aller voir ton dermato direct ! Pour ce genre de truc, j’évite mon généraliste qui soit ne va rien faire, soit comme toi va me charcuter inutilement …

  3. Euh ouais non…
    Un pseudo point noir qui s’avère être fibreux, moi je serais toi je filerais rapidos chez le dermato.
    Pour peu qu’il n’ai pas charcuté un PN mais un grain de beauté, ça la foutrait mal.
    (oui ça existe, mon bucheron a des points de beauté qu’on dirais des énormes points noirs.)

  4. Oula…d’abord une crise de rire au boulot, et puis finalement si j’étais toi j’irais voir vite fait un dermato (non débutant si possible!), on sait jamais avec ces saloperies!

  5. ‘tain les boules !!!! C’est quoi ce docteur ???? Va voir un dermato pour qu’il te débarrasse de ta couille (même si une femme à couille, ça peut éventuellement te rapporter de l’argent auprès des pervers de tout poil.. hi hi) rapidement.
    Bon courage !

  6. j’aime bien l’idée de la couille greffée sur le sein…je suis sure que ça ferait fantasmer une loutre lesbienne! mais bon, c’est pas cool quand même!file vite voir un dermato « digne de ce nom » avant que je ne prenne un aller-retour pour Bordeaux afin de venir à ton enterrement.gros bisous ma belle

  7. Tu es vraiment douée pour le récit !!! J’adore cet article même s’il fout un peu la gerbe …
    Bon courage avec ta boule, j’espère que ça va s’arranger 🙂

  8. Mdrr Ma couille (j’le kiffe trop celui là).
    Enfin mdr pour le billet, mas pour ton nouveau pis.
    J’ai eu le droit à la même chose il y a quelques années mais sur un sein carrément. Mais j’ai rencontré un vrai bon docteur qui m’a aussitôt envoyé chez un dermato qui a effectué une belle ablation toute propre. Pareil c’était au départ un point noir qui s’est enkysté.

  9. rho merde ! J’ai ri comme une baleine, failli recracher mon café au moment de la potentialité d’un perruque en poils sauf que tu fais que le point mousse… mais sur la fin je rigole moins.
    nom d’une bite en carton c’est quoi ce truc que t’as entre les seins ?!

  10. Je t’avoue quand lisant ton récit j’étais morte de rire parce que tu as une façon de raconter les choses…je me demande où tu vas chercher tout ça…mais maintenant je te dis file vite chez un dermato rapidement, mieux vaux être sûr que ce n’est rien surtout aprés le charcutage que tu as subit…alors appel vite et tiens nous au courant…courage biz

  11. Il fait flipper ton toubib là ! Il est frustré de pas être chirurgien peut-être ? parce que inciser un truc non identifié, ça craint ! J’ai bcp bcp de grains de beauté sur le corps, mon ex-généraliste avait aussi la folie du bistouris et aurait bien voulu m’en enlever au moins la moitié ! J’ai préféré jouer la sécurité et je suis toujours allée voir un dermato, bilan, aucun grains de beauté charcuté à ce jour….. j’y vais 1X par an et rien de suspect pour l’instant. A chacun son métier en même temps.
    Bon, ben il ne te reste plus qu’a aller montrer ça au dermato, qui va bien halluciner à mon avis que le généraliste est charcuté le truc !!!!

  12. Et le mec ne s’est pas dit que d’enfourner la moitié d’un scalpel pour un point noir, c’était légèrement too much ? Tu me diras si le dermato fait des miracles, depuis que je suis à Paris, j’ai des charmants boutons d’acné de la taille de mon pouce, rouges et douloureux sur toute la tronche. J’en compte 6 à l’heure actuelle. Plus mon nez qui est un champ de mine. Paye l’âge (in)gras à 28 piges.
    Et sinon je vote pour « Ginie trois titis »

  13. si ça peut te rassurer cette connasse de fée qui s’est penchée sur mon berceau était complètement bourrée.. imagine les tares qeu je me paie! tu as déjà eu de l’acné sous les aisselles??? eh ouais ça douille!

    Remarque je vais adorer t’appeler ma couille maintenant! ^^

  14. ton article m’a fait mourir de rie, j’aurais bien voulu en retenir un passage mais tous est super; tu est la reine des métaphores et personnifications…

    et puis j’ai continué ma lecture et là, une seule chose à dire: bon courage et j’espère que ce n’est rien de grave! (le dermato semble quand meme incontournable)

  15. Bonjour,
    Je passe pour la première fois.
    J’ai bien essuyé mes pieds en entrant et je me suis installée pour une petite lecture.
    L’idée de laisser un premier commentaire sur une histoire de point noir qui fini en boule me plaisait bien !
    Merci pour ces sourires de lecture !!

  16. Gâtée pareille je suis, mais j’évite les professionnels de la santé pour ça. Je préfère m’improviser « créatrice de potions douteuses ».
    Les scalpels, je ne les aime que dans Urgences, Nip/Tuck ou Dexter!

  17. brrrr… comment ça à l’air bien dégueulasse comme truc ! Ça me rappelle une des vidéos les plus ignobles qu’il m’ait été donné de voir sur le net, à base de bouton-alien qui explose sur un dos. Rien que d’y penser beuark…

    Sinon le mois d’août ce n’est pas bien pour le médecin. Je commence à me poser des questions sur mon choix d’avoir fait enlever une dent de sagesse par la remplaçante du dentiste.

  18. (5 ans après – mais j’avais Bretagne…)
    Je sais pas comment tu fais pour qu’il t’arrive autant de couilles (huhu). Non franchement tu m’impressionnes. Grave.

    Mes respects à ta bou(il)le

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *