Châtié fait chier

Assieds-toi, il faut qu’on parle.

Tu sais déjà ce que je pense des enfants. Le rapport avec les gaz, tout ça.
Mais si, tu sais.
Les enfants, c’est comme les pets, on ne supporte que les siens.
Elle est pas de moi, mais elle pourrait. Enfin, tout dépend de ce que j’ai mangé la veille.

Tu vas pas me faire croire que tu fais pas semblant quand tu t’extasies devant les enfants de ta voisine ou que tu t’intéresses à la vie du petit de ton cousin Machin. En vrai, t’es juste en train de te dire que Miss France elle est vachement costaude des zygomatiques pour sourire sans raison, comme ça.
Je te connais.

Bref.
Les seuls qui trouvent grâce à mes yeux, et encore, seulement hors période de règles et d’ovulation, c’est les enfants de mes (très) proches. Genre mon filleul, le fils de ma sœur. Mon chameau.
Faut dire qu’avec les gènes que lui a offerts la nature, il se rapproche plus de l’ange que de la tête à claque. C’est mon neveu, quoi.

Enfin, ça, c’était avant.

Avant qu’il commence à parler. Avant qu’il commence à répéter ce qu’il entendait.
Avant que nos conversations se mettent à ressembler à ÇA :

– Salut, ça va  ?

– Oui, sauf que ma collègue commence sérieusement à m’embêter.

– Encore ? Mais tu le sais, pourtant, qu’elle est méchante.

– Oui, je sais, mais quel dommage ! Elle peut pas s’empêcher de mettre une mauvaise ambiance partout. Bref, assez parlé de moi, et toi, comment vas-tu ?

– A part le fait que je me suis cassé la margoulette sur le trottoir hier, je vais bien.

– Ha zut ! Rien de grave ?

– Non, non, ne t’inquiète pas. Juste une entorse mais c’est moins douloureux qu’une fracture.

– Bien. Tant mieux.

– On serait pas un peu en train de s’ennuyer, là ?

– Si. Un peu. Si seulement on pouvait en lâcher un petit…

– Retiens-toi, je t’en conjure ! Pense au Chameau.

– D’accord. Je vais faire quelques points de broderie, alors.

 

 

De là à dire que le phrasé fleuri rend les conversations plus vivantes, il n’y a qu’un pas. Que je franchis allègrement. Parce qu’avant, c’était plutôt ÇA :

– Salut, ça va ?

– Ouais, à part ma collègue qui commence sérieusement à me péter les couilles.

– Encore ? Mais tu le sais, pourtant, que c’est rien qu’une grosse pute !

– Ouais, je sais mais ça fait chier. Elle fout le bordel partout où elle passe, cette pétasse. Mais bon, on s’en branle. Et toi, comment tu vas ?

– A part l’épisode éclatage de gueule contre le trottoir hier, ça va.

– Ha merde ! Rien de grave ?

– Non, te prends pas la tête. Juste une entorse mais ça fait moins mal que de se faire enculer.

– Putain, tu m’étonnes !

– Tu sais que je kiffe discuter avec toi ?

 

 

Comment ça il existe un juste milieu ?
Oh tu sais, la pondération et moi…

Du coup, je me tâte les melons sur l’attitude à adopter :

  1. Je fais en sorte de ne plus jamais me retrouver à moins de 300 mètres de tout enfant bien-entendant de toute ma vie ;
  2. Je crée une application Iphone qui me suture la bouche dès qu’un enfant s’approche de moi ;
  3. Je prends des cours de langage châtié avec Rachida Dati ;
  4. Je deviens grande et je me mets à parler comme tout le monde.

 

Je suis dans la merde.

Ginie, très distinguée

 

 

PS : Au fait, si tu as aimé Ma journée dans la peau d’une geisha qui a les boules, tu peux voter pour moi ICI. Si t’as pas aimé non plus, parce que tu es bon.

Rendez-vous sur Hellocoton !

47 commentaires

  1. si tu y arrives chapeau!! moi je lache encore des jurons à tout va devant ma fille et mes nièces.. à table « tata on dit pas putain »
    moi (à ma nièce de 3 ans à l’époque) à oui t’as raison pardon chérie, on dit maman travaille…

  2. Alors ça, c’est des stages de formation en centre psy.
    Mais le plus dur, ça reste de se contenir quand, alors qu’on l’a pas vu, l’enfant tombe sur la personne sur laquelle on a dégueulé la veille, et lui répète à peu près tout.

    Là, alors là, si ça, tu réussis à t’en sortir, c’est gagné.

  3. ouais,et après tu prends un air dégagé et innocent quand ton fils trisomique de 4 ans met des putains et des salopes dans toutes ses phrases!heureusement qu’il y a la cour d’école pour nous servir d’excuses,hein?

  4. ou alors parle en english! a toi les fuck, bastard, et compagnie! et pis le petit il pigera que dalle!!

    c’est ce que j’ai tenté! ça marche du tonnerre! le petit pige que dalle, mais mon mari aussi en fait! XD

  5. bof…ils les apprendront bien assez tôt de toute façon, pourquoi se retenir! Dans les cours de maternelles déjà ils ont un langage bien fleuri teinté d’une élégance et d’une délicatesse rare
    « toute façon t’es qu’une pétasse »
    (entendu ce matin en allant bosser)

  6. Ce matin j’ai entendu le mien dire « casser les couilles » . Faut vraiment qu’on fasse gaffe (sinon il va dire à tout le monde que maman elle va avoir une fessée si elle est gentille :))

  7. Je confirme, c’est pénible (j’arrive même à me châtier dans l’écriture, c’est fou…). D’un autre côté, entendre Couette un jour dire un très clair « Putain » parce qu’elle n’arrivait pas à faire qqch, ça m’a calmée vite fait… Dans la bouche de nos lutins ça fait toujours un drôle d’effet, ça n’a rien à y faire 😉

    Et pourtant les cours d’école, c’est sûr que ça n’aide pas… Pour le moment ici c’est surtout l’attitude qui a changée depuis la rentrée en moyenne section, bcp plus répondante, insolente…

  8. Putain j’ai l’impression de me voir y’a 3 jours avec mes soeurs et mes trois neveux.
    L’angoisse de devoir réfléchir à ce qu’on dit, surtout qu’ici le putain c’est un peu nos virgules, que le mot teup ou connasse est une marque d’affection…
    Pour le coup je ne peux pas t’aider, moi-même étant bien emmerdée dans ce genre de situations.
    (et sinon a voté !)

  9. Ah mais le contre-exemple est aussi un outil pédagogique puissant.
    On devrait presque te remercier de faire l’effort de t’en servir pour le développement de ces morveux.

    Bordel de queue.

  10. euh pour Rachida Daty….je suis pas sure …t es peut être pas au courant mais elle a confondu « l inflation » avec la « fellation »..bon des fautes a l oral c est vrai que ça existe ou alors il y a peut être une corrélation entre les deux qui m a échapper…la politique c est pas mon truc!!!!

  11. Oh là là fait quelque chose pour remédier à cela.
    Nous avons été convoqués avec mon mari par le maitre qui voulait savoir pourquoi notre fils disait tout le temps ‘bordel de merde’ !!
    Merci fiston d’avoir zappé le ‘p’tain’ devant le ‘bordel de merde’ …

  12. Je préfère lâcher un gros pet/mot, je déteste me retenir. Même quand je parle aux gamins des autres, au point d’engueuler les enfants de ma soeur comme le mien. On ne se parle plus, jmf :p

  13. C’est tellement vrai la théorie du pet…
    Mon fils vient d’avoir 2 ans alors on commence à faire gaffe au langage. Du coup on utilise des paraboles et des métaphores, ça permet de réviser les figures de style et de développer l’imaginaire de toute la famille :
    –  » la lune entre en éruption, je répète, la lune entre en éruption, il faut l’arroser d’urgence »
    –  » et si tu fourrais ma moule ? »
    – « une sucette pour le dessert ? »

  14. XXX LOL pour le dernier commentaire de Top.Produit.bébé ! En effet tout dans la poésie la sexualité chez eux…
    Sinon, on peut faire ce qu’on veut, essayer de contrôler ce qu’on dit, ma longue expérience de 10 ans d’élevage m’a démontré que finalement, les mômes comprennent TOUT, absolument TOUT. La dernière fois, car nous sommes aussi poètes chez nous, monsieur m’a lâché un « ah toi t’es contente, on voit que tu as pris ta pétée », devant les filles qui ont éclaté de rire. Je pensais qu’elle n’avait pas compris, mais elles m’ont bien expliqué ce que c’était de prendre une bonne pétée selon elles !!! Maintenant, je n’ose même plus évoquer le fait de fumer la pipe devant elles …

      1. Non … pas à 8 ans, ni à 10 ans ! Enfin je crois… à 7 ans, comme mes parents m’achetaient pas de livres (les salauds) je lisaient les San Antonio de mon père en cachette et il me semble bien que ça devait parler de pipe qui pour moi était un truc qui se fumait 🙂

  15. pourquoi donc se poser de tels cas de conscience ? Si ce n’est pas toi qui apprends des gros mots aux enfants, ses petits camarades de classe s’en chargeront à ta place (et puis moi j’aime bien apprendre des gros à mes neveux. comme ça on me demande pas trop souvent de les garder. C’est pratique)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *