Un petit boudin

Hier matin, j’ai rencontré mon anesthésiste assassin.
J’avais rendez-vous à midi (à l’aube, donc) et j’avoue que la brioche vendéenne m’était un peu restée sur l’estomac, rapport à la trouille qui me serrait le bide. C’est bizarre cette envie de chier qu’on a quand on a la trouille, non ?

Lors de mon appel pour prendre rendez-vous avec la mort, la secrétaire m’avait dit que parmi les quatre bourreaux, elle ne savait pas encore lequel me serait attribué. Dans la salle d’attente, pendant que mon pied faisait du morse sur le sol aseptisé, je me remémorais certains commentaires du billet où je vous annonçais mon décès. Et si Dom et AnneLaureT avaient raison et que mon meurtrier était une véritable bombe, genre Docteur Glamour croisé avec Javier Bardem ? La mort est-elle plus douce quand elle est donnée par un canon ?

Dix minutes plus tard, mon nom était appelé. Par un canon. Avec des nichons.
J’ai appris que je n’avais aucune raison de m’inquiéter pour l’opération de lundi (ah). Si, lors de ma dernière anesthésie, je m’étais réveillée paralysée, c’est à cause d’une mauvaise réaction au curare (ho). Elle sera obligée d’en utiliser cette fois encore (ha ?), mais elle fera attention (haha).

Quarante-cinq euros plus tard, c’est l’intestin lourd que je me suis rendue à l’accueil de la clinique pour donner mon dossier de pré-admission, consciencieusement rempli la veille, devant Morandini.
La secrétaire était un cliché ambulant. Choucroute, chewing-gum, nail art, tout y était. Elle jonglait entre la formation de la petite nouvelle (attention Sabine, il ne faut surtout pas confondre électromyogramme et électrocardiogramme, n’hésite pas à les faire répéter, ok ?), la réponse au téléphone et les touristes qui venaient lui demander s’ils pouvaient prendre des photos des chambres.

J’attendais silencieusement qu’elle m’accorde son attention, accoudée au comptoir, quand elle a daigné lever les yeux vers moi.

– Oui ? C’est pour quoi ?
– Bonjour Madame. Voilà, je viens vous donner mon dossier de pré-admission que…
– Il est rempli ?
– Oui, oui, normalement tout est bon, mais…
– Pourquoi y en a deux ?
– C’est ce que j’allais vous dire, je subis deux opérations en même temps…
– Ah oui, c’est vous la pose d’anneau gastrique !
– …

Euh… pute ?

Ginie, obèse

Rendez-vous sur Hellocoton !

79 commentaires

  1. Rassure moi, tu ne nous as pas menti depuis le début pour tenter de cacher la vérité…

    TU ES UN BOUDIN ?????

    (le mythe s’écroule)

    HS: sinon, c’est mon dentiste qui est sexy. il passe du hip hop ou de la chanson française pendant les RDV

  2. La secrétaire j’ai le même modèle au boulot ! La mimi (comme on la nomme chez nous) a :
    – la discrétion de Lagaff’
    – la compétence d’une huitre (et encore c’est insulter l’huitre!)
    – l’ongle (faux ,en résine épaisse et moche !) qui claque sur toutes surfaces ,toute la journée (ça se voit que ça me rend ouf)
    – des tenues improbables
    – une coupe brush, méchés, péroxydés
    – des bijoux, des breloques, des chichis partout !
    M’enfin la Mimi elle est gentille ( c’est tout ce qu’elle a !)

  3. Z’ont une façon de te réduire à ton opération qui est juste super énervante. Pour le coup l’anneau gastrique est plus sympa que la liposuccion intégrale ou que la fistule anale… ça empêche pas que son ‘Pute’ elle l’a bien mérité !

  4. Hallucinant…même avec le ton humoristique de ton billet moi ça me fait rager de lire des trucs comme ça…
    moi les blouses blanches j en suis devenue allergique…
    Putaindesaloppedeconnassedemerde…cette secrétaire!!!

  5. Me rappelle la pharmacienne, que ma patronne avait prévenue de ma visite pour cause de crise d’hémorroïdes aigue en pleine braderie me balancer de la Préparation H par-dessus la foule de clients « Tiens, c’est ta Préparation H »

    Et sinon, l’anneau gastrique, c’est un piercing de l’estomac, c’est ça? Donc, quelle couleur? Un petit pendentif? Un strass? HelloKitty qui pend au bout?

  6. Miss Swan, c’est donc toi!

    Ginie, en plus de lui faire une rhinoplastie, le DR Mochin Truc va la lipo-sucer et lui mettre un anneau profond.

    etc…

    OOOOPS, je m’égare…

    Ginie, tu n’es pas un boudin, et bientôt, tu sentiras TOUTES (OMG!!!) les odeurs.

  7. nan mais quelle conne??? je suis sure qu’elle en avait un elle d’anneau… nan mais c’est quoi c’te grosse vache! Prochain coup appelle la Bouboule…
    d’ailleurs toutes mes condoléances que tu n’ais eu ni le Docteur Mamour, ni le Docteur Glamour comme anésthésiste…

    1. Je crois que c’est mieux comme ça, j’aurais fait des rêves censurés pendant l’opération et j’aurais sûrement gémi, ce qui fait que le chirurgien aurait dérapé et m’aurait perforé le sinus avec son scalpel.
      On n’y pense pas assez, mais le choix de l’anesthésiste, c’est très important.

  8. Bonjour,

    Moi je souhaite réagir, par rapport à tes soucis intestinaux, liés à chaque poussée d’adrénaline, car figure-toi je suis dans le même cas que toi !
    C’est génial un point commun !

    Un premier rencart ? Un caca qui toque !
    Un concours à passer ? L’épreuve commence à 08h30, tiens 8h28, je me prends un mal de bide qui annonce l’arrivée du Général caca !
    Le jour de mon accouchement, dans la salle de travail à me tortiller le bide :
    « -Aaaaaah je me chie dessus
    -Mais non chérie, tu dois perdre les eaux
    – JE TE DIS QUE JE ME CHIE DESSUS, AAAAAAH, APPELLE LES INFIRMIERES

    Rien de plus humiliant que de se faire nettoyer les fesses à 30 piges

    Ma vie est une merde ! ;D

  9. En mode « méchante », tu pouvais lui dire : « votre silhouette fait de vous une bien meilleure candidate à l’anneau gastrique que moi ! »… Mais c’est méchant, très méchant…

  10. Déjà je te souhaites le meilleurs pour cette àpération, j’y suis passée il y 6 ans.

    Pour moi, ce n’est pas une connasse de secretaire qui m’a gavée, mais l’infirmière que j’ai eu pour passer la fibroscopie qui m’a regardée de haut en bas avec un air de mepris. Mais comme j’étais heureuse d’avoir cette àpération, j’étais hyper détendue du string, et je pense qu’elle aurait pue me dire n’importe quoi.

  11. Eh ben tu vois, moi, je t’admire encore plus, maintenant que je sais que tu es obèse. C’est vrai, toujours les pattes en l’air, là, appuyée sur tes coudes, ben ça doit être épuisant.
    Ah, et je te félicite d’avoir pris cette décision courageuse. L’anneau gastrique, à un certain point, ya plus que ça à faire. Bravo.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *