Le colis

J’ai reçu un colis.

Ma factrice ayant décrété que la sonnette était trop loin de la boîte aux lettres, elle ne se donne jamais la peine de m’avertir de l’arrivée d’un colis. Elle glisse dans la boîte un papier jaune dont elle a coché les cases « colis » et « absent » et remonte dans sa fourgonnette assortie à ses cheveux avant de démarrer en direction de sa prochaine victime. Une fois, je me suis trouvée par hasard à la boîte en même temps qu’elle (après avoir attendu deux heures quoi) et je lui ai gentiment indiqué que, travaillant à la maison, je me ferais un plaisir  de la soulager du poids de mes colis si elle se donnait la peine de faire les dix pas qui la séparaient de ma sonnette. Elle m’a rétorqué froidement que je recevais souvent des colis et que dix pas multipliés par le nombre de colis, ça faisait beaucoup et qu’elle n’avait pas sa calculette. Je lui ai répondu aimablement que ça ferait du bien à sa culotte de cheval. Elle n’a rien dit mais j’ai remarqué que, depuis, la case « absent » n’est plus cochée mais transpercée avec la mine du stylo. Je crois que je l’ai irritée.

Hier donc, encore une fois, j’ai dû aller retirer mon colis à La poste. Je connais bien, à force, et je sais que l’attente peut durer longtemps. Une fois, j’ai carrément loupé les trois épisodes d’affilée des Anges de la téléréalité, c’est dire. Alors j’ai mis en place des petits trucs pour que le temps passe plus vite (enfin pour qu’on ait l’impression que le temps passe plus vite) (parce qu’en vrai il va à la même vitesse tout le temps) (sinon comment ce serait possible qu’on ait tous nos montres à la même heure si le temps ne passait pas à la même vitesse pour tout le monde ?) (à moins que le temps soit de la famille de David Copperfield, là je dis pas).
Pour avoir l’impression que le temps passe plus vite, j’ai donc mis en place des petits trucs : parfois je compte les carreaux qui recouvrent le sol de l’agence (245 si on compte ceux qui sont derrière le photocopieur), parfois je mémorise puis me récite mentalement les tarifs des colissimo (5,50 € jusqu’à 250 g, 6,10 € jusqu’à 500 g, j’ai oublié le reste), d’autres fois encore je compte le nombre de « quoi » que dit la dame du guichet (trop).

Hier, j’avais une occupation toute trouvée : imaginer le billet que j’allais écrire sur mon blog au sujet de la nana juste devant moi dans la file d’attente. J’avais déjà le titre : la fille aux pellicules.
Lorsque mes yeux se sont posés sur elle pour la première fois, j’ai d’abord cru qu’elle arrivait tout droit d’Alaska. Rigole pas, c’était probable. Avec le temps qu’on se tape ici, il était tout à fait possible que des flocons de neige plus vaillants que les autres aient survécu jusque là.
Puis je me suis dit que c’était peut-être son pull qui avait la particularité d’être moucheté juste au niveau des épaules. Les voies de la mode sont impénétrables comme dirait Christine Boutin.
Mais non. Le pull était uni, il fallait que je me rende à l’évidence : si la femme-fontaine existait, la femme-pellicule aussi. Et le destin l’avait placée juste devant moi.

Je te dis pas dans quel état j’étais. Tu m’aurais annoncé que Jack était toujours vivant que ça m’aurait fait le même effet. Je trépignais sur mes compensées, pressée de rentrer à la maison pour vous raconter ce phénomène. On allait se moquer, les copains, on en aurait des crampes aux joues.
Discrètement, j’ai dégainé mon téléphone préalablement passé en silencieux et l’ai levé assez haut pour pouvoir prendre la photo-preuve mais pas trop pour que la personne derrière moi ne voie pas ce que j’étais en train de faire. Pour m’en assurer, je me suis retournée pour l’observer. C’était une fille, elle me regardait en riant, tout allait bien. Elle avait sans doute repéré la femme-pellicule elle aussi.
J’imaginais déjà le succès que remporterait cet article exceptionnel, relayé dans le monde entier par les plus grands sites d’information. Le bébé royal passerait au second plan. Ali Badou me supplierait de lui accorder l’exclusivité de mon interview et tomberait fou amoureux de moi, je serais alors obligée de lui expliquer gentiment mais sèchement que le mari-presque-tout-neuf prenait toute la place dans mon cœur (coucou chéri !).

Je suis rentrée chez moi en faisant des rondades de joie, ai ouvert la porte à la volée, ai lancé un bisou au bébé-presque-tout-neuf et un sourire au mari-presque-tout-neuf et me suis précipitée sur mon clavier. Le mari-presque-tout-neuf m’a stoppée net dans mon élan en éclatant de rire.

– Quoi ? je lui ai demandé.
– Fais voir ton téléphone, il a répondu en riant comme une hyène très moche.

Je lui ai passé mon téléphone.

– Tourne-toi.

J’ai obéi. J’ai entendu le bruit de l’appareil photo.

– Regarde.

J’ai regardé.
Et j’ai vu.
Ma jupe coincé dans ma culotte.
Pleine lune.

J’espère que la fille derrière moi n’était pas blogueuse.

Ginie, culottée

Source image

Rendez-vous sur Hellocoton !

106 commentaires

  1. rhô je l’avais pas vu venir!!!
    moi je dis que derrière toi, c’était rien qu’une pétasse, moi je l’aurai dit, quand même!!(tu crois que tes fesses trainent déjà sur FB?)

  2. LOL ! au moins j’arrive à rire avec mes soucis ! Ceci dit, moi j’aurais bien aimé les photos ^^ oui les 2 !
    nb : moi aussi je compte les carreaux ! Je me sens moins seule, merciiiii

  3. « chouette, un nouvel article de Ginie! » : check.
    Bonne marrade : check
    moquerie de la femme-pellicule : check
    crampes aux joues : check
    Chute mortelle et supra inattendue : check !!!
    Ginie, t’es trop forte, merci !

  4. Mouahahahahah !!!! (note personnelle : vider correctement sa vessie avant de lire un billet de Ginie)

    On pourrait avoir les deux photos pleaseeeeeeee ? 😉

  5. J’ai su…. Quand tu as décrit le sourire de la fille derrière toi!!!
    Bah oui! Ça m’est déjà arrivé! Et ce n’était pas moi qui souriait! :-))
    Bravo pour cet article!

  6. Je veux te remercier pour ton style inimitable. Ton humour extra…et ta sensibilité aussi. La, jai frôlé la cata tellement j’ai ri. S’il te plait… la photo ( non pas celle de la jupe….encore que?)

  7. Oh punaise !!!! Mais c’est énooooorme ! Nous nous marrons, mais pas au sujet de la femme-pellicule !
    C’est arrivé à ma mère, en sortant des WC de son boulot…depuis c’est sa hantise, la hantise de ma sœur et la mienne ! Du coup, on ne met plus de culottes ! 😉

  8. mouhahaha…. n’empêche c’est pas sympa de te laisser te balader dans cette tenue…. et la solidarité féminine alors? je dis toujours à une nana, même si je la connais pas, qu’elle a la braguette ouverte/des épinards entre les dents/la jupe coincée dans la mulotte…. pour les pellicules, là, en revanche, c’est chacun sa crotte.

  9. Huhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhu XD !
    Les postiers/postières (souvent postière d’ailleurs !!) qui se donne pas la peine de sonner je les exècre !
    Comme les copinautes photos preuves espérées !
    Ginie comme d’hab du bon bon billet.
    Bécots

  10. 1° La fille derrière toi n’était vraiment pas sympa;
    2° On aimerait bien les deux photos (hi hi hi!!!);
    3° En ce moment nous avons un facteur super sympa qui:
    – sonne au portail,
    – monte en voiture les deux ou trois cents mètres de sentier,
    – et nous attend (le temps qu’on arrive de la maison) pour nous remettre le moindre recommandé ou colis. Alors, il a droit à un petit billet de temps en temps et/ou une part de gâteau quand il y en a.

  11. je crois que tu peux te fendre d’un courrier bien senti à la poste pour que la factrice daigne se deplacer jusqu’à ta porte la prochaine. il en va de ta dignité je crois.

  12. Trop drole!
    Moi, j’ai une factrice géniale qui m’apporte systématiquement mes colis à mon magasin (meme s’ils sont adressés à la maison) car elle sait bien qu’il n’y a jamais personne à le maison le matin! Ca doit être un des avantages de vivre à la campagne! 🙂

  13. La chute est vraiment belle, je ne m’y attendais pas, fallait pas avoir envie de se moquer! 🙂

    Pour les colis, le facteur d’ici est comme ta factrice. Sauf depuis que la Poste du village a sauté, il faut faire 15km pour aller chercher ses colis. Du coup l’autre jour il m’avait mis un mot et voyant que j’arrivais (je suis bien à 50m de la boîte aux lettres, au bout de la rue) il s’est précipité pour me donner mon recommandé!
    Si tu ne sais pas quoi faire cette nuit, tu peux toujours faire sauter la poste de chez toi (en plus ça occupe les conversations quelques jours!)

  14. C’était donc toi ?!!!! Nan je déconne ! En même temps, ça a failli m’arriver pas plus tard qu’il y a 5 mn … au boulot !! Bravo pour la chute, rien d’autre à dire !

  15. Ginie, décidemment, je t’aime (en tout bien toute honneur, comme dirait aussi Christine Boutin…).
    Tu m’as fait éclater de rire alors que j’ai eu ma chimio ce matin et que je commence à être bebeurk !Je suis d’autant plus solidaire, que moi, j’ai traversé tout un resto comme ça, avec la jupe coincée dans… le porte-jarretelles (hé oui, j’avais 26 ans et un namoureux qui aimait ça), et le resto était réservé à toute une bande de nos potes, pour une fiesta de je ne sais plus quoi ! J’ai pris le parti d’en rire, quand un comique m’a dit que j’avais des jolies fesses, et le namoureux a dit qu’il était ravi de faire partager, là j’ai moins ri mais bon, j’étais jeune pas trop expérimentée et plus amoureuse que lui, m’a jetée quelques mois plus tard, avec des retours de flamme fugaces jusqu’à ce que je l’oublie vraiment, c’était un tortionnaire en fait.
    Sinon, pour les colis à la Poste de chez moi, zont mis en place un guichet spécial ouvert le samedi matin pour déremplir le bureau habituel. Ca existe peut-être aussi par chez toi ? Si tu n’es pas trop pressée pour tes colis et que tu peux attendre le samedi. En même temps, faut sonner pour entrer, et tu attends (un peu) qu’on daigne venir t’ouvrir la lourde, mais c’est plus rapide quand même.
    Quant aux blogs, je blogge et j’ai mis le tien dans les blogs que j’aime, mais je n’ai (volontairement) qu’une centaine de lecteurs par semaine, n’en ayant fait ni pub, ni référencement, j’ai peu de nouveaux accès.
    Gros bisouxxx
    Edith

  16. Oh la chute!!! Merci pour le fou rire en rentrant du boulot: c’est le meilleur anti stress au monde!
    Alors moi pour les colis j’ai de la chance , un petit facteur qui porte les colis jusqu’à la maison et parfois même jusque dans le champ (mon époux est agriculteur) Par contre ensuite c’est le mari (pas neuf du tout!) qui garde le colis un jour, deux jours….pffff…Rien n’est parfait!
    Bises,

  17. Cela m’est arrivé , j’ai traversé un hall de cinéma et tout un parking ainsi c’était horrible de se faire apostropher par une femme qui vous dit :  » vous devriez ajuster votre robe derrière « . Je ne suis plus jamais retournée au cinéma, en tout cas pas celui ci :p

  18. Pas très charitable, la nana derrière toi, c’est surement ne blogueuse… 🙂
    Dans ces cas là, je me dévoue souvent pour foutre une bonne honte en live à la personne, honte qui abrège finalement ses souffrances (mais sur le coup ça doit faire un peu mal)

  19. J’ai eu une factrice comme ça un jour, pas beaucoup mieux, qui, elle, me donnait les colis mais sans aller jusque chez moi : elle les posait le long du pilier du portail dans la rue. Sans doute trop feignasse pour remplir le petit bon. Je me suis fait piquer un nombre considérable de lots de slips de chez la Redoute.

  20. Hé bien une fois, en vacances à l’ïle de noirmoutier, je croise une femme qui faisait les boutiques et dont la jupe était coincée dans la culotte. Prenant pitié (parce que quand même je n’aimerai pas que ça m’arrive! c’est d’ailleurs pour ça que j’ai banni les jupes lol), je lui dis discrètement « attention, votre jupe est coincée ».
    Hé bien, elle m’a engueulée la nana!!! J’étais sur le cul…
    Du coup, je sais pas ce que je ferai si je croise une autre jupe coincée un jour!!!

  21. mais j’adore, mdr, comme koi, faut pas hésiter à papoter avec les gens de la file d’attente, elle aurait finir par te le dire que tu avais ta jupe pas vraiment à sa place préférée ^^

  22. Dire que j’ai éclaté de rire serait un doux euphémisme… j’étais à deux doigts de faire pipi dans ma culotte, ma caille a eu peur et chéri m’a prise pour une folle tout juste échappée de l’asile… Tu me diras, ça ne change pas de d’habitude mais là c’est la timballe quand même!! Bref, encore une fois : merci!!! Et désolée pour ta fierté qui a du en prendre un coup… Sinon, tu peux trouver une coupable : ta factrice aux grosses hanches… Si elle n’était pas aussi féniasse, ça ne te serait pas arrivé… Aprés, on peut voir les choses sous un autre angle : sans elle, tu n’aurais pas pu écrire ce billet très drôle… bisous Ginie!!

  23. Oh pauvre Ginie !
    La chute est magique et le mari-presque-tout-neuf a du bien se marrer.
    Ca m’est arrivé l’an dernier : j’ai traversé toute la ville sans sentir l’aeration… je trouvais juste que les gens regardaient beaucoup sa serenissime nainitude que je trimbalais alors en poussette.
    Le pire c’est que ma belle-mère (cette peau de vache), m’a vu partir ainsi et plutot que de me rattrapper, a pensé que je m’en rendrais compte en montant en voiture. Ben non !

  24. Ping : Revue de web #6

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *