La naissance

Voici donc la seconde nouvelle que je n’ai pas présentée au concours. Je l’aime encore moins que la précédente mais vous avez été nombreux à aimer cette dernière, vous m’avez presque fait regretter de ne pas la présenter, alors je me suis dit que j’allais vous faire lire celle-ci aussi. Vous pouvez y aller fort dans les critiques, je l’assume moyen moyen celle-là.

J’en profite pour remercier tous ceux qui ont voté et partagé mes deux nouvelles en lice, elles sont bien placées et au moins l’une d’elles devrait être lue par le jury. Je ne m’attendais pas à un tel succès, j’avoue que vous m’avez vraiment touchée.

Si jamais vous voulez lire d’autres nouvelles participantes, je vous fais une petite liste en fin de billet, des copines blogueuses ou lectrices ont participé et y en a que j’ai adoré. Si vous aimez, idem, vous pouvez voter pour elles.

La naissance

Dans les films, les femmes qui s’apprêtent à avoir un bébé sont sereines. Moi, je crois que je n’ai jamais autant angoissée de ma vie.
J’inspire une dernière fois, longuement, avant de passer les portes automatiques. L’air sera le même à ma sortie, pourtant il aura une autre saveur. Je le partagerai avec lui.

A l’accueil, une blonde en blouse verte prend les papiers que je lui tends. Ma peur doit transparaître puisqu’elle me demande si je vais bien. Je vais bien, je vais tellement bien que je me sens mal. J’ai la respiration en cavale, le cœur au galop, la gorge dans un étau, le ventre qui explose. Les films sont des menteurs.

Je m’installe sur un siège blanc en attendant que quelqu’un vienne me chercher, comme elle me l’a indiqué en me tendant le dossier rose.
Attendre. Encore attendre. Si elle savait que l’attente, on la conjugue à tous les temps depuis trop longtemps. Tous ses synonymes y sont passés. Patienter. Vouloir. Poireauter. Espérer.

Au début, je comptais en mois. En cycles. Cinq ans, ça en fait des cycles.
La première année, on nous a dit qu’on était dans la moyenne.
La deuxième année, on nous a dit qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter.
La troisième année, on nous a dit qu’il existait des traitements.
La quatrième année, on nous a dit qu’on était désolé.
La cinquième année, on nous a dit que les chiens c’était plus facile à éduquer.

Les minutes prennent leur temps, le siège blanc ne suffit pas pour contenir mon impatience.
Je veux qu’il soit là, enfin. Je veux que mes sens vivent la même chose que mes rêves. Toucher sa peau, sentir sa nuque, écouter sa voix, boire ses larmes, regarder son sommeil. Le serrer fort et ne jamais le lâcher.

Je n’avais jamais envisagé la possibilité de ne pas être mère. A l’époque où mes copines recouvraient les murs de leurs chambres de posters des Spice Girls, je collectionnais les photos d’Anne Geddes. J’avais prévu d’avoir mon premier enfant à vingt-cinq ans, c’était l’âge idéal, assez pour avoir cumulé de l’expérience mais pas trop pour pouvoir suivre la cadence. Le deuxième suivrait trois ans plus tard et aurait de préférence le sexe opposé. Un troisième viendrait compléter cette famille parfaite un peu plus tard.
Tous ensemble, on cuisinerait des gâteaux au chocolat le mercredi après-midi et on se partagerait le léchage du plat. On ferait des batailles d’eau pendant le bain. On s’endormirait les uns contre les autres en regardant un dessin-animé.
J’ai trente-deux ans. Les choses ne se sont pas exactement passées comme prévu.

A côté de moi, une femme s’assoit, le même dossier posé sur ses cuisses. Une future mère. Elle a les mains jointes, comme si elle se sentait moins seule avec une main dans la sienne.
On se sourit sans un mot. Pas envie de troubler ce moment sacré avec des banalités. Vivre l’angoisse à fond pour savourer le soulagement. Le chocolat explose en bouche après une longue privation.

Une femme au visage sévère me demande de la suivre, elle va m’installer. Je lui dis que mon mari est en route, que je l’ai prévenu que le bébé allait arriver plus tôt que prévu, elle répond sèchement qu’il me retrouvera directement là-bas. J’ai peur qu’il ne soit pas là à temps. Mon compagnon d’attente.

C’est lui qui a préparé la chambre, juste à côté de la nôtre. Il a peint les murs en vert, couleur de l’espérance. Je crois que c’est surtout parce que c’est celle de la robe que je portais quand je lui ai annoncé que c’était positif. Il a accroché des étagères sur lesquelles s’entasseront ses souvenirs. Il a pris les mesures pour que les petites lettres qui forment son prénom sur la porte soient collées exactement au milieu. Il a combattu son impatience avec un pinceau. Il a dilué sa culpabilité dans la peinture.

Les médecins nous ont dit que ça venait de lui. Sa mère n’a pas trouvé ça étonnant : ses spermatozoïdes étaient comme lui, feignants. Alors il a essayé de contrer sa nature, de devenir plus dynamique. Il s’est assis moins souvent sur le canapé et plus sur le vélo d’appartement. Il a éteint la télé. Il s’est mis à parler plus vite. Si son corps accélérait la cadence, tout suivrait, pas vrai ?

On n’était pas loin de devenir aigris. Chaque jour, des histoires de bébés abandonnés, tués, maltraités font les audiences des journaux télévisés. Moi je croyais que c’était naturel d’avoir un enfant, qu’il suffisait de le vouloir. Les piqûres et effets secondaires ne faisaient pas partie de mes plans.
C’était injuste. Ceux qui n’en voulaient pas en avaient alors que nous, qui aurions donné notre vie pour en avoir un seul, ne pouvions pas. L’espoir avait fait place à l’abattement, qui avait précédé la résignation, dernière marche avant l’aigreur.

Et puis le miracle.

J’ai emboîté mon pas dans celui de la femme au sourire absent. Elle ne semble pas se douter que j’ai du mal à marcher, que mon ventre se tord, que mes jambes se tétanisent.
Chaque pas me rapproche un peu de lui.
Je me concentre sur ma respiration pour ne pas l’oublier.
J’aimerais que mon mari arrive.

J’ai entendu tellement de choses sur l’arrivée d’un enfant que je ne sais pas à quoi m’attendre. Il va sans doute pleurer, mais après ? Certaines disent que l’attachement est immédiat, d’autres qu’il faut du temps pour s’apprivoiser, pour apprendre à se connaître. On se connaît déjà, on a eu plusieurs mois pour échanger lui et moi.
Je ne sais pas à quoi m’attendre. Tout ce que je sais, c’est que si on n’arrive pas très vite je ne pourrai plus avancer. Ils n’ont pas de fauteuils roulants par ici ?

Son pas ralentit.
Mon cœur s’accélère.

On y est. Plus qu’une porte à ouvrir et je serai dans la pièce de notre rencontre.

Une équipe de six personnes m’attend. Ils m’expliquent comment ça va se passer, me disent de ne pas m’inquiéter, que je tiendrai bientôt mon petit garçon dans les bras. Je ne les entends presque pas. Je sens seulement la main de mon mari qui attrape la mienne. Je ne gère plus rien, je mets ma vie entre ses mains.

Il m’attire vers la fenêtre.
Il fait beau.
Au sol, de gros oiseaux prennent le soleil.

Le plus âgé de l’équipe s’approche de nous et nous fait signe de regarder quelque chose dans le ciel.
Un avion qui approche. La tour de contrôle est certainement en train de donner les indications au pilote pour qu’il se pose sur le tarmac.
Mon cœur ralentit.
Je jette un dernier coup d’œil aux mots écrits en gras sur le dossier rose : DOSSIER D’ADOPTION
Mon souffle s’apaise. On y est.
L’avion se pose. A son bord, des passagers en provenance d’Haïti.
A son bord, mon fils.
Tout ne fait que commencer.

 

Le thème imposé était « Je suis des yeux l’avion dans le ciel. Tout ne fait que commencer ».

Voilà.
Demain, ce blog reprend son activité normale, fini le concours, faut que je vous raconte ma visite chez le docteur. Ca devrait vous plaire.

En attendant, voilà les nouvelles que je vous conseille de lire :

MarjolieMaman
Blonde Paresseuse
Mon blog de maman
Olivia et ici
Marie-Ange
Malise
Aude
Emmanuelle
Marion
Foxy Mama
Maman Bavarde
Flying Mama
Caro

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

78 commentaires

  1. Que c’est bien fait ! on a vraiment l’impression qu’elle va donner naissance à son bébé ! le titre induit en erreur.
    Désolée, mais je trouve cette nouvelle formidable !

  2. Je la trouve bouleversante, mais mon avis est biaisé car les paragraphes sur l’infertilité trouvent trop d’écho en moi. En tout cas la chute est parfaite, comme toujours!

  3. arf, t’es énervante, si j’avais pondu un pareil texte je serai en train de me pavaner et toi tu te dis juste qu’il n’est pas assez bien 😉 Blague à part, c’est très touchant et la chute est parfaite.
    Merci pour le lien vers « La liste », tu peux mettre ta BM dans le train, je la récupère à la Gare de Lille, je t’en débarrasse le temps d’un weekend

  4. je vois qu’au final je ne suis pas la seule à préférer celle-là à l’autre!! elle est belle cette histoire et les sentiments et sensations sont tellement bien décrits que du coup on se sent à sa place!

    Sinon merci d’avoir mis des liens pour mes deux nouvelles en Lice. merci beaucoup beaucoup, tu n’étais pas obligée et tu le fais pour le plaisir de faire plaisir et ça ne fait que prouver que tu es ne personne formidable!

  5. J’avais vu venir la chute mais je trouve ça chouette quand même 🙂 Tu as raison d’en écrire plein, c’est comme ça qu’on s’entraîne, je devrais faire comme toi! et merci pour le partage!

  6. Bah… J’ai cherché la petite bête pour te faire une critique négative, mais je ne l’ai pas trouvée ! Alors trois solutions:
    1- je n’ai vraiment pas l’œil critique en terme de littérature .
    2-je ne suis pas objective.
    3-celle ci déchiré autant que les autres.
    J’ai beaucoup aimé la chute à laquelle je ne m’attendais absolument pas!

  7. Oh bah non alors voilà que je pleure maintenant! Moi aussi je ressemble a un panda ! Ca fait vibrer tout ça. J’avais beaucoup aimé la 1ère ( Vengeaaaannnce gna gna gna) mais celle-ci me fait fondre! Il faut l’assumer cette nouvelle, la revendiquer; en être fière et la porter très haut parce qu’elle va résonner longtemps dans le coeur de beaucoup de femmes!

  8. Tu as beau ne pas en être fière, moi j’ai la larme à l’oeil, je me retiens de pleurer.
    C’est vraiment bien écrit.
    Aies confiance en toi ! Tu écris bien.

  9. Franchement, il faudrait que tu arrêtes de te dévaluer comme ça. OK, elle est peut-être un petit peu plus faible que les 3 autres, cette nouvelle, mais il n’en reste pas moins que c’est celle qui m’a le plus fait gamberger, à savoir: mais comment cela va-t-il se terminer?
    J’e t’ai accompagnée le long du couloir, le cœur battant, et j’ai encore les larmes au bord des yeux de la conclusion.
    Bravo pour ton style, ta façon de transcrire les émotions.
    Je me suis essayée à l’écriture pas mal de fois, c’est quelque chose que j’ai beaucoup de mal à faire, là où toi, tu réussis avec brio.
    J’ai hâte de lire ton premier livre, à qui tu vas aussi bientôt donner naissance, j’en suis sûre.

  10. Des 4, c’est celle que je préfère… autant dans « Sans surprise » j’avais senti venir la chute, autant là, je ne m’y attendais pas. J’étais trop « dedans » pour chercher à anticiper la fin.
    C’est vraiment agréable de te lire. Merci de partager tout cela avec nous.

  11. J’adore celle-ci ! Elle est vraiment forte, intense et pas convenue.
    La Bascule était bien écrite, mais trop réelle (normal tu me diras).
    J’ai peu aimé En cas d’urgence, du moins sous le format nouvelle.
    Par contre Sans surprise m’a renversée…

    Voilà c’était mon avis, qui n’engage que moi et mon incompétence littéraire.

  12. Purée ! Je m’attendais pas à cette fin là, c’est génial ! Pourquoi t’assumes pas ? Les 4 sont géniales, celle la est ma 2eme préférée , après celle de TA vie…

    Je lis énormément, tu as quelque chose, exploite le, n’hésite plus….

  13. Toujours aussi bon… j’ai vu que « la bascule » battait tous les records. J’en suis très heureuse pour toi.
    quant à moi j’y ai participé mais sans le dire à personne… s’affranchir du regard d’autrui et des jugements, c’est pas toujours facile…
    Tiens nous au courant des résultats surtout !!!

  14. Elle est vraiment top. On est en haleine tout du long, on attend vraiment l’accouchement, très bien écrit, à la manière de Musso je trouve. Elle aurait eu sa place dans le concours, c’est sûr!!

  15. Quelle chute ! Je préfère cette dernière nouvelle à « la personne à contacter … »

    Tu as du talent, j’ai hâte que tu deviennes notre nouveau Marc Levy 😉

    1. Ah non, je ne suis pas d’accord, Marc Levy n’écrit pas aussi bien. Il a de bonnes idées, certes, mais son style n’est pas très bon.
      Enfin, AMHA…

      1. J’aurais dis notre nouvelle Guillaume Musso
        je retrouve un style comme dans ses livres, dans les tournures de phrases et les figures de style

    1. Mais allez lâche-toi de la mièvrerie Bord£¤!!
      tu vois j’ai ressenti la même chose quand tu m’as dit que t’avais aimé mes nouvelles, ça fait chaud au niveau « bidoudal »
      😉

  16. Wow ! Tu as un don pour les chutes, ce qui est parfait pour écrire des nouvelles (dixit une prof de français qui en fait étudier à ses élèves !) !!!!

  17. ouais tu fais chier, quand je te lis j’ai les larmes aux yeux.
    Je pleure jamais, je suis un homme, hétéro, pas sensible pour un sous, genre je me souvient qu’il y a 6 fast and furious mais que Eva Mendes a joué dans le 2 et je ne me souvient plus du nom des autres acteurs à part Vin Diesel. Memoire tres selective non? 🙂
    mais quand je te lis j’ai les larmes aux yeux, pareil que quand Sam se noie pour prouver son amitié à Frodo (bonjour la syntaxe de ma phrase!), pareil que quand Bamby il perd sa môman, pareil que quand Optimus Prime il se sacrifie pour proteger Sam, pareil que quand il y a de grosses musiques dans les gros blockbusters americain!

    Ouais en fait je suis un gros sentimental bien caché^^ Et quand je te lis ça me touche.

    GG^^

  18. Avec un talent pareil… Faut arrêter de penser que c’est bof, je trouve ça vraiment génial: on a l’impression de le vivre soi-même !
    En tout cas, bravo !

  19. je vais être honnête, ce n’est pas ma préférée des 4, mais elle est quand même vachement bien fichue, et tu devrais carrément l’assumer! 😉

  20. Elle est sublime cette nouvelle… Pour avoir eu un Chemin quelque peu similaire, elle est vraiment sublime! <3 À assumer haut et fort et à partager 😉

  21. Oh lala, c’est celle là que j’ai préféré des 4!
    Je ne m’attendais pas du tout à cette fin! tu as une belle imagination. Tu devrais la présenter, elle est géniale!

  22. Rien à jeter !
    Peux être ajouter une petite « transition » avant l’arrivée du mari ?
    Cette nouvelle est prenante, et comme toujours chez toi d’un réalismebluffant.
    Je réitère mon impatience à te voir publiée !

    J’ai lu la nouvelle de Marjo, qui m’a touchée. Pour les autres, j’irai fureter …

    Ne lâches pas, ta plume est incontestablement « bonne » ( et toi bonnasse .. 🙂 )
    Bises

  23. il n’y a que ta plume qui fait naitre autant d’émotions en moi! j’adore et en même temps ça me remue tellement! j’y trouve un écho… la fin n’est pas encore la même pour nous mais j’espère y arriver un jour…
    Merci pour toutes ces nouvelles en tout cas! tu devrais faire un recueil de nouvelles! vraiment! tu as du talent!

  24. Bien joué 😉 Je me disais justement que c’était moins bien au début et puis la fin m’a carrément surprise 🙂 Sérieux, bien joué 🙂

  25. touchant, émouvant, juste un condensé d’émotions magnifiques !!! je te souhaite tout le bonheur du mon auprès de ton petit bonhomme <3

  26. Tu dirais merde, je crois que j’arriverai quand même à pleurer !!!
    J’adore te lire…
    Même s’il est fort fréquent que tu me fasses chialer !
    Tu es trop forte !

  27. Moi je la trouve très bien menée cette nouvelle ! Comme les deux autres. Et je pense qu’elle retranscrit bien le sentiment qu’on peut avoir à ce moment là ( et qu’on m’a déjà décrit), celui d’une réelle naissance, pour tous, comme si elle avait été biologique. Vous abordez les choses avec beaucoup de finesse je trouve, dans tout ce que j’ai lu de vous jusqu’à présent, et parvenez à rendre l’empathie naturelle. Ce texte ne fait pas exception. Bravo.

  28. Bonjour ! J’ai bcp aimé cette nouvelle là aussi ! Je me suis doutée de la chute, mais j’étais impatiente de savoir si j’avais raison. Je pense que tu as un véritable don pour retransmettre des émotions et au vu des commentaires, je ne suis pas la seule !
    Merci

  29. Alors… J’ai lu les 4 1ères nouvelles de ta liste, et je suis désolée mais je n’ai pas du tout accroché… Vive toi et ton talent pour l’écriture et l’approche des sujets ! Du coup je vais lâcher mon téléphone pour aller voter pour tes textes sur mon ordi (on peut pas voter sur le site d’aufeminin version mobile). Non mais !

  30. C’est agréable à lire, touchant, bouleversant même.
    Je l’ai préfèré à ´sans surprise ´ qui ne m’a pas surprise et à ´ la personne a contacter ´ qui ne m’a pas touché. ´la bascule ´ domine le lot.
    Belle plume, y’a du talent ! Il faut persévérer. Bravo !

  31. alors, celle là je l’adore !! On ne s’attend pas a la « chute », l’histoire est magnifique racontée (je suis tres fleur bleue en même temps). Que dire si ce n’est bravo !

  32. C’est superbe! Je me suis doutée de la chute, car l’idée de l’adoption a été ma première idée (étant donné mon parcours à moi!)… Je n’avais fait que voir des images dans ma tête. Tu as mis des mots dessus. Merci.

    (et merci pour le lien aussi, ça me fait vraiment plaisir!)

  33. Punaise Ginie… Du beau, du lourd, du léger, de l’émouvant… J’adore définitivement ta plume ! Très joli texte, dont la chute prend aux trippes ! Ca me parle et apparemment, je ne suis pas la seule !

  34. Salut je lis ton blog à chaque nouvel article. J’aime beaucoup, mais ne laisse pas de commentaire.

    Sauf que là … Bravo ! T’as réussi à me bouleverser. Ce texte est magnifique.

  35. Alors là, je dis un grand Bravo Madame !!!!!!!!!!!!!!!!
    C’est vraiment super hyper bien écrit…..en te lisant je me voyait entrer dans la maternité !!!!!!

    Continue tes nouvelles elles sont géniales !!!

    Encore un grand bravo

  36. Ouf ta spécialité est vraiment de nous emmener dans une direction pour que finalement le final soit tout à fait dans une autre. Cette nouvelle est très bonne, je n’ai pas d’enfant et pourtant j’ai presqu’accouchée avec toi….

  37. En lisant ton intro, je m’attendais à un truc moyen (c’est un peu comme ça que tu le décris…) et, excuse moi de te le dire mais tu es complètement à côté de la plaque! Elle est géniale cette nouvelle! Je suis peut être nulle mais je n’ai pas vu la fin arriver. C’est un bonheur à lire. J’en profite pour te dire que j’ai toujours trouvé ta plume et ton écriture formidable. Que ce soit tes billets ou tes nouvelles. Continue encore et encore car j’adore. Et j’ai l’impression que je ne suis pas la seule…

  38. On doit t’entendre hénir à des km avec des commentaires pareils… 😉
    Je partage l’avis des autres, très belle nouvelle. Si toi tu ne nous ponds pas un livre rapidement, je vais être attristée. Tu as un talent fou!!
    Bonne continuation!

  39. Ta nouvelle est magnifique, terriblement bien écrite, il a fallut que je retienne mes larmes! Même si le sujet résonne un peu plus fortement en moi, ton texte est simplement émouvant, tellement proche de la réalité… Je pense que celle ci est ma préférée après La bascule!

  40. Cette nouvelle est juste magnifique ! Quel talent ! Vraiment elle est aussi géniale que les autres. Le thème me parle beaucoup et j’aurai pu l’écrire (mais pas aussi bien !) parce que c’est exactement ça et ce n’est pas donné à tout le monde de savoir transmettre autant d’émotions, autant de crédibilité dans un texte et qui plus est une nouvelle.

  41. Wahou, bravo!!! Cette nouvelle avait tout à fait sa place (et depasse même de loin le peu d’autres -non citées – que je me suis hasardée à lire…je suis concernée par l’infertilité et tu as les mots justes…pour tout! J’ai vraiment hâte de lire tes futurs romans!!! Et je l’ai déjà dit mais quelle belle personne tu fais (même si je n’ai pas vu ton profil 😉 ). Je ne pourrai plus voter mais j’irai lire les nouvelles données en référence si c’est encore possible, merci!

  42. Avec une fin comme celle-ci, on est obligées d’aller relire …

    Comme dans « 6ème sens », on revoit le film pour tenter de trouver quand on aurait pu savoir quelle était la chute.

    J’adore.

  43. Je ne te connais qu’à travers ce blog (et celui du BB of course), tu me fais rire très souvent notamment quand tu causes « persil et cabas », tu me fais pleurer presque aussi souvent… mais là je te le dis : « Ginie tu es une Belle personne », bravo pour cette plume indescriptible. Bon maintenant fini le jeté de fleurs il faut que j’explique à l’installateur de la clim pourquoi je renifle tant (vais mettre ça sur le dos de sa clim à 24°)….

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *