Se souvenir des belles rencontres

On se plaint beaucoup des « autres ». Moi la première. Ces inconnus, ces anonymes qui nous irritent chaque jour. Celui qui prend son temps pour monter dans sa voiture et la démarrer alors qu’il a pertinemment vu qu’on attendait qu’il libère la place. Celle qui, l’air de rien, nous passe devant dans la file d’attente. Celui qui nous envoie la fumée de sa cigarette dans la figure. Celle qui parle trop fort au téléphone, dans le train. Celui qui ne répond pas à notre bonjour dans cette boutique.

On se plaint beaucoup des « autres ». Des gens. Et pourtant, il arrive parfois qu’un « autre », un « gens », un anonyme, croise notre vie et la rende un peu plus belle, l’instant d’une rencontre éphémère. Une rencontre qui nous laisse un goût sucré, qui nous donne le sourire, qui nous envoie un peu d’espoir.

Des rencontres comme ça, j’en ai quelques unes en mémoire. Quelques paroles échangées, quelques regards croisés, quelques minutes partagées. Deux chemins qui se lient l’espace d’un instant, pour se séparer ensuite, sans que l’autre sache à quel point il m’a fait du bien. Et à chaque fois, je me dis que ce genre de rencontres, c’est l’une des jolies choses que je préfère au monde.

Il y a eu ce couple de petits vieux qui m’ont posé plein de questions sur ma grossesse et mon enfant à venir et ont fini par me souhaiter une vie aussi belle que la leur, de l’amour plein les yeux.

Il y a eu ces deux petites nanas qui sont venues me réconforter avec une cigarette alors que ma première voiture venait de prendre feu place de la Victoire.

Il y a eu cette adorable vieille dame qui, pendant de longues heures, m’a confié des bribes intimes de sa vie, oubliant au fur et à mesure ce qu’elle venait de raconter.

Il y a eu ce monsieur, quand j’avais six ou sept ans, qui a séché mes larmes en allant chercher mon doudou que j’avais fait tomber dans le port de Pornic.

Il y a eu cette sage-femme, cette nuit-là, qui me tenait la main en me regardant avec douceur.

Il y a eu cet homme, dans l’avion, qui m’a raconté des blagues pendant l’atterrissage.

Il y a eu cette femme, à la piscine, avec qui j’ai partagé un fou-rire face à Monsieur Muscle et son maillot transparent.

Et puis la semaine dernière, il y a eu cette secrétaire médicale qui ne saura jamais à quel point ses mots m’ont réconfortée et combien je m’y raccroche encore aujourd’hui.

Ce sont de belles rencontres éphémères, des inconnus bienfaisants. Rien ne dit qu’un jour je ne les recroiserai pas sur un parking, rageant contre eux parce qu’ils prennent tout leur temps à s’installer et démarrer leur voiture alors qu’ils ont pertinemment vu que j’attendais qu’ils libèrent la place. Mais, chacun à sa manière, ils ont été importants. L’espace d’un instant, sans s’en apercevoir, ils m’ont apporté un petit peu de bonheur.

Ginie, gonzesse

Rendez-vous sur Hellocoton !

48 commentaires

  1. L’autre jour je me demandais si c’était moi ou bien si toute les jeunes mamans avaient tendance à se ramollir (et là je ne parle ni de la.peau du ventre, ni du périné !).
    Je crois que j’ai ma réponse (je crois entre les lignes : Putes d’hormones, me trompe-je :)).
    Sinon, c’est beau ce que je lis, j’aime bien quand t’es chamallow 🙂

  2. Et oui il y aussi des inconnus qu’ont oubliera jamais.mon cœur c’est arrêté quand tu parle de cette sage femme qui t as tenu la main.moi aussi j’ai vécu cela et juste sa présence m à adouci cet instant si…dur

  3. Je plussoie, et heureusement qu’on arrive encore à vivre ça 😉
    Y’a les clins d’oeil virtuels aussi 😉
    J’espère que ça va mieux toi ? Encore une fois, si tu veux papoter, je suis dispo 😉
    Des bisous ! <3

  4. Je ne te remercie pas parce qu’à cause de toi et de ton texte terrible, le super makeup de ce matin spécial réunion de direction, il est tout foiré.

    Tu es une belle rencontre : tu m’as fait rire à un moment où le gris l’emportait dans ma vie…

    <3

  5. Et il y a cette jeune Maman qui tient des blogs ,le sien et celle son bébé qui souvent me fait rire et parfois pleurer … La même que je lis régulièrement , que je ne connais pas , qui répond aux commentaires et que je kiffe quoi !

  6. C’est vrai, ce sont des petits moments magiques. Pour moi dernièrement ce fut revoir la puéricultrice de la PMI qui m’a soutenue autant qu’elle pouvait pendant mon allaitement foirasse et que j’ai revu la veille des trois ans de ma choupinette alors qu’elle allait voir sa fille s’envoler de l’autre côté de l’Atlantique pour vivre sa vie. Beaucoup d’émotions des deux côtés.
    Et je ne sais pas ce qu’il s’est passé avec la secrétaire médicale mais j’espère que ça va mieux et qu’il n’y a rien de grave <3

  7. Arrrrf heureusement qu’il y a des gens bons (des jambons huhuhu) pour pallier tous les autres pollueurs qui viennent nous agacer !!! (hou le gars pour la place de parking !!!)
    mais je te rejoins complètement d’ailleurs hier un papi m’a dit qu’il me trouvait belle au rayon conserves du supermarché !! mais je sortais d’une séance de sport, le cheveu plat et la tête défaite alors j’en suis encore à me demander dans quelle catégorie je dois le mettre ?? 😀

  8. Il y a aussi les « gens » que l’on rencontre sur internet et qu’on ne verra jamais « en vrai » qui t’envoient des petits messages d’encouragement quand tu as un « souci » … J’en reçois pas mal ces jours ci depuis que mon frère est en train de nous quitter tout doucement là bas loin sur son île de Nouvelle Calédonie………. ça n’enlève pas la douleur de l’attente de sa délivrance mais ça fait du bien.

    Murielle…………. très triste

    1. Tu parles de qui ? MOUAHHHH

      Oui des copinantes avec qui tu partages des mots quasi tous les jours et qui t’ont fait rire aux larmes et pleurer de joie mais aussi étaient là dans les moments difficiles.

      Des rencontres, de belles et jolies rencontres.

      Et puis il y a les « personnes » avec qui tu as partagé des moments profonds et que tu as perdu de vue, et celle avec qui tu aurais aimé faire un long bout de chemin et qui sont parties vivre loin.

      Et il y a celles à qui tu aurais aimé dire des mots sévères ou des paroles hautes en doux noms d’oiseaux rares ou que tu aurais bien giflées.

      Et toutes ces personnes qui croiseront nos chemins de vie et à qui on dit merci d’exister.

      Bises à toi Ginie et à ma Mumukaunchienquipèteetkipuedu cucu.

      Et aux animaux aussi …

      Et aux bébés toutrécemmentnés.

      Et aux papas …

      ….

      TiteZa en admiration devant une telle prose de dame Ginie et réconfortante pour sa Murielle.

      Bises les nanas

  9. on ne s est jamais rencontré mais en tout cas tu fais partie de mes belles rencontres virtuelles quand je viens chaque matin voir si il y a quelque chose de drôle ou d émouvant à lire, alors juste merci…

  10. C’est drôle je me fais souvent la réflexion quand je suis en voiture. Je peste, j’insulte, puis je me raisonne en me disant que ces mêmes personnes pourraient m’apporter quelque chose, un petit instant de bonheur dans d’autres circonstances, et que moi aussi, je dois être considérée parfois comme la conne qui ne sait pas conduire.
    Des bisous.;)

  11. On est tous le con de quelqu’un… J’ose espérer qu’on est tous la belle rencontre de quelqu’un aussi en ce bas-monde 🙂

    Merci pour ce bel article.

  12. Ces petits moments font du bien, tu sais que tu ne reverras pas ces gens là et ça rend ces instants encore plus forts.
    J’ai eu aussi quelques rencontres dans le genre et elles resteront toujours en moi.
    C’est bon de s’en souvenir, alors merci pour ça ! <3

  13. Tellement juste encore un fois..j’espère être un peu de l’autre côté, être cette sage-femme qui a pu, apporter, un instant de douceur et de réconfort à une jeune maman.@ toutes ces belles rencontres..allez, je m’en vais retrouver mes petites mamans du service pour la nuit 😉

  14. Pourquoi je ne suis pas dans ta liste hein ?
    M’en fout mon filleul me kiffe lui 😉
    Et puis tiens <3 dans ta face ! 😀

    Secrétaire médicale pourquoi ma couille ?

  15. C’est un joli article ! Il faut se rappeler de ces jolies rencontres et ainsi se rendre compte qu’elles ne sont pas si rares que ça… Se rappeler que les gens font la gueule, oui, mais ils sourient beaucoup. Par exemple, l’autre jour, ma petite collègue m’a annoncé que son petit bout marchait. Elle avait des étoiles plein les yeux et ça c’est un bon moment de la vie !

  16. un jour, dans un train en revenant de Lille, je pleurais toutes les larmes de mon corps parce que je venais de quitter mon amoureux de l’époque. En face de moi, un peu plus loin, il y avait un couple de 50-55 ans. Le mec a fait des blagues pourries pendant des heures, me regardant régulièrement pour voir si je souriais. Et j’ai souri.
    Je l’oublierai jamais ce mec. 10 ans et plusieurs autres ruptures après, je me souviens encore de lui.

    et quand même, je reste bloquée sur ta caisse en feu à la Victoire… ma pauvre !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *