Les 7 différences entre ta vie et les séries américaines

Dans les séries américaines, ton mec est PAR-FAIT : corps sculpté dans l’acier, haleine mentholée, blindé d’humour, il peut aussi bien te parler d’art moderne que de télé-réalité et accepte avec le sourire  que tu aies mal à la tête pendant trente jours d’affilée.

Dans la vie, ton mec est PRESQUE par-fait : corps sculpté dans le Nutella, haleine aillée, blindé d’humour (« Monsieur et Madame ERVITMONSLIP ont un fils, comment s’appelle-t-il ? »), il peut aussi bien te parler de voitures que de voitures (ou encore de voitures) et accepte avec la voisine que tu aies mal à la tête trente jours d’affilée. Mais tu l’aimes, que veux-tu.

Dans les séries américaines, quand tu dors ça ressemble à une pub pour un matelas : cheveux soyeux  disposés sur une dizaine d’oreillers, lèvres à peine entrouvertes colorées d’un rose assorti au blush, nuisette en soie sauvage et dentelle fine parfaitement ajustée sur un corps qui rendrait tout dur de partout Elton John himself.

Dans la vie, quand tu dors ça ressemble à une pub pour un anti-ronflement : les narines vibrantes, la marque de l’oreiller sur la joue, une jambe au sud-est, l’autre à l’ouest, les cheveux qui se confondent avec le doudou, la main coincée dans l’élastique usé de la vieille culotte en coton, un paquet de kleenex usagés sur la table de nuit. Elton John est sauvé.

 

Dans les séries américaines, quand tu déprimes, c’est beau : crème glacée, bons amis, yeux juste assez rougis pour faire ressortir ton iris vert, labrador qui vient te réconforter, le tout sur fond de piano.

Dans la vie, quand tu déprimes, c’est pas beau : œil poché, bave séchée au coin de la bouche, cheveu gras, recherches Google incongrues (« comment choisir entre la corde et le chandelier » ; « méthode pour voir la vie en rose sans mettre de lunettes » ; « Matt Damon nu »), culotte qui colle au plafond tellement ça fait longtemps qu’elle n’a pas croisé une tablette de lessive, le tout sur fond de Lara Fabian.

Dans les séries américaines, tu as des amis extraordinaires : tu bois l’apéro avec des vampires, tu couches avec le mec de ta meilleure amie mais elle ne t’en veut pas, il y a toujours un pote pour te prêter le million de dollars qu’il te manque pour acheter la voiture de tes rêves.

Dans la vie, tu as des amis tout court : les seuls vampires que tu côtoies viennent te réclamer des bonbons le soir d’Halloween, le mec de ta meilleure amie ressemble à Chuck, mais Norris, pas Bass et ton pote d’enfance te parle encore des billes qu’il t’avait prêtées et que tu ne lui avais jamais rendues, à l’époque.

 

Dans les séries américaine, si quelqu’un te demande de te mettre à poil, là, tout de suite, tu peux le faire sans rougir : épilation impeccable, peau aussi douce qu’un pull lavé avec Mir Laine, cuisse ferme et fesse haute, sous-vêtements coordonnés dernier cri. Même tes grains de beauté forment un cœur sur ton épaule.

Dans la vie, si quelqu’un te demande de te mettre à poil, là, tout de suite, t’es dans la merde : persil qui sort du cabas, popples sous les aisselles, fesses affichant la preuve irréfutable que tu ne fais pas de naturisme à la plage, soutien-gorge assorti à la culotte (mais pas à celle que tu portes), marquage des chaussettes sur les mollets. Et sur ton épaule, c’est les boutons qui forment on sait pas quoi.

Dans les séries américaines, ton appartement ressemble à celle de Céline Dion : piscine à débordement avec tobogan plongeant dans l’Océan Pacifique, 17 salles de bain avec jaccuzzi, David Guetta en guise de radio réveil, une armée de domestiques qui devancent tes besoins, des pandas qui courent dans le jardin.

Dans la vie, ton appartement ressemble à celle d’Odeline Fion : baignoire à débordement à cause des cheveux dans le siphon, une salle d’eau de taille idéale pour faire caca tout en se lavant les dents, l’aspirateur de la voisine en guise de radio-réveil, une concierge qui lit ton courrier avant toi, des cafards qui courent sur le balcon.

Dans les séries américaines, tes journées et tes soirées sont overbookées : petit-déjeuner au café du coin en compagnie des copines, quelques heures de boulot dans ton entreprise trop hype, shopping entre midi et deux, un peu de sport avec le coach privé, soirée à Rome en jet privé.

Dans la vie, tes journées et tes soirées sont overbookées : tu regardes des séries américaines.

Ginie, serial sérivore

Rendez-vous sur Hellocoton !

80 commentaires

  1. C’est tellement vrai ce que tu dis là! Comment peuvent ils d’ailleurs (les scénaristes) inventer des scénarios comme ça sachant qu’il n’y a aucun exemple dans la vraie vie!
    J’entends qu’on me dit dans l’oreillette « pour faire rêver »!
    Tu parles pour te faire déprimer sur ta vie (trop normale, pitoyable, banale, coche la bonne réponse), oui!
    Je te laisse, y a un épisode de Fringe qui m’appelle, puis Downton Abbey! J sais j’ai une vie passionnante!
    Ne sois pas jalouse!
    Gros bisous

  2. Et dans les séries américaines, personne ne fait jamais la vaisselle, ne plie le linge, ne débarrasse la table, ne lave les toilettes… moi non plus mais chez moi ça se voit ! Dommage 😉

  3. Bon c’est bien beau tout ça, excellent article morte de rire, bla bla bla, mais mais mais :
    COMMENT il s’appelle, alors le fils de Mr et Mme Ervitmonslip ???
    Ben oui, quoi, je rattaque le boulot demain, faut que je brille par mon intelligence supposée au taf, moi…
    (sinon ma life à moi, elle ressemble à un croisement de « Roseanne » et de « Mariés 2 enfants » sauf que j’en ai qu’une (d’enfant). Alors, hein, tu vois…)

  4. dans les séries américaines, tu sors de la maternité avec un ventre parfaitement plat et lisse, tu n’as pas de babyblues et ton bébé ressemble à un poupon de 6 mois et ne pleure jamais

    dans la vraie vie, ton cher tonton te demande si tu es à nouveau enceinte en se regardant ton bébé d’un mois qui hurle dans tes bras et ta petite bedaine et toi tu vas pleurer dans un placard, parce que tu la trouve pas drôle sa blague, et que toi, tu l’as le babyblues
    oui, j’ai passé un super week end, merci !

  5. Tellement vrai 🙂 c’est pour ça que j’aime tellement les vieux films, je trouve qu’ils collent beaucoup plus à la réalité, même s’ils sont datés. Bon, c’est pas tout ça, je retourne mater Mad Men moi… 😉

  6. dans les séries américaines ils ont toutes la journée un verre de vin à la main, mais ne vont jamais faire pipi et ne sont jamais bourrés.
    dans les séries américaines tout le monde rentre chez tout le monde sans frapper à la porte.
    et dans les séries américaines ils ont le temps de se faire des p’tits déj’ de fou !!
    ici, 1 verre de vin le samedi soir quand les enfants sont couchés, porte fermée à clé à triple tour et pour le p’tit déj’ un café vite fait et un BN dans la voiture !!

  7. Dans les séries américaines, quand une fille fait l’amour, elle se lève du lit comme une fleur, n’a pas de semence qui lui dégouline sur les cuisses, elle remet direct sa culotte et sa robe et part de la maison pour aller au boulot sans sourciller.

    Dans la vie, passage par la salle de bains obligé, parce que finalement, je sus pas une grosse dégueu.

    Les américaines sont dégueu.

  8. Simplement génial !
    Ton texte, en plus d’être drôle, est ultra réaliste.
    Le problème, c’est qu’il y a des jeunes filles naïves qui s’identifient à Serena et Blair, et qui tombent un peu des nues lorsqu’elles sont confrontées à la réalité.
    Enfin bref, je ne vais pas épiloguer, j’aime ton texte, c’est suffisant 😉
    Bizz.

  9. Oui, c’est bien vrai. Tu pourrais même continuer en disant que dans les séries américaines, t’as un boulot trop génial. Tu peux partir du bureau quand tu veux, t’as des collègues à tomber par terre…et j’en passe!

  10. Ouais, finalement les séries américaines nous permettent de vivre par procuration les vies que l’on n’aura jamais. C’est tant mieux, parfois, c’est bien que tout ne soit pas parfait;
    Mais je t’avoue que j’aimerais quand même la maison et le corps de rêve en bouffant des marrons glacés !

  11. Excellent, et malheureusement un p’tit peu vrai. ^^

    Mais on ne peut pas s’empêcher de les regarder, et surtout de s’y croire, genre quand tu éteints ta télé, c’est sûr, tu vas uniquement porter des fringues sexy même à la maison (genre la garde-robe de ouf de Shiobban dans Ringer), tu ne glanderas plus devant ta télé mais tu vas… écrite ton roman que t’as déjà dans la tête, faire du shopping dans des boutiques class, discuter de trucs intéressants avec tes copines (genre Sex & The City), avoir toutes les bonnes idées au taf (genre Drop Dead Diva), être la meilleure partout tout simplement (genre The Good Wife)… Mais après ben tu continues tes trucs de filles normale en fait et tu assumes! ^^

  12. Et dans les séries américaines, t’as pas besoin de répéter 15 fois à ton gosse d’aller se coucher. Il le fait gentiment dès le première fois et sans rechigner en plus…limite même il le fait avant même que tu lui demandes!

  13. Dans les séries, les filles ne travaillent pas beaucoup mais sont toujours très riches et ont toujours de super fringues… (Sex and the city)Dans la réalité, toi tu trimes pour t’acheter une petite robe H&M et les chaussures La Halle aux chaussures qui vont aller avec…
    Dans les séries, ils ont toujours des petits déj de fous avec croissants, pancake, fruits, etc. Dans la vie, si t’as le temps d’avaler ton bol de céréal avant de partir au taff, t’es bien contente… (Gossip Girl)
    Dans les séries, tu peux faire des danses bizarres, personnes ne te prendra pour une fille (Ally McBeal ou même Scrubs tiens)
    Mais c’est la vie par procuration et puis ça fait du bien malgré tout.

    Bef… ton article m’a bien fait rire !!!!

  14. Alors là grâce à toi encore une journée qui démarre au top ! Merci et encore merci pour cette prose irremplaçable. Une fois de plus je vais devoir me remaquiller mais pour la bonne cause : tu me fais pleurer de rire ^^
    J’adore « le persil qui sort du cabas »… chez nous c’est plutôt « le foin qui dépasse de la charrette » passé terroir aveyronnais oblige ! Allez je retourne bosser…. moi mon père ne s’appelle toujours pas Victor Newman (vieille référence assumée).

  15. Heureusement qu’il y a Mad Men pour fumer des clopes au réveil et boire des litres de whisky !
    (même si en réalité j’ai arrêté de fumer et mes tentatives de soulerie se limitent à une tisane fenouil fermentée)

  16. Merci !! J’ai vraiment passé un super moment en te lisant !! C’est archi drôle, très bien écrit, et tellement vrai !! Je me suis carrément reconnu, sauf pour le mec taillé dans le nutella, faut pas abusé, il est qd même beau mon homme…;-) (ancien sportif…)

  17. hello !
    je viens tout juste de découvrir ton blog et J’ADORE !

    tu as un ton décalé et très drôle !
    l’article sur Justine de ADP est vraiment super !

    Je reviendrais, c’est promis =)

  18. Ginie, j’ai une question existentielle à te poser. Je me suis toujours demandé si ton mec était aussi fan de séries que toi ou s’il supportait bon gré mal gré ton addiction. Si c’est le premier cas mon dieu t’es une vraie chanceuse !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *