Jour 10 bis

Chère mamie 10 bis
Chère mamie,

Nous sommes bien arrivés dans le mobil home où nous allons passer une semaine avec mon amie Serena. Cette dernière ayant été retardée par ceux qui cherchent à nous faire préférer le train, j’ai entrepris de tout préparer pour son arrivée.
J’ai rangé les vivres achetées au supermarché du coin, j’ai installé nos affaires dans les placards et j’ai fait les lits. C’était la partie la plus pénible, tu sais, avec ma tendinite à l’épaule pas facile d’enfiler des draps et d’introduire des couettes dans leur housse. A force de persévérance, de quelques contorsions et de nombreux gros mots, j’ai toutefois réussi. Au terme d’une heure d’efforts, le grand lit et les quatre petits étaient faits.
Fière de mon exploit, j’ai décidé d’envoyer un message à Serena pour me faire mousser. Mais impossible de mettre la main sur mon téléphone. Et personne pour le faire sonner.
Je ne vais pas faire durer le suspense.
J’ai défait le premier lit, pensant trouver mon téléphone sous le drap housse. Il n’y était pas.
Alors j’ai défait le deuxième lit.
Et le troisième.
Et le quatrième.
Et le cinquième.
J’ai finalement retrouvé mon téléphone, il me regardait en se foutant de ma gueule, tranquillement branché à la prise de la cuisine.
Gros bisous à toi et à Papy.

Ginie

Ps : ne le dis pas à Serena, mais il y a un trou dans le sol de chaque chambre, je crois que les serpents peuvent rentrer.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Jour 10

Chère mamie 107

Chère mamie, voilà, c’est fini.

Depuis deux ou trois jours déjà, je sentais la nostalgie chercher à se faire une place dans ma gorge. Ça a toujours été comme ça, même à l’époque où on partait tous ensemble à la campagne, avec papa, maman, les oncles et tantes et les cousins, tu te souviens ? À peine avait-on fermé la porte du gîte à la fin du séjour que je luttais contre les larmes. Elles finissaient par s’évader à torrents dès notre retour chez nous, quand je rangeais la trousse de toilette vide sous le lavabo.
Cette fois, je ne pleurerai pas. Parce que c’était bien, parce que c’était une chance d’avoir pu le vivre et parce qu’avec eux, c’est un peu tous les jours les vacances.
Mais je suis un peu mélancolique, je te l’avoue. C’était bon de se réveiller tous les trois dans la même chambre et d’ouvrir les rideaux sur les cris d’excitation de l’enfant-presque-tout-neuf face au paysage, c’était bon de petit-déjeuner face à la mer, c’était bon de se balader sur le port en partageant une glace, c’était bon de déambuler dans les ruelles fleuries, c’était bon de sentir ses petits bras s’agripper à moi dans la piscine, c’était bon de refaire le monde face au ciel rouge, c’était bon de prendre le temps, d’être ensemble tout le temps, tous les trois.
Il a tellement grandi, depuis l’été dernier, j’ai l’impression que l’été prochain il aura vingt ans et qu’il partira avec ses copains. Alors je vais te laisser, ma chère mamie, et pulvériser cette boule dans la gorge à coups de bisous.
Embrasse papy pour moi.

Ginie

Chère mamie 10 Chère mamie 101 Chère mamie 102 Chère mamie 103 Chère mamie 104 Chère mamie 105 Chère mamie 106

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jour 9

Chère mamie 9
Chère mamie,
Je pensais ne rien avoir à te raconter en ce dernier jour à l’île de Ré. Et puis, une dernière fois, je suis allée à la piscine. J’avais enfilé mon vieux maillot noir, celui qui bâille un peu, celui dont le noir ne l’est plus vraiment. Quelle ne fut pas ma surprise de constater l’effet qu’il avait !
Alors que je marchais le long du bassin, les regards me suivaient, les yeux se jetaient sur moi, les sourires m’accueillaient, les chuchotements me faisaient la haie d’honneur. L’espace d’un instant, j’étais Monica Castelnaudary (c’est Monica Bellucci qui a mangé du cassoulet), j’ai rentré le ventre, cambré le dos, levé le menton.
J’ai pénétré l’eau comme si je tournais une pub, j’ai nagé comme Pamela Wilkinson (c’est Pamela Anderson qui ne s’est pas rasée), j’étais une sirène, j’étais une bombe, j’étais, j’étais…
J’étais en train de caresser ce maillot merveilleux quand j’ai senti une couture. Plus bas, mes doigts ont buté contre la petite pochette qui recueille le sable.
J’ai attendu qu’il n’y ait plus personne, je suis sortie à la hâte et, en rasant les murs, j’ai rejoint les douches pour remettre mon maillot à l’endroit.
Bisous à Papy et à toi.

Ginie

Ps : la prochaine fois, j’y vais à poil.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jour 8

Chère mamie 8
Chère mamie,
Aujourd’hui nous avons fait du vélo. Cette phrase devrait te suffire à rire pendant trois jours, mais laisse-moi te raconter ça en détails.
L’hôtel dispose d’un service de location de vélos, c’est pour cette solution que nous avons opté. L’enfant-presque-tout-neuf s’est installé dans une cariole tractée par le vélo de son père, je me suis contentée de me tracter moi-même, c’est bien suffisant.
Arrivés au bout du chemin, je regrettais déjà.
Avec mes accidents de crabe et d’épilation, j’avais déjà acquis une démarche originale. Après avoir passé deux heures sur une selle aussi dure que Greg le millionnaire, je ne suis pas sûre de pouvoir remarcher un jour.
Au kilomètre 1, je voulais faire demi-tour.
Au kilomètre 2, je maudissais le vent de d’être ligué contre moi.
Au kilomètre 3, je menaçais de mort chaque trou et chaque bosse sur la chaussée.
Au kilomètre 4, j’ai demandé à l’enfant-presque-tout-neuf de me laisser sa place dans la carriole, sous peine de dentiste. Il a refusé.
Au kilomètre 5, je me suis couchée au sol, haletante, et je leur ai dit de m’abandonner là, que je les ralentissais.
Le mari-presque-tout-neuf a répondu que si j’étais fatiguée, je n’avais qu’à le dire et on rentrait. J’ai rétorqué que pas du tout, j’allais très très bien, mais que lui, par contre, il avait une mine inquiétante. Pour son bien, et même si je le regrettais infiniment, il valait mieux mettre un terme à cette merveilleuse balade.
Je suis une mère pour lui.
Gros bisous à toi et à Papy.
Ginie

Ps : ne fais jamais de vélo en string.
Ps2 : c’était le dernier jour de nos vacances à trois. Mais ne t’inquiète pas, dès demain je t’enverrai des cartes de mes vacances au camping avec Serena et nos trois fils. Ça devrait te plaire.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Jour 7

Chère mamie 7
Chère mamie,
Ce matin, mue par une sorte d’absence, j’ai proposé à l’enfant-presque-tout-neuf de profiter de la marée basse pour aller observer les crabes. Il n’était pas très chaud, j’ai dû user de ruse pour le persuader qu’il ne risquait pas de se faire attaquer. (« Ne t’inquiète pas, mon chéri, tant que les crabes n’auront pas compris qu’on court plus vite tout droit, tu ne risqueras rien. Tu sais, on ne peut pas cumuler grosse pince et intelligence. ») Son père a toussé, je crois qu’il a attrapé froid.
Je nous avais acheté des méduses, tu sais, ces chaussures en plastique qui te donnent l’air fin. C’était ça ou des crocs, il y a des limites à tout.
On a marché un moment, enfin j’ai marché un moment, l’enfant aimant tellement ses nouvelles chaussures qu’il ne voulait pas les souiller dans le sable, et puis on a atteint un endroit entre vase et pierres noires, on se serait crus sur la lune.
On s’est accroupis, j’ai soulevé une pierre et trois crabes se sont mis à courir dans tous les sens. L’enfant-presque-tout-neuf a hurlé, j’ai essayé de le rassurer, mais le plus gros des trois crabes n’a visiblement pas apprécié mon avis sur son intelligence. Grosse pince en avant, yeux exorbités, il s’est élancé vers moi à toute vitesse, entraînant dans son sillage des copains énervés. J’ai crié, l’enfant a crié, j’ai fait un pas en arrière, mon pied a buté contre une pierre, je suis restée plusieurs secondes à mouliner des bras et à faire contrepoids avec mes fesses pour rétablir l’équilibre, en vain.
J’ai regagné la chambre la tête haute et la démarche assurée, faisant fi des éclats de rire de l’enfant-presque-tout-neuf et des regards compatissants de nombreux pêcheurs de bigorneaux.
La tête haute et la démarche assurée, avec une chaussure en moins, un pantalon ajouré, un masque de vase sur les cheveux et une patte qui traîne.
Gros bisous à toi et à Papy.

Ginie

Ps : ce soir, je mange un tourteau.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !