Je ne montrais pas ma lune à tous les passants, mais pas loin

Quand j’étais petite, j’étais sagesse, douceur et tendresse. Je ne parlais pas la bouche pleine, je disais bonjour et merci, j’étais toujours première de la classe, je ne posais pas mes coudes sur la table (mais je ne cachais pas mes mains sous la table), je ne disais pas de gros mots, bref j’étais l’enfant idéale.

A quelques détails près.

Devine

 

Pour commencer, j’étais déjà complètement flippée.
Tous les soirs, je mettais du temps à m’endormir par peur de me faire surprendre par la lave d’un volcan ou par un tremblement de terre. Les cours de géographie devraient être interdits au primaire, sous peine de provoquer des phobies irréversibles.
J’avais très peur du feu aussi. Un incendie est vite arrivé, alors quoi de plus logique qu’il s’en déclenche un sous mon oreiller. Comme tu le sais, cette phobie ne m’a jamais quittée. En revanche, celle des volcans et des séismes a disparu quand j’ai été plus attentive en cours de géographie : je ne vis pas dans une zone à risque.
Mais des phobies, j’en avais déjà à la pelle.
Pour te donner une idée du degré d’atteinte de la chose, sache qu’une nuit, en me retournant, j’ai vu des étincelles sous ma couverture. Dire que je me suis liquéfiée ne traduirait pas la trouille que j’ai eue alors. Dès que je bougeais, ça faisait de la lumière. Plutôt que de me réjouir d’avoir inventé l’électricité gratuite, je me suis tétanisée et persuadée que j’allais mourir électrocutée. A aucun moment je n’ai saisi que la matière de ma chemise de nuit frottée contre la couverture produisait de l’électricité statique. Sinon, j’aurais simplement enlevé le vêtement incriminé et poursuivi tranquillement ma nuit. Au lieu de ça, avec mille précautions, je me suis extirpée de mon lit et je me suis allongée par terre, à même la moquette, où mes parents m’ont trouvée endormie le lendemain matin.
Tu vois, j’étais vraiment flippée.

Mais ce n’est pas tout.

J’étais aussi une petite perverse.
Ken trompait allègrement Barbie avec Barbie Brune et je peux te dire que ça swinguait dans le camping-car. Alors Barbie se vengeait avec Kiki et son gros doigt, tandis que Murphy criait sur les toits que ce n’était pas lui. Pendant ce temps-là, Tinnie se tapait Tinou, sans se préoccuper du fait qu’il s’agissait de son frère. Je te dis pas le taux de consanguinité là-dedans, faut pas s’étonner que les poupées aient un développement limité.
A l’autre bout de la chambre, Mon petit poney se faisait flatter la croupe par une bande de Snorkies (dont personne ne semblait remarquer le pénis sur le front), sous l’œil intéressé et grivois du Docteur Maboul qui attendait la nuit pour presser la Luciole.
Bref tu l’auras compris, ma chambre était un vrai bordel dont j’étais la Madame Claude.

Et puis…

Et puis il y avait les tics. Très tôt, j’ai commencé à développer des gestes incontrôlés, appelés tics.
S’ils ont totalement disparu à l’adolescence (quoique certains peuvent réapparaître en période de stress), fut un temps où j’aurais pu être très utile sur une piste d’atterrissage. Et vas-y que je te clignote des yeux, et vas-y que je te tire la langue, et vas-y que je te secoue la tête, un vrai ballet corporel. Parfois, j’ajoutais même des sons, histoire de me rapprocher un peu plus de mon cousin l’épouvantail.
Je te le dis, on n’est pas passé loin de Gilles de la Tourette.
Il y avait aussi ce besoin d’équilibrer. Si je tournais la tête à gauche, il fallait que je la tourne à droite. Puis que je la retourne à droite et à gauche. Ginie Monk, pour te servir.
Bien entendu, j’essayais d’être discrète et de ne pas clignoter en public. Je m’en sortais pas trop mal, mais parfois c’était plus fort que moi, il fallait que ça sorte. Alors je faisais genre « holala, j’ai une poussière dans l’œil ».
Heureusement, j’avais dans ma classe une fille qui pissait au lit qui a pris le rôle de souffre-douleur, j’ai donc pu traverser tranquillement l’école primaire sans me prendre la moindre réflexion sur mes tics.

Quand j’étais petite, j’étais un peu allumée. Mais je ne parlais pas la bouche pleine, je disais bonjour et merci, je n’interrompais pas les grandes personnes et je me lavais les mains en sortant des toilettes.
Alors dis, tu crois que le petit bout qui pousse en moi pourra juste prendre les bons côtés ? Non parce que s’il clignote en sortant, je crois que je vais avoir peur.

Ginie, normale

Rendez-vous sur Hellocoton !

87 commentaires

  1. C’est surtout s’il fait des étincelles en sortant qu’il faut avoir peur (et hop! Une explosion de foufoune…). Sinon, moi j’avais rajouté un gros pénis en pâte à modeler au Ken de ma sister. C’est Barbie qui était contente. Big Jim aussi d’ailleurs…

  2. Ahlala, Barbie porno, t’es pas la seule à avoir pratiquer ;)…Et dire que les parents sont soulagés quand on ne passe pas des heures devant la télé, mais sagement assise sur le moelleux tapis de la chambre avec le Van qui leur a coûté un bras…Quant aux tics, tu as sûrement eu une gentille maîtresse qui a bien remarqué ton clignotace en AC/DC (c’est fou tout ce que j’ai le temps d’oberver dans ma classe)…Mais aider à grandir, c’est parfois pour les adultes savoir se taire et laisser le temps passer…Quant à ton petit, tu verras ou non, et des fois c’est bien de ne pas tout savoir de son enfant 😉

  3. Il prendra forcement des petits trucs de toi mais vu la dose de bonne humeur et d’humour que tu as, je crois que ce n’est pas grave …
    Sinon, cela fait un petit moment que je ne suis pas venue te lire et j’apprends donc que tu vas être maman : toutes mes félicitations !

  4. Je savais pas que l’électricité statique faisait des étincelles (j’ai pas été traumatisée par les cours de chimie visiblement): tu avais donc une chemise de nuit en satin, petite coquine??:-) (tu serais pas la petite en bas à gauche avec le pull jaune? elle a l’air de se retenir de clignoter)

  5. le clignotage mon grand de 15 ans y est passé aussi vers 12/13 ans des fois c’était mega violent on en rigolais, mais une chose est sur plus tu y apporte de l’importance pire s’est.

  6. oh bah si ça peut te rassurer j’ai gardé un tic de quand j’étais gamine et j’ai presque 30 ans et mon père continue de m’engueuler à ce propos et quand j’étais petite je regardais toujours sous mon lit pour voir si je n’avais pas de monstre caché et je laissais ma porte de chambre ouverte d’une certaine manière assez mais pas trop non plus pour que le monstre qui se dessinait avec l’ombre de la lumière du couloir soit ridicule… sinon je ne suis pas folle 🙂

  7. ah la vache l’enfer les tics ! Heureusement que ça t’es passé. A moins que tu n’es développé des tocs maintenant ? lol
    A une époque je commençais à devenir tarée en me disant  » si tu arrives pas au poteau avant que la voiture ne soit à ton niveau il arrivera malheur à ta famille » …. J’peux te dire que j’en ai fait du sport à force de courir de poteau en poteau !

  8. En tout cas, qu’est-ce que je me suis marrée à lire ton article !
    Mes collègues de bureau doivent définitivement me prendre pour une folle… Merci ! 😉

  9. j’aurais bien dit la ptite au pull rayé aussi 😉
    allé ginie dis nous !!!!!!!! lol

    moi j’dis une maman barge ça déchire,au moins mon fils il se marre tout le temps et est sociable, comme je le fesais avec ma mère, et j’ai hate de voir ses yeux lever au ciel et dire « ooooh maman arrete » lol

  10. Et me voilà encore morte de rire avec un mari qui me regarde bizarrement!!!t’es vraiment quelqu’un toi…quelqu’un d’extraordinaire…et il est comment le père parce que cela pourrai faire l’equilibre!!!!parce que s’il est aussi allumée que toi c’est cause perdu!!!!
    Alors moi je dirai devant la petite fille en jupe ecossaise.

  11. Ben tu sais quoi ??? Tu me rassures !!! Cachouète a eu des phases « tics/tocs » ..Genre reniflage, puis compter avant d’entrer dans une pièce, se lécher la main…La Psy (oui je me suis inquiété !!) a dit que beaucoup les gnomes traversent ce genre de passades ! Ouf !!
    Bisous
    (mes coms remerdoient chez toi c’est relou !)

  12. je verrais bien la petite sur la banc, deuxième à gauche avec les longs cheveux châtains:

    rassurée sur les volcans et tranquille sur le coup de l’électricité, on est en pleine journée,

    elle se demande ce qu’y va bien pouvoir sortir de l’appareil genre un oiseau ouais, mais grand comment et si le banc va pas s’péter vu que (et elle a compté avant ) ya huit gamins dessus!

  13. Halala moi aussi j’ai fait jouer Barbie au docteur, avec Ken. Je l’ai crevé le pauvre (et oui j’avais juste un Ken mais 3-4 Barbies, il avait intérêt à assurer avec tout ce monde :-)). Je pense que tu es la ptite fille avec le pull jaune tout en bas, 2ème à gauche. J’ai l’impression que tu avais le besoin de tourner ta tête vers la droite mais que tu attendais sagement que la photo soit prise ^^

  14. hahaha j’adore! j’ai la même photo!! J’ai halluciné car il y a aussi une fille avec le pull woody wood pecker!!! Bon de toute façon, on est de la même année alors ma chambre, c’était tout pareil que toi!! complètement au hasard je dirais que tu es au 1er rang pull bleu avec des couettes?

  15. C’est celle que je pensais ! Mais je suis trop tard pour répondre…
    Moi, j’ai toujours peur du noir mais je ne dors bien que dans le noir… sympa quoi !!
    Sinon, mon mari a aussi peur pour l’hérédité de la bêtise pour notre fille mais je la trouve super, donc je suis sûre que ce bout de chou ne prendra que le bon ! 🙂
    Et puis, ce sera plus marrant…

  16. hahahahaha!!! Moi c’est le truc de la lave… qu’est-ce qu’on peut avoir des peurs irrationnelles… quand j’étais petite, je m’endormais toujours les genoux pliés parce que j’avais peur que les méchants (cachés dans ma penderie, bien sûr) viennent me couper les pieds, à la hauteur des chevilles, avec une hache… et j’ai même pas des cours de géo à blâmer…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *