Jour 7

Chère mamie 7
Chère mamie,
Ce matin, mue par une sorte d’absence, j’ai proposé à l’enfant-presque-tout-neuf de profiter de la marée basse pour aller observer les crabes. Il n’était pas très chaud, j’ai dû user de ruse pour le persuader qu’il ne risquait pas de se faire attaquer. (« Ne t’inquiète pas, mon chéri, tant que les crabes n’auront pas compris qu’on court plus vite tout droit, tu ne risqueras rien. Tu sais, on ne peut pas cumuler grosse pince et intelligence. ») Son père a toussé, je crois qu’il a attrapé froid.
Je nous avais acheté des méduses, tu sais, ces chaussures en plastique qui te donnent l’air fin. C’était ça ou des crocs, il y a des limites à tout.
On a marché un moment, enfin j’ai marché un moment, l’enfant aimant tellement ses nouvelles chaussures qu’il ne voulait pas les souiller dans le sable, et puis on a atteint un endroit entre vase et pierres noires, on se serait crus sur la lune.
On s’est accroupis, j’ai soulevé une pierre et trois crabes se sont mis à courir dans tous les sens. L’enfant-presque-tout-neuf a hurlé, j’ai essayé de le rassurer, mais le plus gros des trois crabes n’a visiblement pas apprécié mon avis sur son intelligence. Grosse pince en avant, yeux exorbités, il s’est élancé vers moi à toute vitesse, entraînant dans son sillage des copains énervés. J’ai crié, l’enfant a crié, j’ai fait un pas en arrière, mon pied a buté contre une pierre, je suis restée plusieurs secondes à mouliner des bras et à faire contrepoids avec mes fesses pour rétablir l’équilibre, en vain.
J’ai regagné la chambre la tête haute et la démarche assurée, faisant fi des éclats de rire de l’enfant-presque-tout-neuf et des regards compatissants de nombreux pêcheurs de bigorneaux.
La tête haute et la démarche assurée, avec une chaussure en moins, un pantalon ajouré, un masque de vase sur les cheveux et une patte qui traîne.
Gros bisous à toi et à Papy.

Ginie

Ps : ce soir, je mange un tourteau.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires

  1. Je vous découvre aujourd’hui et je suis tombée littéralement amoureuse de vos petits billets, de votre écriture! Quel talent! Mêler sensibilité et humour, romantisme et pragmatisme, une vraie prouesse! Vous êtes non seulement une belle personne mais aussi une auteure extrêmement douée, surtout pour susciter des émotions, des réflexions, des discussions…
    Je suis triste d’être restée pendant tout ce temps dans l’ignorance totale de l’existence de votre blog… De grâce, continuez à venir nous abreuver de vos mots pour nous réconcilier avec nos maux… Nous nous retrouvons un peu en vous… N’abandonnez pas ce blog… Je n’utilise pas les réseaux sociaux… Dès lors, que faire? Vivre sans votre prose?! IMPOSSIBLE!
    P . S : JE VOUS AIME!!!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *